Etudes économiques par pays

Etude économique du Brésil

 

06/06/2001 - Une série de réformes entreprises par les gouvernements brésiliens au cours de la dernière décennie ont ouvert la possibilité pour l'économie brésilienne de s'orienter vers une croissance vigoureuse assise sur les mécanismes de marché. Néanmoins, d'après un rapport procédant à un vaste tour d'horizon de l'économie brésilienne que vient de publier l'OCDE, il faudra de nouvelles réformes pour tirer pleinement parti des progrès accomplis jusqu'ici.

Ce rapport, le premier de ce qui devrait être une série régulière de publications du Département des affaires économiques de l'OCDE dans le cadre du programme administré par le Centre pour la coopération avec les pays non-membres, note que le Brésil est désormais un acteur important de l'économie mondiale. Toutefois, si ce pays a accompli des progrès sensibles dans le traitement des problèmes hérités du passé, il reste fortement dépendant à l'égard des sources de financement étrangères et donc vulnérable à des chocs d'origine externe. De ce fait, il est d'autant plus vital pour le Brésil, d'après les conclusions de ce rapport, d'aller de l'avant en poursuivant la mise en application du calendrier des réformes nécessaires pour soutenir la croissance.

L'évaluation et les principales recommandations de ce rapport peuvent être téléchargées gratuitement à partir du site web de l'OCDE. Le texte intégral du rapport (anglais seulement), pour les journalistes sur le site web protégé de l'OCDE, fera l'objet d'un séminaire réunissant des hauts fonctionnaires et des représentants du secteur privé qui se tiendra au Brésil en juillet. Des précisions sur ce séminaire, qui sera ouvert aux médias, seront communiqués au public le moment venu.

Ce rapport comporte une série de recommandations à l'intention des pouvoirs publics. Il relève un certain nombre d'éléments :

  • Même si la banque centrale du Brésil a surmonté un certain nombre d'épreuves importantes sur le marché et si elle a atteint son objectif de réduction régulière de l'inflation, la crédibilité future de la politique monétaire va dépendre de la qualité de la coordination des politiques macro-économiques au niveau du gouvernement. Les acquis obtenus jusqu'ici en matière de crédibilité pourraient, estime le rapport, être pérennisés par un nouvel accroissement de l'autonomie de la banque centrale.

  • L'assainissement budgétaire entrepris depuis 1999 a été remarquable. L'OCDE insiste néanmoins sur la nécessité d'apporter un soutien politique à la mise en application de la limitation future des dépenses publiques, notamment en ce qui concerne la Loi de responsabilité budgétaire et des accords relatifs à la dette passés entre le gouvernement fédéral et les Etats.
    L'un des plus gros problèmes auquel le Brésil doit faire face réside dans la refonte de son système de protection sociale et dans l'amélioration du niveau général de l'enseignement et de la santé. Des défaillances structurelles absorbent actuellement des ressources qui pourraient être plus convenablement orientées vers ceux qui sont authentiquement dans le besoin, notamment les personnes employées dans le secteur informel de l'économie. L'amélioration des prestations en matière de protection sociale favoriserait également le moment venu une croissance à la fois viable et plus rapide de l'économie.

  • L'un des problèmes particulier dans ce contexte réside dans l'ampleur des dépenses consacrées par le Brésil au régime public de retraite, qui draine des ressources aux dépens d'autres domaines possibles. Les réformes de ce régime général ont beaucoup contribué à mettre en place un système de retraites juste, équitable et transparent, ouvert à tous les travailleurs. Cela étant, le régime de retraite particulier des fonctionnaires continue d'absorber près de la moitié des dépenses totales en matière de retraite, ce qui témoigne des inégalités extrêmes du système brésilien de retraite.

  • Toujours sur le front budgétaire, l'OCDE note que la complexité de l'administration au niveau des Etats de la taxe sur la valeur ajoutée (ICMS) aboutit à une redistribution perverse et favorise la fraude fiscale. Sous sa forme actuelle, la ICMS a également contribué à une concurrence fiscale agressive entre certains Etats afin d'attirer les investissements. Parallèlement, pour assurer le budget fédéral, le gouvernement brésilien a eu recours à des "contributions" qui ne sont pas soumises au partage obligatoire des recettes avec les échelons infra-nationaux de l'administration publique. Pour palier ces déséquilibres, l'OCDE recommande au gouvernement fédéral de montrer l'exemple en réalisant des gains d'efficience, de façon à ouvrir la voie à une réorganisation nécessaire de la fiscalité dans son ensemble.

  • Face à la croissance attendue de la demande d'énergie, notamment d'électricité, l'OCDE appelle le gouvernement à veiller à ce que les solutions visant à accroître les capacités et diversifier les sources d'approvisionnement énergétique restent compatibles avec les mesures de libéralisation des marchés et de promotion de la concurrence.

  • Le rapport de l'OCDE appelle en outre à une amélioration de la coordination entre les organismes de réglementation afin de renforcer la concurrence. Même si le vaste programme de privatisation du Brésil a été bien géré jusqu'ici, la coordination des décisions dans la perspective des privatisations a été rendue plus complexe par l'imbrication des participations entre le gouvernement fédéral et les Etats. Les problèmes de discrimination par les prix ou de comportements d'éviction devraient être réglés, relève le rapport, par l'autorité de la concurrence.

  • Dans le secteur agricole, le rapport de l'OCDE souligne la nécessité pour le Brésil d'adopter des mesures en matière de crédit rural et de réforme foncière pour faire face à l'évolution des approches du rôle de l'agriculture dans le développement économique. A cet égard, l'OCDE se demande spécifiquement si l'avenir des ménages vivant traditionnellement de l'agriculture et celui de leurs descendants réside dans l'agriculture, en notant l'incertitude qui entoure la capacité des politiques de crédit rural à faire naître une nouvelle classe d'agriculteurs à vocation commerciale dans un secteur de subsistance ou de semi-subsistance.

Pour plus de précisions ou de commentaires, les journalistes sont invités à prendre contact avec Nicholas Bray,Division des relations avec les médias de l'OCDE (Tél 33 1 45 24 80 90) ou avec Joaquim Oliveira Martins, Département des affaires économiques de l'OCDE (Tél. 33 1 45 24 88 53).

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list