Centre de développement

S’attaquer au développement rural est essentiel à la réalisation des Objectifs de développement durable, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’OCDE

 

31/03/2016 - La population rurale mondiale, qui s’élève aujourd’hui à 3,4 milliards d’individus, dont environ 92 % dans les pays en développement, devrait continuer d’augmenter jusqu’en 2028. Elle est essentiellement concentrée en Asie et en Afrique. La situation est particulièrement précaire en Afrique subsaharienne, la seule région qui a enregistré une hausse constante du nombre de personnes pauvres au cours de la dernière décennie. Lancés récemment, les Objectifs de développement durable (ODD) ne pourront être atteints que par la conception et la mise en œuvre de politiques efficaces visant à faire sortir de la pauvreté des millions de personnes vivant en milieu rural.

 

La publication intitulée « A New Rural Development Paradigm for the 21st Century: A toolkit for developing countries » répertorie les éléments à prendre en compte pour concevoir des stratégies à l’appui du développement de moyens de subsistance résilients et durables dans les régions rurales. Ce rapport du Centre de développement de l’OCDE a été lancé aujourd’hui, à l’occasion du huitième Forum mondial de l’OCDE sur le développement.

 

D’après ses auteurs, les personnes vivant en milieu rural dans les pays en développement sont moins bien loties que les habitants des villes, et ce, au regard de la quasi-totalité des indicateurs du développement, qu’il s’agisse de l’extrême pauvreté, de la mortalité infantile, ou de l’accès à l’électricité et à des installations sanitaires. Cet écart continue de se creuser et l’exode rural est source de pressions croissantes pour les zones urbaines, dont certaines sont déjà soumises à des niveaux élevés de congestion et ne produisent pas suffisamment d’emplois productifs pour intégrer les migrants ruraux.

 

Si l’expérience acquise par les pays de l’OCDE en matière de développement rural est riche d’enseignements précieux pour les pays en développement, elle ne fournit pas nécessairement une feuille de route adaptée. Les pays en développement font actuellement face à un contexte mondial différent et extrêmement ardu, caractérisé par des pressions démographiques et environnementales élevées (en particulier en Afrique subsaharienne), l’émergence de nouveaux acteurs et institutions économiques, et l’évolution ininterrompue des technologies et des outils de l’information.

 

L’analyse contenue dans le rapport fait fond sur des études de cas de six pays : Corée, Viet Nam, Thaïlande, République populaire de Chine, Côte d’Ivoire et Tanzanie. Les conditions en vigueur dans ces pays permettent de mettre en évidence les dynamiques et les trajectoires spécifiques des politiques de développement rural destinées à combler l’écart entre les zones urbaines et rurales. En Corée, par exemple, le mouvement Saemaul Undong offre une trajectoire de développement unique, qui a permis au pays de passer, en une génération, du statut de pays en développement à celui d’économie enregistrant l’une des croissances les plus rapides de l’OCDE. Cette transformation a été rendue possible par un processus d’industrialisation sans précédent et une stratégie multisectorielle de développement rural qui a ouvert la voie à des investissements dans la productivité agricole, les infrastructures immatérielles et matérielles, et l’amélioration des conditions de vie de la population rurale.

 

Le rapport montre qu’une réorientation de l’approche adoptée en matière de développement rural est impérative. Les stratégies de développement rural doivent être multisectorielles, tirer parti des liens entre les régions urbaines et rurales, et associer tous les niveaux d’administration ainsi que des acteurs tels que le secteur privé, les donneurs internationaux, les organisations non-gouvernementales et les communautés rurales elles-mêmes. Afin d’offrir une réponse aux défis actuels, elles doivent tenir compte du changement climatique, des évolutions démographiques, de la concurrence internationale et du rythme rapide de l’évolution technologique.

 

Pour recevoir un exemplaire du rapport ou pour toute information supplémentaire, les journalistes sont invités à contacter Mme Bochra Kriout (Tél. : +33 145 24 82 96) au Service de presse du Centre de développement de l’OCDE.

 

Documents connexes