Innovation dans l’éducation

Évaluer la qualité des équipements éducatifs : Groupe de travail du PEB

 

Afin d’aider les pays à améliorer la qualité de leurs bâtiments, terrains et équipements scolaires, le PEB a mis en place un Groupe de travail ad hoc pour l’évaluation de la qualité des équipements éducatifs. Lors de sa première réunion – qui s’est tenue à Paris les 18 et 19 septembre 2006 – les membres du Groupe de travail ont débattu du cadre existant du PEB sur l’évaluation de la qualité, ainsi que des moyens de développer des indicateurs de qualité, des outils ciblés sur les utilisateurs et des références de qualité internationales. Près de 30 participants provenant de 22 pays ont pris part à cette réunion qui a permis de faire avancer les travaux lancés en 2005, lors de deux rassemblements du groupe d’experts du PEB sur l’évaluation de la qualité dans les établissements d’enseignement.

Cadre d’évaluation du PEB

Au cours de cette séance, les participants ont examiné le Cadre du PEB pour l’évaluation de la qualité des équipements éducatifs élaboré lors des réunions du groupe d’experts en 2005. Ce cadre aura pour but de mettre en évidence les corrélations, au cours du cycle de vie d’un bâtiment scolaire, entre les grandes orientations qui interviennent dans les questions liées à la qualité des équipements éducatifs ; de déterminer les positions actuelles sur ce qui définit la « qualité » des équipements ; d’analyser les attentes et les avantages associés aux installations éducatives pour leurs multiples utilisateurs et parties prenantes ; et d’étudier les méthodes appropriées pour évaluer différents aspects de la qualité. Le cadre comprend une définition, des principes et des critères de qualité, des exemples de méthodes efficaces pour mesurer la qualité dans les établissements éducatifs et des paramètres à l’intérieur desquels la qualité doit être définie et évaluée. Plus précisément, le Groupe de travail s’est demandé si le cadre constituait un modèle conceptuel acceptable et s’est penché sur les propositions de points de politique éducative que le cadre doit aborder.

Les discussions du groupe ont donné lieu à une révision en profondeur du cadre visant à mettre en avant l’importance du rôle des établissements de qualité dans l’accroissement de l’accès et de l’égalité de tous face à l’éducation, l’amélioration de l’efficacité de l’enseignement, l’encouragement de l’acquisition de compétences clé et l’optimisation de la performance, du fonctionnement et du rapport coût-efficacité des équipements. Les cinq principes de qualité suivants ont été adoptés :

  • L’établissement est adapté en termes de besoins de ses utilisateurs.
  • L’établissement est adapté en termes d’aménagement fonctionnel.
  • L’établissement est visuellement esthétique et éducatif, et son apparence est porteuse d’un message symbolique.
  • L’établissement fournit un environnement sain et sûr.
  • L’établissement répond aux critères de pérennité écologique.

Le Groupe de travail s’est accordé sur la nécessité d’une réintroduction dans le cycle du bâtiment des résultats de tout processus d’évaluation, afin de tenter de sensibiliser les acteurs qui peuvent influer sur le financement ou améliorer la conception – c’est-à-dire les responsables officiels et les décideurs. Il a également été souligné que le cadre ne devait pas être employé comme une liste de vérification, mais plutôt comme un outil multidimensionnel, orienté vers l’action publique et dont l’objectif est d’identifier les moyens adéquats par lesquels évaluer les aspects de la qualité dans les établissements scolaires des différents pays, aux niveaux régional et/ou national. Il devrait aussi être utilisé individuellement par les pays pour estimer la « qualité » en termes d’objectifs et de priorités.

Développer des outils communs conçus pour l’utilisateur

Les membres du Groupe de travail se sont penchés sur la possibilité de développer des outils communs ciblés sur l’utilisateur, au moyen d’une étude internationale fondée sur une méthodologie de type évaluation après emménagement. À l’issue de la séance, certains membres ont fait part de leur désir de collaborer sur une proposition d’étude pilote. Cette étude aurait recours à un ensemble d’outils de recherche qualitative visant à évaluer l’efficacité éducative d’un bâtiment tout au long de son cycle de vie, du point de vue des utilisateurs du bâtiment et d’autres intervenants majeurs du processus d’acquisition. Des informations complémentaires sur le lancement de l’Étude pilote sur l’évaluation des performances des bâtiments sont disponibles dans la rubrique « Nouvelles » de la présente édition de PEB Échanges.

Élaborer des indicateurs

La présente séance a examiné deux outils de développement d’indicateurs de qualité : les questionnaires de PISA et les statistiques et indicateurs utilisant des données transmises par des sources administratives.

