Perspectives économiques, analyses et projections

EO100 Royaume-Uni - Résumé des projections économiques (novembre 2016)

 

Note complète en PDF

Le référendum sur le Brexit a réduit les perspectives de croissance et accru la volatilité, comme en témoigne la forte dépréciation de la monnaie. La politique monétaire a atténué l’impact immédiat du choc en stabilisant les marchés de capitaux et en redonnant confiance aux consommateurs. L’hypothèse retenue ici est que le Royaume-Uni bénéficiera du statut de nation la plus favorisée après 2019, mais la grande incertitude qui entoure ce scénario va peser de plus en plus sur la croissance, et en particulier sur l’investissement privé, investissement direct étranger compris. La hausse de l’inflation devrait amputer le pouvoir d’achat des ménages et rogner les marges des entreprises, affaiblissant la consommation et l’investissement privés. Avec le ralentissement de la croissance, le taux de chômage devrait grimper.

Les politiques macroéconomiques seront nécessairement expansionnistes. L’inflation devrait dépasser la cible de 2 %, mais l’orientation de la politique monétaire restera probablement inchangée car les effets inflationnistes de la dépréciation de la livre devraient être temporaires. D’après les dernières informations communiquées par le gouvernement à l’occasion de sa déclaration d’automne, le rythme de l’assainissement budgétaire va ralentir et de nouveaux investissements publics sont prévus. Une augmentation d’ampleur de l’investissement public aurait pour effet de soutenir la demande à court terme et de stimuler l’offre à plus long terme. Face à des perspectives économiques moroses, toute nouvelle revalorisation du salaire minimum devrait être examinée avec prudence.

Malgré un relèvement récent, les taux d’intérêt à long terme demeurent bas, ce qui réduit la charge du service de la dette et libère donc une marge de manoeuvre budgétaire. Un coup de rabot aux dépenses fiscales et l’adoption d’un taux de TVA unique iraient dans le sens de l’efficience et de l’équité, mais nécessiteraient des mesures d’accompagnement pour protéger les plus modestes. Une augmentation des dépenses dans les infrastructures matérielles et les compétences dans les régions en retard de développement engendrerait des gains de productivité et des hausses de salaires et donnerait un caractère plus inclusif à la politique budgétaire.

 

 

>> Retour Perspectives économiques

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)