Echanges

Echanges, innovation et croissance

 

English Español Deutsch 日本語

Fiches d'information sur les échanges

Quel est le lien qui unit les échanges, l’innovation et la croissance ?

   

Les échanges, et la libéralisation commerciale, aident à stimuler directement l’innovation – et contribuent ainsi à l’expansion économique – de cinq manières.

 

Les échanges renforcent la concurrence et, partant, l’incitation à innover et les possibilités de le faire. On a montré qu’une concurrence accrue a des effets particulièrement puissants sur la productivité dans les pays qui sont très éloignés de la frontière technologique.

L’intensification de la concurrence dans la production automobile et la construction navale en Australie – dans le premier cas, par le biais d’une réduction des obstacles à l’importation, dans le second, par le biais d’une diminution des subventions – a aidé à stimuler l’innovation et à améliorer la productivité. Dans le secteur de la construction navale, un élément d’innovation important a été le passage technique de la construction en acier à l’utilisation de matériaux composites. Dans le cas du secteur automobile, un élément clé a été l’efficience organisationnelle dans l’adoption du système de gestion à flux tendus.

La réduction du soutien intérieur et de la protection tarifaire a encouragé l’agriculture néo-zélandaise à adopter de nouvelles technologies, ce qui a accru la productivité. Les domaines d’innovation ont été l’agrotechnologie, la génétique animale, les applications logicielles,  le tourisme agricole et la biochimie. Cela a permis à la Nouvelle-Zélande de mieux répondre à la demande des clients internationaux, et cela a encore favorisé l’innovation – viandes réfrigérées, agneau à faible teneur en matières grasses, et nouveaux produits laitiers.

Dans le cas où les échanges impliquent des investissements directs étrangers ou le déplacement de personnel qualifié, en particulier, le commerce a de grandes chances de favoriser le transfert de technologie et de compétences spécialisées et, partant, l’innovation.

Le développement de l’industrie des fleurs coupées au Kenya a bénéficié grandement de la technologie incorporée dans l’investissement direct étranger en provenance de Hollande.
Lorsque les Etats-Unis ont relevé de 10 % le quota de personnes autorisées à entrer dans le pays dans le cadre du programme de visas H1-B, le nombre total de dépôts de brevets a augmenté de 2 %, surtout de la part de scientifiques étrangers.

Au-delà de ce transfert direct de technologie, les échanges apportent aussi une contribution indirecte à l’innovation du fait qu’ils permettent d’abaisser les prix et, partant, le coût de l’accès aux technologies supérieures.

Les échanges permettent aux entreprises de tirer parti des économies d’échelle. Les entreprises qui produisent à la fois pour le marché intérieur et pour l’exportation sont mieux à même de couvrir leurs frais d’investissement en R&D sur un volume de ventes plus important que si elles écoulent leur production seulement sur le marché intérieur. Cela permet aussi aux entreprises ouvertes au commerce de repérer de nouvelles possibilités fondées sur leurs points forts.

Le secteur des textiles et de l’habillement au Sri Lanka a investi l’Inde afin de tirer profit d’un potentiel de marché plus important. Pour devenir l’acteur mondial qu’il est aujourd’hui, Nokia a dû étendre ses activités au-delà du petit marché local finlandais.

Les échanges et la réforme commerciale peuvent aider à stimuler le commerce intra-sectoriel et la mondialisation des chaînes de valeur de diverses manières : en favorisant l’harmonisation autour de normes techniques internationales auxquelles les entreprises faisant partie de chaînes de valeur fragmentées doivent se conformer ; en évitant que des règles d’origine restrictives (visant à faire en sorte que seules les importations en provenance des partenaires dans les accords bilatéraux ou régionaux bénéficient d’un accès préférentiel) ne désavantagent les fournisseurs à bas coûts dans la chaîne, et en encourageant les mesures de facilitation des échanges, permettant aux fournisseurs de réagir rapidement à l’évolution vers l’aval de la chaîne de valeur.

La mondialisation des chaînes de valeur va de pair avec une spécialisation et une efficience accrues. Ces 25 dernières années, les échanges de produits intermédiaires sont passés de 42 % à 60 % du commerce intrarégional total dans l’est de l’Asie, loin devant les échanges de matières premières (8 %) et les produits finis.

La protection de la propriété intellectuelle stimule l’innovation, mais réduit les chances de transfert de l’innovation. L’accord de l’OMC sur les ADPIC a établi des normes minimales de protection des droits de propriété intellectuelle (DPI) dans le cadre du système commercial multilatéral fondé sur des règles. Le débat est toujours animé en ce qui concerne le degré approprié de protection à assurer au-delà des normes de base des ADPIC, mais la nécessité d’un système équilibré de protection des DPI est une notion bien acquise, liée en partie à des craintes de défaillance du marché ; en l’absence d’entraves à l’imitation, les bénéfices privés sur l’innovation risquent d’être plus faibles que les bénéfices publics, et l’offre d’innovation réduite d’autant.

Une analyse récente met en évidence une corrélation positive entre protection des DPI et transferts croissants vers les pays en développement de capitaux, de services et de biens de haute technologie. Pour un renforcement de 1% de la protection par brevets dans les pays en développement, le stock d’IDE progresse de 1.6%. L’étude signale aussi pour ces pays – et c’est peut-être plus important encore – une corrélation positive très marquée entre la protection par brevets et l’innovation.


En conclusion …


Ces liens entre les échanges et l’innovation dépendent non seulement du contexte institutionnel mais aussi de l’environnement économique plus général. L’innovation liée aux échanges ne prospère que lorsque le cadre global de l’action public est propice au changement et à la transformation des produits et procédés existants.

Les conditions générales indispensables pour l’innovation sont un cadre macroéconomique solide, une culture de la concurrence solidement ancrée, des réglementations efficaces, une main-d’œuvre bien formée et qualifiée, et un système de droits de propriété intellectuelle qui fonctionne bien. L’entreprise elle-même doit être prête à se lancer dans le changement culturel et à mettre à profit les nouvelles possibilités.

 

Voir aussi:

 

 Echanges et emploi

 Echanges et environnement

 Echanges et développement

 Des marchés ouverts valent mieux que des politiques protectionnistes

 

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe