Centre de développement

Forum mondial de l’OCDE sur le développement 2016 : De l'engagement à la mise en œuvre des Objectifs de développement durable : améliorer les politiques, les données et le financement, un impératif

 

GFD banner FR

31 mars 2016
– Si 2015 a vu l’adoption par les dirigeants du monde entier dans le cadre des Nations Unies, de l’Agenda 2030 pour le développement durable et des Objectifs de développement durable (ODD), 2016 marque le début de leur mise en œuvre. Il reste quelque 800 semaines pour sortir 800 millions de personnes de la pauvreté. Atteindre ce but et les ambitieux ODD d’ici à 2030 exigera une force de mobilisation audacieuse et une action efficace de la part des gouvernements, en même temps que des idées et des outils nouveaux qui permettent d’avancer simultanément sur tous les fronts, social, économique et environnemental. En partenariat avec les gouvernements et le système des Nations Unies, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est prête à apporter sa contribution à la concrétisation des ODD, en mettant à profit sa capacité d’analyse et sa vocation de cadre de réflexion collective sur les politiques, les données et le financement du développement.

La nécessité de définir des politiques et des stratégies solides, de disposer de données plus abondantes et de meilleure qualité, et de trouver des moyens judicieux d’assurer le financement du développement, a été au cœur des débats qui se sont déroulés aujourd’hui lors du Forum mondial sur le développement, ouvert par Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE. Plus de 400  participants de la sphère du développement international, venus de pays membres de l’OCDE et de pays non membres, ainsi que des secteurs public et privé, se sont réunis à Paris afin de partager leur expérience et des solutions concrètes pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030. Parmi les intervenants figuraient le Ministre d’État chargé des Finances et la Coopération économique de l’Éthiopie, la Vice-présidente associée de la Fondation Rockefeller et le Directeur du Département économique de la Banque Al-Maghrib.

Si les ambitions que recouvrent les ODD sont universelles, la possibilité de les traduire dans des actions porteuses de transformations profondes dans chaque pays dépendra des conditions offertes par le contexte mondial et de la capacité de concevoir les politiques requises à l’échelon local. Par exemple, les défis qui se posent en milieu rural et urbain se situent plus jamais au centre des débats sur les politiques. Plus de trois milliards de personnes habitent les zones rurales et doivent ainsi faire face à des problèmes de développement spécifiques. L’application de politiques de développement rural efficaces sera nécessaire pour atteindre les ODD, comme le recommande le rapport du Centre de développement de l’OCDE intitulé “A New Rural Development Paradigm for the 21st Century: A toolkit for developing countries”. Rendue publique aujourd’hui lors du Forum, cette étude souligne l’importance d’assurer la création de moyens d’existence plus durables et plus résilients en milieu rural.

Pour définir les politiques meilleures qu’exige la concrétisation des ODD, il faut disposer de données de qualité. L’Agenda 2030 appelle à mettre en place des systèmes statistiques nationaux plus solides pour aider les gouvernements à prendre les bonnes décisions. Il préconise aussi l’utilisation de dispositifs de suivi transparents qui permettent aux parties prenantes de mesurer les progrès accomplis par le gouvernement de chaque pays dans l’exécution des engagements qu’il a pris au titre des 169 cibles composant les ODD. Les débats tenus aujourd’hui ont montré les difficultés qu’ont encore beaucoup de pays à réunir en temps utile des données fiables pour suivre les avancées réalisées. Ils ont aussi mis en lumière des exemples positifs illustrant comment tirer parti de la technologie, des partenariats public-privé et de la révolution des données pour renforcer les systèmes statistiques en vue de mesurer le progrès des ODD. Ceux-ci prennent appui sur les compétences statistiques de l’OCDE, lesquelles facilitent les efforts déployés et la réflexion menée dans ce domaine aux niveaux national, régional et mondial, notamment à travers le Partenariat statistique au service du développement au XXIème siècle (PARIS21), qui travaille avec les pays en développement au renforcement de leur système statistique national.

La mise en œuvre des stratégies et politiques de développement nationales exigera un financement adéquat et prévisible. L’aide est une ressource essentielle et elle le restera pour le financement des ODD, surtout pour les pays dont les besoins sont les plus grands. En 2014, elle a atteint au total le montant sans précédent de 137,2 milliards USD. Mais seule, elle ne suffira pas. Un financement plus holistique est nécessaire. Il faudra donc puiser dans des sources plus diverses: impôts, investissement intérieur et étranger, aide, envois de fonds des travailleurs émigrés et capitaux philanthropiques. Forte de sa connaissance approfondie du financement du développement, l’OCDE s’emploie à mesurer les apports de ressources, afin de tenir les gouvernements comptables de leurs engagements et de proposer des idées nouvelles quant aux moyens d’associer ressources publiques et privées et de définir des scénarios de financement innovants. Il sera essentiel de bien comprendre l’architecture mondiale, le contexte spécifique de chaque pays en développement, les arbitrages possibles entre les choix stratégiques et l’importance que revêt l’adoption de politiques cohérentes et complémentaires les unes des autres.

Les débats se sont conclus sur l’examen de la manière dont l’OCDE pourra contribuer à l’élaboration d’un « GPS » (système mondial de positionnement) pour les ODD, qui permette d’aider les pays du Nord et du Sud à exploiter au mieux les outils et indicateurs dont ils ont besoin pour atteindre leurs objectifs de développement. Les intervenants et les participants au Forum ont reconnu qu’il était indispensable, pour la mise en œuvre des ODD, d’instaurer un dialogue entre les pairs et d’établir des liens entre les décideurs et les acteurs non étatiques, afin d’accroître l’impact des efforts de développement.

Voir la discussion sur twitter : #OECDgfd



En savoir plus:

Pour obtenir de plus amples informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec dev.media@oecd.org


 

Documents connexes