Partager

Développement

L'OCDE et les pays donateurs s'efforcent de concentrer les efforts de développement sur la crise de Covid-19, en s'appuyant sur une augmentation de l'aide officielle en 2019

 

16/04/2020 - L'OCDE et les pays membres qui fournissent de l’aide internationale étudient comment ils peuvent aider les pays les plus vulnérables à surmonter la crise de Covid-19, au moment où de nouvelles données montrent une augmentation de l'aide publique au développement (APD) en 2019, en particulier pour les pays les plus pauvres.

L'APD des membres du Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE s'est élevée à 152,8 milliards d'USD en 2019, soit une hausse de 1,4 % en termes réels par rapport à 2018, selon les données préliminaires recueillies auprès des agences officielles de développement. L'APD bilatérale en faveur de l'Afrique et des pays les moins avancés a augmenté respectivement de 1,3 % et 2,6 %. Si l'on exclut l'aide consacrée à la prise en charge des réfugiés dans les pays donateurs - qui a diminué de 2 % par rapport à 2018 - l'APD a augmenté de 1,7 % en termes réels.

« Cet accroissement de l'effort mondial de développement est un premier pas important, d'autant plus que nous avons maintenant le devoir supplémentaire de renforcer notre soutien aux pays qui sont les plus durement touchés par la crise du coronavirus », a déclaré le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría. « La réponse des fournisseurs d'aide au développement dans les semaines et les mois à venir sera un atout majeur dans la bataille mondiale contre le Covid-19. L'APD s'est révélée résistante à la récession dans le passé, notamment lors de la crise financière de 2008, et je suis convaincu qu'elle peut l'être à nouveau. »

En 2019, l'APD totale équivalait à 0,30 % du revenu national brut combiné des pays du CAD, contre 0,31 % en 2018, soit un ratio inférieur à l'objectif de 0,7 % du RNB. Cinq membres du CAD - le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni - ont atteint ou dépassé l'objectif de 0,7 % (les mêmes cinq pays qu'en 2018). Parmi les donateurs non membres du CAD, qui ne sont pas comptabilisés dans le total du CAD, la Turquie a fourni une APD équivalant à 1,15 % de son RNB.

L'APD a augmenté dans 18 pays du CAD, les plus fortes hausses ayant été enregistrées en Autriche, en Finlande, en Grèce, en Hongrie, au Japon, en Corée, en Norvège et en Slovénie. Elle a diminué dans 11 pays, plus particulièrement en Pologne, au Portugal et en Suède, dans certains cas en raison de la baisse des dépenses consacrées aux réfugiés. Dans l’ensemble, l'APD nette a augmenté régulièrement en volume depuis 1960, alors qu’elle s’élevait à un peu moins de 40 milliards de dollars. Malgré la crise de 2008, l'APD a augmenté de 69 % en termes réels entre 2000, année où les objectifs du Millénaire pour le développement ont été adoptés, et 2010, année pour laquelle les donateurs s’étaient engagés à augmenter leur aide.

Le 9 avril, le CAD a reconnu dans une déclaration commune l'importance de l'APD pour aider les pays en développement à traverser la crise de Covid-19, et déclaré que les membres « s'efforceront de protéger » les budgets de l'APD.

« C'est une bonne nouvelle : l'APD augmente et une plus grande partie va à l'Afrique et aux pays les plus pauvres. Nous devons nous appuyer sur cette tendance positive, car cette crise mondiale exige une coopération mondiale forte. Les pays les moins avancés seront les plus durement touchés par le COVID-19. Les membres du CAD utilisent déjà l'APD pour les aider à faire face au double choc des crises sanitaire et économique. Nous devrons continuer à le faire tout au long de 2020 et au-delà », a déclaré la présidente du CAD, Susanna Moorehead.

Les membres du CAD s’informent mutuellement de leurs actions pour aider les pays en développement à lutter contre la crise sanitaire et faire face aux conséquences économiques de la pandémie, certains pays donateurs ayant déjà annoncé une réaffectation de l'APD pour soutenir les conditions de vie de base, construire des installations sanitaires d'urgence et apporter des liquidités aux banques des pays en développement.

M. Gurría, dans une déclaration conjointe avec M. Achim Steiner, administrateur du Programme des Nations unies pour le développement, a appelé la communauté internationale et les membres du CAD à apporter d’urgence leur soutien aux plus vulnérablesdans ce contexte de crise, y compris en accroissant et en confirmant leurs engagements en matière d’APD. Mme Moorehead et Jorge Moreira da Silva, directeur de la coopération au développement de l'OCDE, ont exhorté les membres du CAD en mars à respecter leurs engagements en matière d'APD, à cibler les efforts sur les systèmes de santé et les personnes vulnérables et à assurer une coordination optimale de l'aide humanitaire et de l'aide au développement. Pour les aider, l'OCDE suit la propagation du Covid-19 dans les endroits les plus fragiles et les plus insécurisés du monde sur sa plateforme « États de fragilité ».

L'OCDE étudie également les modalités d'allégement de la dette et d'autres mécanismes financiers pour les pays en développement, le soutien des donateurs aux femmes qui constituent la majorité des travailleurs de la santé et des soins, le soutien des biens publics mondiaux - y compris la recherche de nouveaux médicaments ou vaccins - et les moyens d’aider les pays en développement à atténuer les impacts sociaux et économiques à plus long terme. Toute aide directe liée au Covid-19 aux pays éligibles à l'APD, qu'il s'agisse d'investir dans les systèmes de santé ou de protéger et de reconstruire les moyens de subsistance, sera comptabilisée comme de l'APD.

Définie depuis 1969 comme « l'aide gouvernementale qui promeut et vise spécifiquement le développement économique et le bien-être des pays en développement », l'APD représente plus des deux tiers du financement extérieur des pays les moins avancés. Les statistiques de l'OCDE sur l'aide comptabilisent les flux officiels des donateurs du CAD. L'OCDE suit également les flux provenant de certains fournisseurs non membres du CAD et de fondations privées. Les données préliminaires sont publiées au mois d'avril et les statistiques finales, avec une ventilation géographique et sectorielle détaillée, à la fin de chaque année.

Le total pour 2019 comprend 149,4 milliards USD sous forme de dons, de prêts à des entités souveraines et de contributions à des institutions multilatérales ; 1,9 milliard USD à des instruments du secteur privé axés sur le développement (ISP), 1,4 milliard USD de prêts nets et d'actions à des entreprises privées opérant dans des pays éligibles à l'APD et 149 millions USD d'allégement de la dette. Les prêts souverains bilatéraux ont augmenté de 5,7 % en termes réels à partir de 2018, ce qui suggère que certains donateurs accorderaient davantage de prêts concessionnels aux pays à faible revenu.

Comme en 2018, les données de 2019 sont exprimées en « équivalent-don », ce qui permet une comparaison plus réaliste entre les dons et les prêts, qui représentent environ 17 % de l'APD bilatérale brute, et une mesure plus juste de l'effort des donateurs. Jusqu'en 2018, les prêts étaient exprimés sur la base des flux financiers (cash en anglais), ce qui signifie que leur valeur nominale totale était incluse puis que les remboursements étaient soustraits au fur et à mesure de leur arrivée. La méthode de l'équivalent-don signifie que seule la « partie don » du prêt, c'est-à-dire la portion des prêts accordés à des taux inférieurs à ceux du marché qui est « donnée », compte comme APD.

Données sur l’aide publique au développement et autres ressources :

Pour de plus amples informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec Catherine Bremer, Bureau des médias de l’OCDE (+33 1 45 24 97 00.)

 

Le CAD est un comité de l'OCDE qui sert de forum à 30 donateurs et organismes observateurs. L'APD est définie comme un flux de financement public destiné à promouvoir le développement économique et le bien-être des pays à revenu faible ou intermédiaire. L'APD nette est l'APD totale dépensée moins le remboursement du principal des prêts par les pays bénéficiaires.

 

Coopérant avec plus d'une centaine de pays, l'OCDE est un forum stratégique international qui s'emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier.

 

Documents connexes