Etudes économiques par pays

Etude économique de la Corée 2010

 

Résumé des chapitres | Obtenir cette publication | Informations complémentaires

 

La prochaine Etude économique de la Corée sera préparée pour 2012.

 

   

 

Une Etude économique est publiée tous les 1½ à 2 ans pour chaque pays membre de l'OCDE. Pour en savoir plus, lire la préparation des Etudes.

 

Vous pouvez télécharger une présentation générale (format pdf) de l'étude économique de la Corée. Elle contient le résumé, les recommandations et évaluations de l'OCDE et un résumé des chapitres tels que ci-dessous:
Une version en coréen est également disponible.
Ajouter cette page à vos favoris : www.oecd.org/eco/etudes/coree

 

Résumé des chapitres

 

Chapitre 1. Soutenir la reprise après la crise financière mondiale en confortant le potentiel de croissance à moyen terme 

La Corée connaît l’une des plus fortes reprises parmi les pays de l’OCDE après la récession mondiale de 2008, grâce à ses bonnes performances à l’exportation et à l’une des relances budgétaires les plus massives dans les pays membres. L’expansion devrait se poursuivre en 2011 à mesure que l’impact positif de la demande extérieure se diffusera dans l’économie intérieure. Pour que la croissance reste vigoureuse à moyen terme, il faudra réduire l’écart très marqué de productivité du travail par rapport aux économies plus avancées de l’OCDE en menant une série de réformes, en particulier dans les services, où la productivité est faible. La priorité est de renforcer la concurrence en éliminant les obstacles intérieurs à l’entrée, en accélérant la réforme de la réglementation, an améliorant la politique de la concurrence et en levant les obstacles aux échanges et aux entrées d’investissements directs étrangers. Ces mesures devraient aller de pair avec des réformes visant à atténuer le dualisme du marché du travail, qui a nui à la croissance et à l’équité. De plus, il est essentiel d’accroître les taux d’activité, en particulier des femmes et de la population âgée, surtout pour réduire l’impact du vieillissement démographique. 

 

Chapitre  2. Politique macroéconomique : Mettre fin à la relance budgétaire et monétaire

Si la reprise est bien engagée en Corée après la crise financière mondiale, c’est en partie grâce à une réponse efficace de politique macroéconomique. Un retrait rapide des mesures de relance budgétaire en 2010 aidera à mener à bien le plan à moyen terme de réduction du déficit budgétaire. Vu l’augmentation des dépenses publiques dans le passé, il importe de rendre plus contraignants les objectifs fixés dans ce plan. En outre, l’élargissement des bases d’imposition serait bénéfique à cet égard. Ces mesures permettraient de limiter l’endettement de l’État, mais il faut aussi enrayer le gonflement rapide de la dette des entreprises publiques, notamment en progressant dans l’exécution du programme de privatisation de 2008. La relance monétaire a elle aussi soutenu la reprise. Compte tenu de la vigueur prévisible de la croissance de la production en 2010, il est essentiel que la Banque de Coréenne ne tarde pas à mettre fin à la relance monétaire. Enfin, il faudrait que la Corée maintienne sa politique de taux de change flexible.

 

Chapitre  3. Le système financier coréen : surmonter la crise financière mondiale et régler les problèmes qui subsistent

L’intensification de la crise  financière mondiale à la fin de 2008 s’est traduite par d’amples sorties de capitaux et de fortes turbulences sur les marchés financiers coréens. Mais la prompte réponse du gouvernement et de la banque centrale a stabilisé le secteur financier coréen au début de 2009 et la reprise s’est engagée assez rapidement. Contrairement à ce qui s’était passé en 1997, les institutions financières ont surmonté la crise sans sévères dommages. Les aides renforcées aux petites et moyennes entreprises ont joué un grand rôle pour surmonter la crise, mais il faudrait les éliminer afin de ne pas soutenir des entreprises non viables et de faire en sorte que les banques développent leurs capacités d’évaluation des risques ; le système financier reposerait ainsi davantage sur les mécanismes du marché. Petite économie ouverte, la Corée doit aussi prendre des mesures pour être moins sensible à de soudaines sorties de capitaux. Il faut en outre utiliser efficacement la réglementation prudentielle en vue de limiter les risques liés aux prêts hypothécaires, améliorer le gouvernement d’entreprise des institutions financières et développer la titrisation dans la transparence.

