Economie

Lancement de l’Étude économique de l’OCDE: France 2017

 

Remarques d’Angel Gurría,

Secrétaire général de l’OCDE

Paris, France, 14 septembre 2017

 

 


Monsieur le Ministre, Monsieur l’Ambassadeur, Mesdames, Messieurs,

 

C’est un grand plaisir de présenter l’Étude économique de l’OCDE sur la France ici à Bercy.

 

Le nouveau gouvernement a été nommé par le Président de la République pour engager des réformes qui permettront d’offrir de meilleures perspectives à tous les Français.

 

Le contexte est favorable : nous avons ainsi revu à la hausse notre prévision de croissance pour l’économie française à 1.7 % en 2017, soit le niveau le plus élevé depuis 2011. Les réformes engagées dans le passé, notamment les réductions d’impôts sur le travail et les investissements, commencent à porter leurs fruits : le chômage a commencé à baisser et les entreprises exportatrices ont pu rétablir leurs marges bénéficiaires.

 

Néanmoins, les défis à relever sont importants. La compétitivité française souffre encore d’un coût horaire élevé et d’une compétitivité hors-prix qui pâtit d’une activité d’innovation plus faible que dans les économies les plus performantes.

 

Par ailleurs, les gains de productivité restent encore insuffisants pour soutenir une hausse significative de la croissance, le niveau de protection sociale et de services publics, ainsi que la hausse des salaires. Le niveau de concurrence faible dans un certain nombre de secteurs en dépit des récentes réformes, ainsi que des impôts complexes et élevés, pénalisent l’emploi, l’activité entrepreneuriale et l’innovation. Les premières mesures du plan pour l’investissement et la croissance annoncé par le Premier ministre ce lundi, ainsi que le fonds de dix milliards d’euros pour l’innovation, devraient aider à redonner du souffle à l’économie.

 

Je me concentrerai ici rapidement sur trois sujets majeurs au cœur de notre rapport.

 

Trop de personnes sont exclues du marché du travail

La situation du marché du travail commence à s’améliorer mais le taux de chômage, à 9.5 % au deuxième trimestre 2017, reste élevé au sein de la zone euro. Le taux des jeunes ni en emploi, ni scolarisés, ni en formation (NEET) est à plus de 17%, soit plus du double des Pays-Bas.

 

Les réformes du marché du travail engagées par le gouvernement sont donc cruciales et en ligne avec nos recommandations. Elles devraient aider à retrouver un bon équilibre entre un marché du travail inclusif, qui garantit une bonne protection et représentation aux travailleurs, et suffisamment flexible pour permettre aux entreprises d’innover, de faire face à la concurrence et de créer de l’emploi, et aux ‘start ups’ de se multiplier et de grandir.

 

En sus de la réforme prévue de l’assurance chômage à venir, la formation professionnelle sera essentielle pour réduire le chômage et offrir de meilleures perspectives d’emploi aux travailleurs jeunes ou peu qualifiés ainsi que pour répondre à la montée en puissance du numérique. Le plan d’investissement qui prévoit d’allouer un montant de 15 milliards d’euros supplémentaires à la formation professionnelle est donc également bienvenu.

 

Mais il faudra aussi faciliter l’accès à la formation de qualité pour ceux qui en ont le plus besoin en simplifiant le compte personnel de formation, en créant un système de label de qualité plus lisible et en améliorant l’accès à l’orientation professionnelle. Il est également nécessaire de mettre plus l’accent des programmes d’apprentissages et de formation professionnelle sur la formation pratique en entreprise, et de mobiliser les entreprises à cet égard.

 

Les résidents des quartiers défavorisés sont confrontés à de trop nombreux handicaps

Deuxièmement, le niveau de pauvreté est comparativement peu élevé à l’échelon national—environ 14% quand il est d’environ 18% dans les pays de l’OCDE—, mais elle est fortement concentrée dans certains quartiers.

 

Pour remédier aux difficultés de ces quartiers, il faudrait entre autres mieux cibler les dépenses publiques vers les transports en commun, la garde d’enfants et l’accueil personnel dans les services publics de ces quartiers. La rénovation urbaine, qui a permis de réaliser des progrès importants, devrait être mieux intégrée avec les politiques sociales et de l’emploi, et servir de point d’entrée pour renforcer les compétences de base et professionnelles de leurs habitants.

 

L’amélioration des performances scolaires des enfants de ces quartiers est une priorité. La réduction de la taille des petites classes de primaire devra être accompagnée par une formation adaptée des enseignants en pratiques pédagogiques et une rémunération attractive.

 

Une stratégie de long terme est nécessaire pour réduire la dépense publique et les impôts

Enfin, le gouvernement s’est engagé à baisser de 3 points le poids de la dépense publique dans le PIB d’ici 2022. À 56.4 %, celui-ci était le plus élevé des pays de l’OCDE en 2016.

 

La dépense publique consacrée aux retraites est particulièrement élevée, plus de quatre points de PIB au-dessus de l’Allemagne et de la Suède par exemple. Après l’harmonisation prévue des différents systèmes de retraite, il conviendrait d’augmenter graduellement l’âge minimum de départ à la retraite en fonction de l’espérance de vie, tout en favorisant un meilleur accès à la formation et une retraite progressive plus attractive.

 

D’autre part, si les résultats de la France en matière de santé sont généralement bons, on doit continuer à renforcer son efficience et son équité, notamment par exemple, en augmentant la rémunération à la capitation pour être plus efficace dans la prévention et le traitement des maladies chroniques ou en facilitant la contractualisation de l’assurance maladie avec des groupements de prestataires.

 

Enfin, maîtriser la masse salariale publique et continuer la rationalisation des collectivités territoriales restent également nécessaires.

 

Pour finir permettez-moi, Monsieur le ministre, de vous assurer que l’OCDE restera à vos côtés pour soutenir la France et aider le gouvernement dans ses réformes et ainsi améliorer la vie des Français.

 


Voir aussi

Communiqué de presse: L’activité économique progresse, mais des réformes s’imposent pour préserver la protection sociale et stimuler l’emploi

Travaux de l'OCDE portant sur l'économie

Travauxl de l'OCDE portant sur la France

 

Documents connexes