Développement

L'OCDE appelle à un accroissement et à une utilisation plus efficace de l'aide pour améliorer la santé et la sécurité des populations

 

18/01/2005- Selon le Rapport annuel de l'OCDE sur la coopération pour le développement, publié au nom des 22 nations et de l'Union européenne qui financent la majeure partie de l'aide internationale au développement, l'aide peut et doit être employée plus efficacement afin d'assurer une vie plus sûre et une meilleure santé à plus de 1.1 milliard d'individus dans le monde vivant avec moins d'un dollar par jour et d'atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). 

En 2003, l'aide au développement consentie par ces pays a atteint le chiffre sans précédent de 69.0 milliards USD, contre 58.3 milliards USD en 2002 (voir les chiffres définitifs concernant l'année 2003). Cependant, cet accroissement est pour une bonne partie imputable à l'évolution des taux d'inflation et des taux de change, et en particulier à l'affaiblissement du dollar. Les chiffres relatifs aux décaissements effectués en 2004 et les estimations concernant les versements prévus en 2005 ne sont pas encore connus. Néanmoins, si les pays donneurs honorent leurs promesses faites à Monterrey en 2002, le montant de l'aide devrait s'élever à quelque 88 milliards USD en 2006. 

Le Rapport sur la coopération pour le développement est publié par le Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE qui veille à la coordination des politiques d'aide au développement des principaux pays donneurs du monde. Il insiste sur le fait que la sécurité humaine, qui passe par l'instauration d'États démocratiques tenus de rendre des comptes à la population, la protection des droits de l'homme et le respect de l'état de droit, est un facteur capital du développement. En se référant à l'exemple des Iles Salomon qui ont sollicité l'aide de leurs voisins, le Rapport souligne que c'est en combinant l'assistance en matière de sécurité fournie par les donneurs avec un programme à plus long terme d'aide au développement et de soutien à la réforme institutionnelle que l'on peut espérer aider un pays à retrouver une stabilité politique et économique. Les programmes d'action en faveur du développement et de la sécurité doivent aller de pair même en demeurant tributaires d'impératifs propres à chacun de ces deux domaines.

Le CAD encourage les donneurs à accroître et à redéployer en même temps leur aide afin de veiller à ce que les pays les plus pauvres reçoivent davantage de fonds. Lorsque certains pays, notamment la Chine, la Malaisie et la Thaïlande, commencent à afficher une croissance vigoureuse, l'aide dont ils bénéficient doit être redistribuée vers d'autres pays. La part de l'aide allant aux pays pauvres est en hausse, mais on pourrait faire encore davantage en ce sens.

Un tel redéploiement des ressources favoriserait dans une certaine mesure la progression vers la réalisation des OMD. Pour le moment, le seul objectif qui a quelques chances d'être atteint est la réduction de moitié de la proportion de la population vivant avec moins d'un dollar par jour d'ici 2015, et encore, ne pourra-t-il l'être que dans des pays qui, pour beaucoup, se situent en Asie et en Afrique du Nord. Au rythme actuel, l'Afrique sub-saharienne en particulier ne peut escompter parvenir à ce résultat, pas plus d'ailleurs qu'elle ne peut espérer atteindre les objectifs visés en matière d'égalité homme-femme, d'éducation, de santé infantile ou de mortalité maternelle. Vaincre la pauvreté exige un véritable coup d'accélérateur qui passe par la mise en œuvre de stratégies et de politiques davantage axées sur les réalités nationales et de nature à étayer un croissance à large assise, l'application de politiques commerciales et de stratégies internationales propices au développement, ainsi qu'une augmentation de l'aide et de l'investissement.

L'amélioration des procédures, des pratiques et des politiques suivies en matière d'aide peut également favoriser l'obtention de résultats plus probants sur le front du développement. Si l'on tire les enseignements de ce qui se passe dans des pays comme le Nicaragua, qui reçoit l'aide d'une quarantaine de donneurs, il apparaît primordial que les donneurs simplifient et harmonisent leurs manières de procéder. Au Mozambique par exemple, 15 donneurs contribuent au financement du budget national dans le cadre d'un mécanisme unique, et au Bangladesh, une douzaine de donneurs ont regroupé leurs différents projets de soutien aux écoles sous la bannière d'un programme unifié. Pour que l'aide soit plus efficace, il faut qu'elle serve les objectifs de développement poursuivis par les pays bénéficiaires qui au bout de compte arrivent à s'approprier les projets et les programmes d'aide. Encore faut-il réussir à généraliser la mise en pratique de ces principes de bonne pratique.

Certains signes donnent toutefois à penser que l'on avance. La collaboration entre les secteurs public et privé a permis de réduire de 95 pour cent en quelques années le prix de vente des médicaments antirétro-viraux aux malades du HIV/sida. Et l'accès à certains outils de communication tels que le téléphone et l'Internet se généralise. En 1990, le nombre de personnes possédant un téléphone fixe ou un portable dépassait à peine 500 millions. Il excède à présent 2 milliards. La croissance a été soutenue dans ce secteur en Afrique où on recense désormais davantage de téléphones portables que de postes fixes.

Le Rapport sur la coopération pour le développement insiste tout particulièrement sur la nécessité de consacrer une plus large part de l'aide à des actions dans le domaine de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement. Dans l'ensemble, les donneurs sont moins présents dans le secteur de l'eau que dans le passé et affectent davantage de ressources au financement d'infrastructures urbaines dans des pays à revenu intermédiaire qu'à l'aide à des communautés marginalisées qui sont celles qui souffrent le plus du manque d'eau potable.

Le Rapport indique également qu'il est indispensable d'améliorer l'information sur le développement, et notamment la collecte et l'interprétation des données statistiques. Des travaux de recherche récents mettent par exemple en évidence l'importance des envois de fonds par des travailleurs expatriés dans des pays membre du CAD, estimés à quelque 34 milliards USD par an (soit près de la moitié du montant total de l'aide publique) et destinés pour une large part à l'Inde, au Mexique, aux Philippines et à la Turquie. Les flux à destination des pays d'Afrique sub-saharienne sont en revanche négligeables puisqu'ils ne représentent qu'un milliard USD environ alors que l'aide publique est chiffrée à 20 milliards USD. Les sommes envoyées par les travailleurs expatriés proviennent pour la majeure partie, soit 22 milliards USD, des États-Unis, et d'Europe, à hauteur de 7 milliards USD. Ces informations permettent aux responsables de l'action gouvernementale de mieux aider les travailleurs étrangers à rapatrier dans leur pays d'origine les sommes qu'ils ont gagnées et d'encourager l'utilisation de ces fonds au service du développement.

Il serait par ailleurs souhaitable de disposer d'informations plus fines sur l'aide d'urgence. Le Rapport précise que la mobilisation massive à l'échelle mondiale qui a fait suite à la catastrophe provoquée par le tsunami dans l'Océan indien devrait se traduire par une hausse considérable de l'aide tant publique que privée en 2005. L'OCDE oeuvre d'ores et déjà, en collaboration avec le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, à l'amélioration des systèmes de suivi des versements effectués pour venir en aide aux victimes du tsunami, l'objectif étant de pouvoir disposer de données fiables pour évaluer dans quelle mesure les engagements annoncés ont effectivement été tenus.


Pour recevoir un exemplaire du Rapport sur la coopération pour le développement (qui sera disponible à une date ultérieure en français), les journalistes sont invités à contacter la Division des relations avec les médias de l'OCDE (tél. 33 1 4524 9700).

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe