Echanges

Les chaînes de valeur mondiales ouvrent des opportunités en termes de croissance, d’emploi et de développement, mais il faut aller plus loin afin que tous les pays et toutes les entreprises aient des possibilités égales d’y participer

 

17/07/2014 - Les chaînes de valeur mondiales (CVM) constituent un aspect essentiel de l’économie mondiale qui a des effets sur la croissance, l’emploi et le développement, mais il reste de nombreux défis à relever pour que tous les pays et toutes les entreprises aient la possibilité d’y participer et d'en bénéficier, selon un nouveau rapport établi conjointement par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et le Groupe de la Banque mondiale.

Selon l’étude intitulée « Global Value Chains: Challenges, Opportunities and Implications for Policy » qui a été présentée à la veille de la réunion des ministres du Commerce extérieur du G20 à Sydney, la réussite sur les marchés internationaux dépend autant de la capacité à importer des intrants de qualité que de la capacité à exporter : dans une économie mondiale de plus en plus interconnectée, où plus de 70 % des échanges concernent des biens et services intermédiaires, l’intégration dans les CVM aujourd’hui déterminera la structure des échanges et de l’IDE de demain, ainsi que les perspectives de croissance. 

 

 

  Presentation of the OECD WTO WB joint report on Global Value Chains

Les auteurs du rapport expliquent comment l’émergence des CVM a fait naître un nouvel ensemble « échanges‑investissement‑services‑savoir-faire », englobant les échanges de biens intermédiaires, la circulation des capitaux et des idées, et la demande croissante de services permettant de coordonner entre eux des sites de production dispersés. Ils montrent à quel point toutes nos économies sont aujourd’hui interdépendantes, et mettent en évidence à la fois les risques induits par des politiques qui freinent la participation aux CVM (comme les diverses formes de restrictions aux échanges et à l’investissement) et la nécessité de mettre en place des mesures d’accompagnement (par exemple dans le domaine de l’éducation et des compétences), afin de renforcer la capacité des entreprises, notamment dans les pays peu développés, à participer aux chaînes de valeur mondiales et à en retirer plus d’avantages.

 

« Les échanges, l’investissement et le développement des CVM sont entravés par des obstacles dans les secteurs manufacturier et agricole, par le peu de progrès dans l’ouverture des marchés de services, par un éventail de restrictions à l’intérieur des frontières, et par le caractère encore inachevé des travaux sur la facilitation des échanges », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, à l’occasion du lancement du rapport en présence du ministre australien du Commerce et de l' investissements, M. Andrew Robb.

 

« La Présidence australienne du G20 a fixé l’objectif ambitieux de rehausser la croissance du PIB de deux points de pourcentage par rapport à son niveau tendanciel en l’espace de cinq ans. Nous devons placer les échanges au cœur des réformes structurelles afin de concrétiser cet objectif exigeant, mais réalisable », a ajouté M. Gurría.

 

Le rapport répertorie un certain nombre de mesures que les gouvernements du G20 devraient adopter en priorité :

 

  • Mettre en œuvre et ratifier le plus rapidement possible l’Accord sur la facilitation des échanges, conclu fin 2013 à la Conférence ministérielle de l’OMC à Bali en Indonésie. Les travaux de l’OCDE sur la facilitation des échanges montrent que des procédures aux frontières plus simples, plus rapides et plus fiables permettant aux biens et aux services de franchir plus facilement les frontières réduiront considérablement les coûts liés aux échanges. Une réduction de 1 % de ces coûts se traduirait par un gain de 40 milliards USD, dont les pays en développement seraient les bénéficiaires à hauteur de 65 %. 

 

  • Renforcer les gains d’efficience dans le secteur des services, sachant que les services jouent un rôle fondamental dans la compétitivité des secteurs manufacturiers, et constituent donc des maillons essentiels des chaînes de valeur mondiales. Le nouvel Indice de restrictivité des échanges de services de l’OCDE permet aux grands prestataires mondiaux de services de comparer leurs performances et de repérer les possibilités d’amélioration.

 

  • Renforcer l’engagement pris de s’abstenir de toute mesure protectionniste et de lever toute mesure restrictive mise en place depuis la crise, en s’attachant particulièrement aux obstacles non tarifaires. La base de données de l’OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée montre clairement dans quelle mesure l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des entreprises repose sur l’accès à des intrants de première qualité. 

 

  • Accélérer les réformes structurelles et mettre en œuvre des mesures d’accompagnement bien conçues pour soutenir l’ouverture aux échanges et à l’investissement. La participation aux CVM n’est pas automatique : certains pays peu développés et entreprises de moindre envergure dans le monde risquent d’être laissés pour compte. Pour être efficaces, les mesures d’accompagnement varieront en fonction du pays, de son stade de développement, des ressources dont il dispose, et d’autres facteurs. Cependant, dans tous les cas, les pouvoirs publics devraient axer leurs efforts sur les investissements dans le capital humain, dans l’éducation et les compétences, dans des politiques actives du marché du travail permettant de faire concorder l’offre et la demande de main-d’œuvre, et dans des filets de protection sociale propres à aider ceux qui ont des difficultés à s’adapter.

 

  • « Prendre des mesures judicieuses dans le domaine des chaînes de valeur mondiales constitue une étape essentielle vers l’instauration d’un cadre solide, équilibré et durable favorable à une croissance plus inclusive, à l’emploi et au développement », a déclaré M. Gurría.

 

Le nouveau rapport OCDE-OMC-Groupe de la Banque mondiale est le dernier rapport en date d’une série commandée par les Chefs d’État et de gouvernement du G20 dans le cadre d’activités plus vastes menées pour analyser le fonctionnement des CVM ainsi que leur influence sur les flux d’échanges et d’investissements, le développement et l’emploi. L’OCDE a accueilli, en mai 2014 à Paris un séminaire dans le cadre du G20 visant à faire le point sur les chaînes de valeur mondiales.

 

Les journalistes sont invités à transmettre leurs questions à la Division des médias de l’OCDE (tél. : +33 (0)1 45 24 97 00).

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe