Economie

De nouvelles réformes s’imposent au Costa Rica pour instaurer une croissance plus forte et plus inclusive

 

15/02/16-Selon la toute première Évaluation économique de l’OCDE consacrée au Costa Rica, le pays a accompli des progrès impressionnants sur les plans économique, social et environnemental, mais de nouvelles réformes des institutions et de l’action publique s’imposent pour instaurer une croissance plus forte et plus inclusive.

 

Cette évaluation, présentée à San José aujourd’hui par le Secrétaire général, M. Angel Gurría, et le Président du Costa Rica,M. Luis Guillermo Solís, met en évidence l’action menée avec succès par le pays au cours des trente dernières années pour attirer l’investissement direct étranger, relever le niveau de vie et améliorer le bien-être, mais signale aussi les sérieuses difficultés qui se sont fait jour, en particulier en ce qui concerne les finances publiques.


« L’économie du Costa Rica s’est progressivement relevée de la crise économique mondiale et devrait maintenant connaître une croissance plus rapide que la plupart des autres pays d’Amérique latine, ainsi que de la plupart des pays de l’OCDE, » a déclaré M. Gurría. « S’il est escompté que la croissance demeure vigoureuse au cours des deux prochaines années, aux alentours de 4 % par an, les tensions budgétaires deviennent plus persistantes. Pour revenir à l’équilibre, il faudra collecter davantage de recettes fiscales et réduire les dépenses publiques tout en améliorant leur efficience et en veillant à l’efficacité de la gestion des finances publiques. » (Lire le discours en espagnol) 

L’Évaluation économique que l’OCDE a consacrée au Costa Rica s’inscrit dans le processus d’adhésion du pays à l’OCDE, lancé en avril 2015. Elle a pour objet de contribuer à l’élaboration et à la mise en œuvre de réformes qui aideront le Costa Rica à poursuivre sa modernisation tout en rehaussant le niveau de vie de l’ensemble de la population.

Il est suggéré dans l’Évaluation que le Costa Rica prenne des mesures en vue d’assainir les finances publiques, grâce à des réductions programmées du déficit public sur les trois prochaines années. Il sera essentiel de mettre en œuvre promptement la réforme fiscale proposée, en luttant contre la fraude fiscale, en supprimant les exonérations fiscales et en freinant la croissance des dépenses publiques. L’adoption d’un cadre budgétaire à moyen terme, obéissant à une règle de dépenses claire et vérifiable, est également recommandée.

 

Pour continuer d’obtenir des avancées sur le plan des revenus et du niveau de vie, l’Évaluation appelle à de nouvelles réformes en vue de stimuler la croissance de la productivité. La grande priorité est d’améliorer la politique de la concurrence et la gouvernance des entreprises publiques. C’est également en encourageant l’innovation et un meilleur accès aux financements et aux infrastructures des transports qu’il sera possible de stimuler la productivité.



D’après l’Évaluation, les réformes visant à instaurer une économie plus forte devraient aller de pair avec les efforts déployés pour faire du Costa Rica une société plus inclusive, s’agissant notamment des travailleurs du secteur informel et des femmes. Améliorer la qualité de l’éducation et l’efficacité avec laquelle les transferts sociaux peuvent réduire la pauvreté aurait pour effet d’élargir les possibilités offertes aux citoyens et de partager plus largement les fruits de la prospérité.


Le rapport a été présenté à San José dans le cadre de la visite officielle qu’a effectuée le Secrétaire général de l’OCDE pour faire avancer le processus d’adhésion à l’Organisation du Costa Rica, lequel a donné lieu à des rencontres avec le Président Solís et plusieurs ministres, ainsi qu’avec des membres du Parlement et des représentants du monde de l’entreprise, des syndicats et de la société civile.


Une Synthèse de l’Évaluation économique, qui expose les principales conclusions du rapport, est librement accessible sur le site web de l’OCDE à l’adresse suivante : http://www.oecd.org/eco/surveys/economic-survey-costa-rica.htm. Les journalistes sont invités à reproduire ce lien internet dans leurs articles sur l’Évaluation du Costa Rica. 

 

Pour en savoir plus sur l’Évaluation économique du Costa Rica, veuillez prendre contact avec Carolina Ziehl (+52 559 138 6235) au Centre de l’OCDE de Mexico ou avec la Division des médias de l’OCDE (+33 1 4524 9700).

 

 

***NOTE AUX REDACTEURS ***

 

La toute première Évaluation économique de l’OCDE consacrée au Costa Rica s’inscrit dans le cadre du processus d’adhésion du pays à l’Organisation, lancé en avril 2015, conformément à une décision du Conseil de l’OCDE concernant l’ouverture de discussions d’adhésion avec le Costa Rica et la Lituanie.

 

Le Costa Rica travaille actuellement à l’élaboration d’une Feuille de route pour l’adhésion, qui définit les modalités, les conditions et le déroulement de son processus d’adhésion à l’Organisation. Cette feuille de route pour l’adhésion appelle à la réalisation, par 23 comités spécialisés de l’OCDE, d’une série d’examens en profondeur, comités qui transmettront ensuite au Conseil de l’OCDE leur avis formel quant à la volonté et la capacité du Costa Rica de mettre en œuvre les standards de l’OCDE, et quant à ses politiques et pratiques par rapport aux politiques et pratiques optimales préconisées par l’Organisation dans les domaines concernés.

 

Ces examens sont perçus comme une occasion de soutenir les autorités du Costa Rica dans leur effort pour faire avancer les réformes, en conformité avec les normes et pratiques optimales prônées par l’OCDE. Ce processus d’adhésion n’est pas contraint par un échéancier ou une date-butoir, et les progrès dépendront de la promptitude du Costa Rica à tenir compte des recommandations formulées par les comités, où sont représentés les 34 pays Membres.

 

L’OCDE s’applique à promouvoir des politiques qui améliorent le bien-être économique et social dans le monde entier. L’Organisation offre aux gouvernements une tribune où les responsables de l’action publique peuvent conjuguer leurs efforts et partager leur expérience pour chercher des solutions à des problèmes communs.

Les Membres de l’OCDE sont les suivants : Allemagne, Autriche, Australie, Belgique, Canada, Chili, Corée, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Israël, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République slovaque, République tchèque, Royaume-Uni, Slovénie, Suède, Suisse et Turquie.

 

Un processus d’adhésion, lancé en 2013, est en cours pour la Colombie et la Lettonie.

 

Pour en savoir plus, les journalistes sont invités à prendre contact avec M. Lawrence Speer  (+33 1 4524 7970) ou avec la Division des médias de l’OCDE (+33 1 4524 9700).

 

 

Documents connexes