Perspectives économiques, analyses et projections

Etude Économique de l'Irlande 2011

 

Obtenir cette publication | Informations complémentaires

  • Synthèse - Etude économique de l'Irlande 2011

L’économie irlandaise a traversé une crise grave en 2008, après une décennie de forte croissance qui a permis au pays de se hisser au quatrième rang des pays de l’OCDE pour ce qui est du niveau du PIB par habitant. Initialement, l’expansion était solidement assise sur des gains réels de productivité. Mais, au cours d’une période marquée par des coûts de financement peu élevés sur les marchés internationaux et une faible aversion au risque au niveau mondial, elle est devenue de plus en plus tributaire de la bulle immobilière spéculative - favorisée par les critères de prêt laxistes appliqués par les banques et une progression excessive du crédit - qui a éclaté au milieu de la crise économique et financière mondiale. Durant la dernière partie de la période de forte croissance, l’accélération des salaires a nui à la compétitivité internationale des coûts et le système bancaire a pris trop de risques, n’échappant à l’insolvabilité que grâce à l’aide de l’État, lorsque le marché immobilier s’est effondré. Les injections de capitaux réalisées pour contribuer à résoudre la crise ont entraîné une forte augmentation de la dette publique. Dans la foulée, les ménages ont été confrontés à des réductions de salaires, à des pertes d’emploi, à des hausses d’impôt et à la diminution des prix de l’immobilier, même si les niveaux de vie et le sentiment de bien-être restent élevés par rapport aux autres pays.

Depuis 2008, les autorités mènent un effort considérable d’assainissement budgétaire. Cet effort se poursuit. Le programme d’ajustement triennal, bénéficiant du soutien financier du FMI et de l’UE, est en bonne voie et a commencé de remédier aux causes fondamentales des déséquilibres. Suite à des tests de résistance complets, le système bancaire a été recapitalisé, mais les banques irlandaises doivent encore faire appel à des liquidités de l’Eurosystème. Des progrès satisfaisants sont réalisés dans la réduction du déficit public, mais il faut faire beaucoup plus. Dans un environnement international difficile, caractérisé par un risque de contagion et l’incertitude entourant la politique des gouvernements des pays de la zone euro en matière de dette souveraine, l’appréciation par les marchés des capitaux de la situation de l’Irlande s’est considérablement dégradée avant de s’améliorer légèrement durant l’été. La crise a entraîné une forte hausse du nombre de sans-emploi et beaucoup d’hommes jeunes moins qualifiés sont toujours au chômage. Le risque est que le chômage devienne persistant, ce qui pourrait nuire au consensus social sur lequel est fondé l’ajustement économique et budgétaire. Une légère reprise se dessine, grâce à des gains de compétitivité et à une augmentation des exportations, mais elle s’accompagne de risques importants à la baisse associés aux craintes des marchés concernant la stabilité financière dans la zone euro.

Si l’endettement public brut en pourcentage du PIB a atteint l’un des niveaux les plus élevés de la zone de l’OCDE et si un soutien financier public reste indispensable à court terme, un retour ordonné vers une position financière plus équilibrée est possible, à condition que les politiques budgétaires restrictives et l’encadrement des salaires restent en place suffisamment longtemps. Pour accroître les chances de succès, les autorités doivent mettre en œuvre de façon continue et vigoureuse les mesures requises pour résorber totalement les déséquilibres, faire en sorte que la charge soit équitablement partagée et tirer parti des atouts structurels de l’économie irlandaise. Parmi ces atouts figurent un environnement favorable aux entreprises, la flexibilité du marché du travail et une main-d’œuvre qualifiée.

D’après la présente Étude, les autorités devraient :

 

Persévérer sur la voie de l’assainissement budgétaire :

  • Continuer de respecter pleinement les conditions et les objectifs du programme UE-FMI ;
  • Ramener le déficit budgétaire au-dessous de 3 % du PIB d’ici à 2015 ;
  • Réduire le déficit budgétaire plus rapidement que ne le requiert le programme afin de retrouver de la crédibilité sur les marchés des capitaux, pour autant que la croissance économique le permette ;
  • Faire en sorte que la réduction des dépenses soit obtenue avant tout par l’amélioration de l’efficacité du secteur public, la réforme de la protection sociale et la réduction des projets d’infrastructure ;
  • Élargir la base d’imposition en réduisant les dépenses fiscales et en allant de l’avant dans l’application des impôts sur le patrimoine prévus ;
  • Renforcer le cadre budgétaire en accordant la priorité au rapport dette/PIB à atteindre d’ici une date donnée, en adoptant des plans budgétaires pluriannuels et en plafonnant les dépenses en termes nominaux.

Sortir de la crise bancaire et rétablir la santé du système:

  • A mesure que la confiance revient sur les marchés des capitaux, envisager de limiter la couverture du système de garantie des engagements bancaires à un éventail plus étroit d’engagements, avec des primes proportionnelles au risque ;
  • Pour contribuer à empêcher les crises futures, axer la surveillance sur une série d’indicateurs, notamment un ratio de levier simple, une quotité de prêt, un ratio prêt/revenu et des règles de fonds propres liées à la taille de la banque. Établir également un fichier du crédit pour empêcher le surendettement ;
  • Pour éviter que ne se reproduisent les problèmes liés à la tolérance réglementaire, adopter un processus par lequel la violation des seuils identifiés, comme une croissance excessive du montant total des crédits, accélèrerait une évaluation formelle des mesures correctrices à prendre, le cas échéant.

Empêcher que le niveau élevé du chômage ne devienne structurel :

  • Faire en sorte que les services d’emploi soient plus actifs auprès des demandeurs d’emploi et exiger en retour la participation de ces derniers à une formation pertinente et à la recherche d’emploi ;
  • Encourager le retour au travail, en liant l’indemnisation du chômage à sa durée ;
  • Examiner les effets d’incitation au travail des autres prestations de protection sociale, en particulier les allocations logement ;
  • Mieux adapter les programmes de formation aux besoins du marché du travail ; élargir en particulier la série des métiers couverts par l’apprentissage et fermer temporairement l’admission à l’apprentissage dans les métiers de la construction ;
  • Prolonger la durée de la réduction actuelle des cotisations patronales à la sécurité sociale.

Améliorer encore la compétitivité pour soutenir une croissance tirée par les exportations :

  • Assurer une diminution plus marquée des coûts unitaires de main-d’œuvre, indispensable pour favoriser les exportations ;
  • Améliorer la concurrence dans le secteur de l’électricité en séparant clairement la production, le transport, la distribution et l’offre ;
  • Axer le soutien aux tarifs de rachat de l’électricité sur les sources renouvelables les plus efficaces par rapport aux coûts ;
  • Introduire des amendes civiles dans le droit de la concurrence, de façon à réduire les incitations à un comportement anticoncurrentiel ; 
  •  Améliorer la qualité de l’éducation, évaluer systématiquement la performance des enseignants et des établissements scolaires.

Téléchargez les données en Excel

Obtenir cette publication

 

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE de l'Irlande :

Informations complémentaires

Des informations complémentaires sur cette Etude peuvent être obtenues auprès du Bureau de l'irlande du Département des affaires économiques de l'OCDE à eco.survey@oecd.org.

Ce rapport du Secrétariat de l'OCDE a été préparé par David Haugh et Alvaro Pina sous la direction de Patrick Lenain. La recherche statistique a été effectuée par Josette Rabesona.

www.oecd.org/eco/etudes/irlande

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe