Perspectives économiques, analyses et projections

France - Résumé des projections économiques (juin 2015)

 

La croissance économique devrait gagner en vigueur en 2015 et 2016. La baisse des prix de l’énergie, l’amélioration des conditions financières, le ralentissement de l’assainissement budgétaire, le raffermissement de la demande extérieure et un programme de réformes favorable à la compétitivité contribueront à une hausse de la consommation et des exportations en volume. La stabilisation des prix de l’énergie et la dépréciation de l’euro tendront à augmenter le niveau des prix, bien que la persistance d’importantes ressources inemployées exerce une pression à la baisse sur l’inflation. Cependant, la faible confiance des entreprises continue de peser sur l’investissement, ce qui freine les décisions d’embauche et ne conduirait qu’à une baisse marginale du chômage.

La réduction du déficit budgétaire sur la période 2015-16 s’appuiera sur une limitation des dépenses, tandis que les recettes devraient être réduites, notamment les cotisations sociales et l’imposition des bénéfices des sociétés. L’assainissement structurel induit comprend d’importantes économies sur la charge de la dette et représente 1% du PIB sur les deux années. Alors que la France doit strictement adhérer à cette nouvelle trajectoire d’assainissement budgétaire pour atteindre ses objectifs en matière de déficit public, il conviendra de laisser librement jouer les stabilisateurs automatiques pour éviter de compromettre la reprise. Le gouvernement devra aussi continuer à mener des réformes structurelles pour stimuler la croissance et la rendre plus inclusive.

Les investissements dans les activités manufacturières, et dans les équipements plus généralement, sont faibles et irréguliers, et peinent à compenser l’amortissement des immobilisations existantes, qui vieillissent. Cette faiblesse de l’investissement menace la compétitivité de la France, même si les chefs d’entreprise prévoient une expansion modérée de la formation de capital sur la période 2015-16, stimulée en partie par les réformes structurelles en cours. La contraction de l’investissement résidentiel s’atténuera, malgré la baisse des prix des logements et les incertitudes réglementaires, tandis que l’investissement public restera modeste du fait de la diminution des transferts de l’Etat vers les collectivités locales, qui représentent l’essentiel de ces dépenses.

Note: Toutes les données pour les définitions se réfèrent aux standards internationaux comparables et peut différer dans certains cas spécifiques à partir des définitions communes nationales.

>> Retour Perspectives économiques

Prévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortem

Étude économique de la France

Rapports

Réformes structurelles

Product Market Regulation

What makes civil justice effective?

Looking to 2060: Long-term growth prospects for the world

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)