 

Chapitre  4. La réforme du système de santé en Corée

Le système de santé coréen a contribué à la nette amélioration de l’état de santé de la population, tout en limitant les dépenses à un niveau qui compte parmi les plus faibles dans la zone de l’OCDE, les deux facteurs qui ont joué à cet égard étant la forte participation financière du patient et la couverture limitée de l’assurance maladie publique. Néanmoins, les dépenses augmentent actuellement au rythme le plus rapide dans la zone de l’OCDE. La tendance à la hausse étant appelée à se poursuivre, en particulier à cause du vieillissement rapide de la population, il est indispensable d’accroître l’efficience en réformant le système de paiement, en réduisant les dépenses pharmaceutiques, en ne confiant plus aux hôpitaux les soins de longue durée, en favorisant le vieillissement en bonne santé et en mettant en place un filtrage pour l’accès aux soins. Puisque, du fait du vieillissement de la population, le poids accordé aux paiements d’assurances sociales pour le financement du système de santé constituera de plus en plus un frein pour l’emploi, il faut accroître la part du financement de source fiscale tout en prenant des mesures efficaces pour maîtriser les dépenses. Il faut prioritairement assurer un accès correct des ménages à bas revenu, étant donné la forte participation financière du patient. Il faudrait améliorer la qualité des soins en instaurant plus de transparence, en favorisant la restructuration du secteur hospitalier et en augmentant les effectifs de médecins.

 

Chapitre  5. Stratégie de croissance verte pour la Corée : lutter contre le changement climatique et tirer parti des nouvelles sources de croissance 

Les émissions de gaz à effet de serre ont pratiquement doublé en Corée entre 1990 et 2005, soit la progression la plus forte dans la zone de l’OCDE. La Corée s’est récemment fixé un objectif de réduction des émissions de 30 % en 2020 par rapport au statu quo, ce qui représente une baisse de 4 % par rapport au niveau de 2005. Pour réaliser cet objectif avec le meilleur rapport coût/efficacité possible, il faut passer d’une stratégie reposant sur des engagements volontaires des entreprises à la mise en place d’instruments de marché. La priorité est d’établir un dispositif complet de plafonnement et transfert, complété, si nécessaire, par une taxe sur le carbone dans les secteurs qui ne sont pas couverts par des permis d’émission. Réduire sensiblement les émissions implique de privilégier les industries sobres en carbone par rapport à celles à forte intensité énergétique. La Corée est déterminée à promouvoir la croissance verte via son plan quinquennal, qui prévoit de dépenser à cet effet 2 % du PIB par an jusqu’en 2013. L’un des principaux enjeux est de veiller à ce que ces dépenses soient efficacement ciblées sur le développement des technologies vertes tout en évitant les risques que présente toute politique industrielle.

Obtenir cette publication

 

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE de la Corée :

  • Les lecteurs des établissements abonnés à SourceOCDE peuvent y accéder via notre bibliothèque en ligne.

  • Ceux qui ne souscrivent pas ont la possibilité de l'acheter à notre Librairie en ligne.

  • Passer commande auprès de votre distributeur local.

  • Les fonctionnaires gouvernmentaux disposant d'un compte (inscription) doivent cliquer sur l'onglet "Publications" sur Olis.

  • Les journalistes accrédités ont la possibilité de demander l'accès à un site protégé par un mot de passe .

 

Informations complémentaires

Des informations complémentaires sur cette Etude peuvent être obtenues auprès du Bureau de la Corée du Département des affaires économiques de l'OCDE à eco.survey@oecd.org.

Ce rapport du Secrétariat de l'OCDE a été préparé par  Randall S. Jones, Buyngseo Yoo and Masahiko Tsutsumi sous la direction de Vincent Koen. La recherche statistique a été effectuée par Lutécia Daniel.

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list