Etudes économiques par pays

Etude économique du Brésil

 

Obtenir cette publication | Informations complémentaires

Depuis le milieu des années 90, le Brésil bénéficie d’une plus grande stabilité économique et financière, du fait surtout d’un renforcement de son cadre macroéconomique. Afin de rattraper rapidement le groupe des pays à revenu élevé, il faut avant tout parvenir à instaurer une croissance forte et durable. À cet effet, les autorités devront poursuivre des politiques macroéconomiques, sociales et environnementales avisées et des réformes structurelles destinées à stimuler l’investissement et à favoriser le développement des infrastructures. La montée de l’incertitude internationale et de l’interdépendance entre les pays, le vieillissement rapide de la population et la dépendance accrue à l’égard des revenus de pétrole appelleront les décideurs publics à élargir leur panoplie d’instruments pour relever ce défi.

Le principal défi macroeconomique consiste à maîtriser l’inflation dans un contexte d’abondantes liquidités mondiales. L’économie s’est ressaisie rapidement après la crise mondiale de 2008-09, grâce à des mesures publiques prises en temps opportun. La croissance annuelle en 2010 a été la plus forte depuis deux décennies. Alimentée à la fois par des facteurs structurels et par les conditions financières internationales, le real s’est continûment apprécié depuis 2003, sauf durant la crise financière de 2008 et plus récemment quand une fuite vis-à-vis des actifs risqués au milieu des turbulences financières l’a affaibli. Des tensions inflationnistes sont apparues. Pour éviter les fluctuations monétaires excessives et préserver la stabilité financière, les autorités ont initialement conjugué le relèvement des taux d’intérêt et des réserves obligatoires avec une intervention sur le marché des changes et une taxe temporaire sur les entrées de capitaux à court terme (l’IOF). Mais, face à l’aggravation des perspectives mondiales, le policy mix s’est orienté vers un assouplissement de la politique monétaire et des mesures d’assainissement budgétaire. Si cela se révèle insuffisant dans la conjoncture incertaine actuelle, les autorités peuvent recourir à des mesures macroprudentielles ou ajuster l’IOF.

Toutefois, l’assainissement des finances publiques devrait se voir accorder une plus large place. Les réductions de dépenses annoncées plus tôt cette année et la fixation dans le projet de loi des finances pour 2012 d’objectifs d’excédent primaire pour les trois prochaines années à des niveaux compatibles avec la réduction de la dette publique sont des orientations tout à fait opportunes dont il ne faudrait pas s’écarter. À moyen terme, l’adoption d’un objectif pluriannuel pour le budget global et la mise en place d’un plafond de dépenses qui s’accompagnerait d’une élimination de la pré-affectation des recettes favoriseraient la viabilité des comptes de l’État et de la sécurité sociale. De nouveaux progrès dans la réduction de la pauvreté pourraient être réalisés en consacrant davantage de ressources au programme de transferts monétaires Bolsa Familia, qui a fait la preuve de son efficacité.

Sur le front social, les progrès ont été remarquables, avec une nette diminution de la pauvreté et des inégalités. La lutte contre l’extrême pauvreté a été mise au premier rang des priorités gouvernementales. Depuis 1993, le Brésil a enregistré une baisse forte et continue des inégalités, reflétant la bonne performance du marché du travail et l’efficacité de la politique de redistribution. Le taux de pauvreté a été réduit de moitié. Il faut poursuivre cette remarquable progression pour réduire encore les niveaux toujours élevés d’inégalité et de pauvreté. Parmi les nouvelles mesures requises figure une extension de la taille et de la couverture du très efficace programme de transferts monétaires conditionnels Bolsa Familia, qui a permis de réduire la pauvreté pour un coût budgétaire relativement faible.

Téléchargez les données en Excel

La suppression des obstacles à l’investissement sera cruciale pour maintenir une croissance économique vigoureuse. L’insuffisance de l’épargne publique et privée semble être un obstacle majeur à une amélioration des taux d’investissement. Des réformes des paramètres du système de retraite pourraient rétablir sa viabilité. Une réduction des prestations de retraite escomptées pourrait aussi encourager les individus à épargner davantage pendant leur vie active. L’abaissement des coefficients de réserves obligatoires des banques, la suppression des obligations en matière de crédit administré et la libéralisation des comptes d’épargne renforceraient aussi les incitations à investir. Les autorités ont commencé à mettre en œuvre des mesures pour développer les marchés privés de capitaux à long terme. L’égalisation des conditions de concurrence entre les banques du secteur privé et la banque nationale de développement et l’introduction d’un crédit d’impôt explicite indépendant de l’établissement de crédit faciliteraient l’entrée des agents privés sur les marchés financiers à long terme. Dès lors que les prêteurs privés seront présents sur ce segment, les subventions pourraient être progressivement supprimées.

Un développement plus rapide des infrastructures aiderait à améliorer les performances économiques et sociales. Pour le Brésil, le rendement des investissements en infrastructure sera probablement très substantiel, surtout si les projets visent des retombées bénéfiques sur l’environnement. Les autorités sont en train d’appliquer un deuxième grand programme d’infrastructures, qui a échappé à juste titre aux coupes budgétaires. Pour faciliter sa mise en œuvre, il faudrait mettre davantage l’accent sur les projets qui en valent le plus la peine. Afin d’attirer suffisamment d’investissements privés, on devra rationaliser le cadre des partenariats public privé. En dépit des progrès accomplis, de fréquents litiges sur les projets d’infrastructure freinent souvent le processus d’autorisation. Pour remédier à ce problème, on pourrait adopter des règles pour l’indemnisation financière des résidents lésés par des projets. C’est dans le secteur de l’eau et de l’assainissement que les besoins sont les plus grands. Il faut encourager la formation de groupes intercommunaux pour tirer profit des économies d’échelle potentielles.

Obtenir cette publication

 

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE du Brésil :

Informations complémentaires

Des informations complémentaires sur cette Etude peuvent être obtenues auprès du Bureau du Brésil du Département des affaires économiques de l'OCDE à eco.survey@oecd.org.

Ce rapport du Secrétariat de l'OCDE a été préparé par Annabelle Mourougane et Jens Arnold sous la direction de Peter Jarrett. La recherche statistique a été effectuée par Anne Legendre.

www.oecd.org/eco/etudes/bresil

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe