Publications & Documents


  • 4-April-2018

    English

    Agro-food economy holds key to a brighter future for young people in developing countries, says new OECD Development Centre study

    Today's world youth population -aged 10 to 24- is 1.8 billion people strong and represents the largest cohort ever transitioning to adulthood. Eighty-eight per cent of them live in developing countries. With the right policies in place, they can be influential actors of economic and social progress.

    Related Documents
  • 3-avril-2018

    Français, Excel, 895kb

    Programme - Dialogue politique de haut niveau sur le bien-être des jeunes

    La réunion rassemblera des décideurs de haut niveau des pays partenaires du projet, des représentants des pays de l'OCDE, des organisations internationales et des experts sur les jeunes, les organisations de jeunesse, les donateurs et le secteur privé pour échanger les bonnes pratiques et les leçons apprises lors de la mise en œuvre de politiques et programmes pour la jeunesse mais aussi pour identifier des approches innovantes.

    Documents connexes
    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 3-April-2018

    English, PDF, 1,808kb

    Better Policies for Better Youth Livelihoods: A guidance note for development practitioners

    This guide provides an overview of key challenges faced by youth in the countries studied and that the project considered being priority issue to be addressed urgently by governments and the development community.

    Related Documents
  • 29-mars-2018

    Français

    Comment les immigrés contribuent à l'économie des pays en développement

    Le rapport Comment les immigrés contribuent à l’économie des pays en développement est le fruit d’un projet mené conjointement par le Centre de développement de l’OCDE et l’Organisation internationale du travail, avec le soutien de l’Union européenne. Il couvre les dix pays partenaires – l’Afrique du Sud, l’Argentine, le Costa Rica, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Kirghizistan, le Népal, la République dominicaine, le Rwanda et la Thaïlande – de ce projet, « L’évaluation de la contribution économique des migrations de travail dans les pays en développement comme pays de destination », visant à apporter des preuves empiriques – à la fois quantitatives et qualitatives – des multiples façons dont les immigrés influent sur leurs pays d’accueil. 
     
    Ce rapport met en avant l’impact relativement limité des migrations de travail sur les performances des travailleurs autochtones sur le marché du travail, la croissance économique et les finances publiques dans les dix pays partenaires. Cela signifie que la crainte que les immigrés génèrent des effets négatifs s’avère souvent injustifiée, mais aussi que la plupart des pays de destination ne tirent pas suffisamment parti du capital humain et de l’expertise que les immigrés ont à offrir. Les politiques publiques peuvent jouer un rôle déterminant pour accroître la contribution des immigrés au développement de leur pays d’accueil.
  • 29-mars-2018

    Français

    Comment les immigrés contribuent à l'économie de la Côte d'Ivoire

    L'immigration a des effets positifs, quoique limités, sur l’économie de la Côte d’Ivoire. Sur le marché du travail, les immigrés ne semblent pas peser négativement sur les salaires ou les conditions de travail de la population active autochtone. Les immigrés génèrent par ailleurs une valeur ajoutée supérieure à leur pourcentage dans la population et leur présence semble augmenter la productivité des entreprises informelles. Les estimations portant sur la contribution fiscale nette des immigrés varient pour leur part en fonction des hypothèses adoptées. Des politiques publiques visant à accroître les effets positifs de l’immigration supposent d'investir davantage dans l’intégration des immigrés et de relever le défi de l'informalité.Comment les immigrés contribuent à l'économie de la Côte d'Ivoire est le fruit d’un projet mené conjointement par le Centre de développement de l’OCDE et l’Organisation internationale du travail (OIT), avec le soutien de l'Union européenne. Le projet vise à évaluer l’impact économique de l’immigration sous différentes dimensions – marché de l'emploi, croissance économique et finances publiques – dans les dix pays partenaires du projet : Afrique du Sud, Argentine, Costa Rica, Côte d' Ivoire, Ghana, Kirghizistan, Népal, République dominicaine, Rwanda et Thaïlande. Cet examen s’appuie sur une combinaison d’analyses quantitatives et qualitatives de données primaires et secondaires.
  • 28-mars-2018

    Français

    Togo : Atelier de lancement de l’Examen du Bien-être et des Politiques de la Jeunesse au Togo, 14 mars 2018, Lomé

    Le Centre de développement de l’OCDE a organisé, conjointement avec le Ministère du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes (MDBAJEJ) et la Délégation de l’Union européenne (DUE), un atelier le 14 mars 2018 à Lomé pour présenter les principaux résultats et recommandations du rapport OCDE Examen du Bien-être et des Politiques de la Jeunesse au Togo.

    Documents connexes
  • 28-March-2018

    English

    How Immigrants Contribute to Rwanda's Economy

    Immigrants' contribution to Rwanda's economy is relatively small, but growing. Unlike in many other developing countries, immigrants in Rwanda are on average better educated and work in more productive sectors than the native-born population. Although immigration is associated with a small reduction in the employment rate of the native-born population, immigrants' contribution to the Rwandan gross domestic product is higher than their share in employment. In addition, immigrants contribute more in taxes than they receive in government benefits, leading to a positive effect on the fiscal balance. A mix of migration policies, aimed at meeting labour market needs and fostering immigrants’ integration, and non-migration policies, intending to leverage the impact of immigration on the economy, would help enhance the contribution of immigrants to Rwanda’s economy.
     
    How Immigrants Contribute to Rwanda’s Economy is the result of a project carried out by the OECD Development Centre and the International Labour Organization, with support from the European Union. The project aimed to analyse several economic impacts – on the labour market, economic growth, and public finance – of immigration in ten partner countries: Argentina, Costa Rica, Côte d'Ivoire, the Dominican Republic, Ghana, Kyrgyzstan, Nepal, Rwanda, South Africa and Thailand. The empirical evidence stems from a combination of quantitative and qualitative analyses of secondary, and in some cases primary, data sources.
  • 27-March-2018

    English

    Revenue Statistics in Latin America and the Caribbean 2018

    Revenue Statistics in Latin America and the Caribbean 2018 compiles comparable tax revenue statistics for 25 Latin American and Caribbean economies, the majority of which are not OECD member countries. The publication is based on the OECD Revenue Statistics database, which is a fundamental reference, backed by a well-established methodology, for OECD member countries. Extending the OECD methodology to countries in Latin America and the Caribbean enables comparison of tax levels and tax structures on a consistent basis, both among the economies of the region and with OECD member countries. This publication is jointly undertaken by the OECD Centre for Tax Policy and Administration, the OECD Development Centre, the Inter-American Center of Tax Administrations (CIAT), the Economic Commission for Latin America and the Caribbean (ECLAC) and the Inter-American Development Bank (IDB).
  • 27-March-2018

    English

    Latin America and the Caribbean: Tax revenues expected to recover after dip in 2016

    Tax revenues in Latin America and the Caribbean (LAC) dipped in 2016, falling further behind average OECD country levels, but a recovery is likely in subsequent years, according to Revenue Statistics in Latin America and the Caribbean 2018. The average tax-to-GDP ratio stood at 22.7% in 2016, a fall of 0.3 percentage points since 2015, the report says.

    Related Documents
  • 26-mars-2018

    Français

    L’Australie doit accroître son aide au développement pour donner corps à son engagement renforcé

    L’engagement actif de l’Australie en matière de développement sur la scène mondiale, de même que son intérêt pour les petits États insulaires fragiles et la réduction des risques de catastrophe, sont louables. Toutefois, selon le dernier Examen par les pairs de l'Australie réalisé par le CAD, des compressions successives du budget de l’aide depuis 2013 entravent les efforts du pays.

    Documents connexes
  • << < 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 > >>