Grâce à ses questionnaires, le Programme de l’OCDE pour l’évaluation des acquis des élèves (PISA) offre de nombreuses possibilités d’explorer les rapports entre qualité des bâtiments d’enseignement et performance des élèves/étudiants (voir PEB Échanges n° 58). Il faut toutefois noter qu’un examen des données et points relatifs à la qualité des infrastructures physiques du Questionnaire PISA 2003 adressé aux proviseurs – interrogeant les proviseurs sur la mesure dans laquelle ils percevaient que la capacité de leur établissement à délivrer un enseignement était entravée par une insuffisance ou une inadéquation des bâtiments et terrains scolaires, des systèmes de chauffage, de climatisation et d’éclairage et des espaces d’instruction (c’est-à-dire les salles de classe) – a fourni peu d’indications sur la nature de ce rapport. Le Groupe de travail a donc suggéré différents moyens d’améliorer les parties du Questionnaire destinées aux établissements d’enseignement et a également formulé des commentaires à propos d’un projet de questionnaire sur l’Environnement physique de l’apprentissage rédigé à l’attention des élèves de 15 ans.

Le Comité directeur de PISA examinera début 2007 les recommandations du Groupe de travail pour le cycle PISA 2009.

Les quelques données sur les bâtiments provenant de la base de données sur l’éducation de l’OCDE ont fait l’objet d’une présentation, tout comme les résultats d’une récente enquête du PEB concernant la disponibilité des données sur les bâtiments d’enseignement. Bien que cette enquête – à laquelle 15 pays ont participé – indique une abondance de données nationales, on note une véritable pénurie de données internationales sur les bâtiments d’enseignement. Le Groupe de travail s’est penché sur les indicateurs internationalement comparables qui pourraient potentiellement émerger des sources existantes, ainsi que sur les questions d’action publique que ceux-ci pourraient aborder.

Les membres du groupe se sont accordés sur le fait que la collecte de données doit refléter les intérêts communs et améliorer la compréhension de l’évolution des politiques concernant les bâtiments de l’enseignement et des problèmes y afférent. Cependant, les définitions et données existantes liées aux infrastructures – comme les coûts de maintenance, la capacité d’accueil des établissements et des salles de classe et la superficie de l’établissement et des espaces d’enseignement – sont difficiles à comparer entre les pays et au sein d’un même pays. C’est pour ces raisons que toute collecte de données future doit viser la simplicité et ne pas chercher à créer des définitions et ensembles de données comparables, du moins dans un premier temps. Le groupe a également reconnu la pertinence d’une collecte de données par pays portant sur des définitions et normes existantes – par exemple sur la surpopulation, la vétusté des bâtiments, les modèles de financement, la disponibilité des espaces d’enseignement et l’accès aux élèves/étudiants ayant des besoins spéciaux.

Les participants ont suggéré que les indicateurs abordent des domaines d’intérêts communs en matière d’action publique, tels que l’investissement dans les bâtiments d’enseignement, annuellement et au-delà, en pourcentage des dépenses totales dans l’éducation, du produit intérieur brut (PIB) total et du PIB par habitant, et des dépenses d’éducation par élève/étudiant ; le rôle du secteur privé dans le financement des équipements éducatifs ; la décentralisation du financement et de la responsabilité de financement et de gestion des équipements éducatifs, et la capacité d’accueil des bâtiments d’enseignement – en termes de quantité, de type et d’emplacement des établissements. Il s’agirait ainsi de répondre aux demandes des populations en âge de scolarisation qui évoluent, ainsi qu’aux tendances des pays de l’OCDE concernant l’élévation de l’âge de la scolarisation obligatoire, l’investissement croissant dans l’éducation et les soins à la petite enfance, etc.

Afin de délimiter ces domaines d’intérêts communs se tiendra courant 2007 une petite réunion rassemblant les 15 contacts des pays membres du PEB pour cette activité, ainsi que d’autres experts intéressés.

Établir des références internationales

Lors de cette séance, le Groupe de travail a étudié les contraintes liées à la définition de références internationales telles que les normes pour la construction des établissements scolaires et leur entretien, la réglementation en matière de capacité d’accueil pour les salles de classes et les établissements eux-mêmes et les normes de superficie. Les membres du groupe ont également examiné le type de références internationales qui pourraient être élaborées (le cas échéant), ainsi que l’impact réel et potentiel sur l’action publique de l’établissement à l’échelle internationale de normes, lignes directrices ou références de qualité dans les établissements scolaires.

Le groupe s’est accordé sur l’impossibilité et l’inopportunité d’établir des normes de performance internationale dans le but d’évaluer ou de hiérarchiser la qualité des bâtiments d’enseignement, puisque les normes sont variables d’un pays à l’autre en raison des différences dans les systèmes d’enseignement, les processus d’acquisition et le degré de décentralisation. Cependant, il s’avère utile de développer des normes internationales de performance à partir desquelles les pays pourront élaborer leurs propres normes de qualité mesurables au niveau local/national. Le Secrétariat élaborera ces normes dans le cadre de l’Étude pilote d’évaluation des performances des bâtiments.

Pour obtenir de plus amples informations sur ces activités, contacter Hannah von Ahlefeld à l’adresse Hannah.vonAhlefeld@oecd.org ou bien consulter le site www.oecd.org/edu/facilities/evaluatingquality.

 

Related Documents

 

to be changed

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list