Perspectives économiques, analyses et projections

Fédération de Russie - Résumé des projections économiques (novembre 2015)

 

L’économie est en récession. La baisse des prix du pétrole, les sanctions internationales et la fuite des capitaux ont pesé sur l’investissement, la consommation intérieure et les importations. La forte dépréciation du rouble a entraîné l’inflation vers un taux à deux chiffres et érodé les revenus réels, en particulier des plus pauvres. Dans un contexte marqué par un environnement extérieur incertain et l’absence de réformes structurelles, la reprise ne pourra être que graduelle. Le chômage, actuellement faible, augmentera. L’économie devrait renouer avec une croissance positive en 2017, avec le raffermissement des exportations et le redressement de la demande intérieure.

L’orientation accommodante de la politique budgétaire est de mise étant donné l’ampleur du choc sur la demande. Une garantie de ressources ciblée en faveur des bas revenus réduirait les risques de pauvreté inhérents à la chute des salaires réels. Des efforts d’assainissement budgétaire restent néanmoins nécessaires à moyen terme pour ajuster les finances publiques à la baisse des cours du pétrole et au vieillissement de la population. L’assouplissement éventuel de la politique monétaire dépendra du recul de l’inflation et des anticipations d’inflation. Il convient de surveiller de près la détérioration du bilan des banques pour donner un coup d’arrêt à l’accumulation des prêts improductifs. Des mesures de lutte contre la corruption, une réduction du rôle de l’État dans l’économie et un renforcement des compétences et de l’innovation auraient des effets positifs sur la croissance potentielle.

Pays à forte intensité énergétique, la Russie est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde. La médiocre qualité de l’air concourt à une forte mortalité prématurée. L’objectif que s’est fixé le pays de de ramener, d’ici 2020, l’intensité énergétique de son PIB à 40 % de son niveau de 2008, ne sera pas facile à atteindre. Cette intensité pourrait être bien moindre si l’on supprimait les généreuses subventions aux combustibles (2 % du PIB), ce qui améliorerait l’efficacité énergétique des transports, des logements et de l’industrie.

Note pays PE

>> Retour Perspectives économiques

Prévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière : un post mortem

Étude économique de la Fédération de Russie

Réformes structurelles

Indicateurs de réglementation des marchés de produits

What makes civil justice effective?

Looking to 2060: Long-term growth prospects for the world

 

Documents connexes