Economie

Allemagne - Résumé des projections économiques (novembre 2016)

 

Note complète en PDF

 

La croissance économique devrait rester solide, la robustesse du marché du travail, la faiblesse des taux d’intérêt et l’orientation modérément expansionniste de la politique budgétaire soutenant la consommation et l’investissement résidentiel. La demande en provenance des économies de marché émergentes et des pays de la zone euro ne devrait s’affermir que lentement, pesant sur l’investissement des entreprises. Le taux de chômage restera à un niveau historiquement bas. L’excédent de la balance courante s’atténuera quelque peu, mais restera conséquent.

La politique budgétaire doit continuer de soutenir encore plus fortement l’activité pour compenser la faible demande dans la zone euro et permettre de s’attaquer aux principales défaillances structurelles qui nuisent à la croissance inclusive. Des réformes visant à lever les obstacles à l’entrée et à la concurrence dans les services professionnels, les télécommunications, les services postaux et les transports ainsi que dans certains métiers pourraient stimuler l’entrepreneuriat, la productivité et l’investissement. Imposer aux banques des obligations plus efficaces de séparation entre les activités de banque d’affaires et les activités de banque de détail et des exigences plus strictes de ratios de levier permettrait de réduire les risques sur les marchés de capitaux.

Le déficit budgétaire structurel devrait rester conforme à l’objectif à moyen terme et la dette publique continuera de diminuer. Augmenter les dépenses dans des domaines clés de l’éducation et engager une réforme fiscale permettraient de favoriser une croissance verte et inclusive. Les formations offertes aux immigrés doivent être améliorées, de même que les structures d’accueil de jeunes enfants et d’enseignement primaire à plein temps. Les cotisations de sécurité sociale sur les emplois peu rémunérés devraient être allégées. L’abaissement des taux d’imposition appliqués au second apporteur de revenu dans les ménages permettrait de lever les obstacles majeur dressés dans l’emploi et la carrière des femmes. Les dépenses fiscales affectées à des activités dommageables pour l’environnement devraient être progressivement supprimées et il conviendrait d’introduire de nouvelles taxes sur les émissions de polluants atmosphériques nocifs. L’évaluation des biens immobiliers à des fins fiscales devrait refléter les valeurs de marché, les taux réduits de TVA devraient être graduellement abandonnés et l’imposition des plus-values étendue à l’immobilier résidentiel.


>>
 Retour Perspectives économiques

 

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)