Centre de développement

Le secteur rural est la clé de la modernisation économique du Myanmar, selon l’OCDE

 

14/01/2015 -  L’amélioration du  secteur agricole du Myanmar à travers le développement d’activités agro-alimentaires et de services connexes pourrait  contribuer à la transformation économique du pays  qui  pourrait ainsi se moderniser et produire des biens d’exportation à plus forte valeur ajoutée, d’après un nouveau rapport de l’OCDE.

 

Le rapport montre qu’il faut aussi remédier au manque d’infrastructures rurales, de compétences adéquates des agriculteurs, de services de promotion publique des exportations et d’accès aux financements dans le secteur agricole. Par exemple, au Myanmar, le secteur rural ne bénéficie que de 2,5 % des prêts alors qu’il représente 30 % du produit intérieur brut (PIB) et deux tiers des emplois.

 

« La concentration des efforts sur le secteur agricole, qui emploie actuellement l’essentiel de la population active du pays, pourrait être le point de départ de la transformation du Myanmar en une économie moderne. Si l’on veut accroître la productivité agricole et permettre aux travailleurs de rejoindre le secteur manufacturier et les services, il est essentiel d’améliorer l’accès aux financements dans les zones rurales et les compétences des agriculteurs », a déclaré Rintaro Tamaki, Secrétaire général adjoint de l'OCDE, à l’occasion du lancement du volume 2 de l’Examen multidimensionnel du Myanmar à Yangon.

 

La corruption, le retard technologique et les difficultés d’accès aux terres et aux locaux à usage de bureaux sont les principaux obstacles au développement des entreprises dans le secteur manufacturier.

 

Des droits fonciers mieux définis, l’amélioration de l’infrastructure et la refonte du système financier permettraient d’instaurer les conditions nécessaires pour que l’ensemble de l’économie puisse prospérer. Il serait également souhaitable que l’État soutienne davantage les exportations et renforce sa réglementation en matière de santé et de sécurité afin que les produits satisfassent aux normes d’exportation.

 

Cette transformation structurelle nécessitera des investissements considérables. Pour que le pays atteigne les objectifs de croissance qu’il s’est fixé, il faudrait que, sur les vingt prochaines années, les investissements représentent entre 21 % et 28 % du PIB annuel  et jusqu’à 30-40 % d’ici 2035. Pour faire face à ses besoins financiers, le Myanmar devrait examiner toutes les sources de financement disponibles. Les sources externes, dont l’Aide publique au développement, l’Investissement direct étranger et les fonds envoyés par l’importante diaspora, pourraient couvrir jusqu’à un tiers des besoins de financement pour le reste de la décennie. L’essentiel des ressources financières, en particulier à moyen et long termes, devra toutefois provenir de sources internes, en particulier des recettes publiques ou de l’épargne des ménages, dont le niveau est actuellement très faible.

 

L’Examen multidimensionnel du Myanmar mené par l’OCDE prend note des réformes engagées par le Myanmar dans de nombreux domaines, notamment au niveau de la gestion des financements extérieurs pour le développement, de la structure fiscale et du système financier, et insiste sur la nécessité de poursuivre les progrès. « Il faut absolument conserver l'élan de la réforme si l’on veut que le revenu et le niveau de vie de la population progressent », a déclaré le Secrétaire général adjoint Tamaki. 

 

L’’Examen multidimensionnel du pays est le fruit d’une collaboration de l’ OCDE avec les autorités du Myanmar, en partenariat avec la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP). Les Examens Multidimensionnels par Pays sont un nouvel instrument de l’OCDE, conçu pour répondre aux réalités des économies en développement. Pour aider les décideurs, les Examens visent à concevoir des politiques et des stratégies qui concilient les objectifs économiques, sociaux et environnementaux pour une trajectoire de développement durable et favorisant l’amélioration des conditions de vie de la population.

 

Pour de plus amples informations sur les Examens multidimensionnels par pays, veuillez consulter le site : http://www.oecd.org/fr/dev/examens-multidimensionnels-par-pays.htm.  

 
Pour toute demande d'interview ou d’exemplaire électronique du rapport, merci de prendre contact avec  le Centre de développement de l’OCDE (dev.media@oecd.org, tél : +33 145 24 82 96). 

 

Documents connexes