Asie et Pacifique

Renforcer les liens régionaux est essentiel pour maintenir l’élan de croissance de l'Asie émergente, selon les Perspectives économiques pour l’Asie du Sud-Est, la Chine et l’Inde 2016

 

Kuala Lumpur, 20 novembre 2015 – Si, de manière inquiétante, les perspectives pour nombre de pays de l’OCDE restent modestes, les pays de l'Asie émergente (Asie du Sud-Est, Chine et Inde) devraient connaître une croissance soutenue – bien que plus modérée que ces dernières années – à moyen terme, selon les dernières Perspectives économiques pour l’Asie du Sud-Est, la Chine et l’Inde du Centre de développement de l’OCDE. Ce rapport a été publié en coopération avec la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique et avec l’Asian Development Bank Institute.

 

La croissance réelle en Asie émergente devrait atteindre en moyenne 6.5 % en 2015 et 6.2 % par an sur la période 2016-20. La croissance continuera de ralentir en Chine tout en restant forte en Inde, qui enregistrera l’un des niveaux les plus élevés de la région. La croissance dans les pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) devrait atteindre en moyenne 4.6 % en 2015 et 5.2 % par an sur la période 2016-20, menée par la croissance des Philippines et du Viet Nam dans les pays de l’ASEAN-5 et celle du CLM (Cambodge,  RDP lao et Myanmar). La consommation privée contribuera fortement à la croissance globale.

 

Pour maintenir ce solide élan, la région devra résister au ralentissement de la croissance chinoise, qui continuera d’avoir un impact sur les perspectives de croissance du reste de la région, ainsi qu’aux effets de la normalisation monétaire aux États-Unis et à la décélération de la productivité.

 

Renforcer les liens régionaux peut jouer un rôle essentiel pour maintenir l’élan, indique le rapport, dans un chapitre spécial consacré au sujet.

 

« La région reste exposée aux risques internes et externes. Pour maintenir l’élan de croissance, le renforcement des liens régionaux est impératif. Une amélioration des capacités de contrôle par le biais de meilleurs indicateurs et d’un apprentissage par les pairs peut renforcer l’efficacité de l’agenda régional et contribuer à avancer vers une intégration globale de l’ASEAN », a déclaré le Secrétaire général adjoint de l’OCDE Rintaro Tamaki en présentant les Perspectives lors du Sommet de l’ASEAN en Malaisie.

L’échelle et le périmètre de coordination doivent être optimisés entre les nations, les régions et les sous-régions. L’intégration de ces liens au niveau global de l’ASEAN est tout aussi importante, et implique de renforcer la coopération avec les économies voisines. Selon les Perspectives, un réseau solide de relations à des degrés variés est essentiel à une croissance durable, notamment au moyen d’actions pour un marché économique unique.

La réduction des disparités, qui empêchent une croissance durable et inclusive, est essentielle : la persistance de la pauvreté et l’inégalité des infrastructures dans la région ont un impact sur le développement. Les pays prioritaires concernés sont le Cambodge, le Myanmar et la RDP lao.

« La croissance verte et le secteur privé comme facteurs de croissance tendent à bénéficier considérablement du programme d’intégration », confirme le Directeur du Centre de développement de l’OCDE, Mario Pezzini.

 

La suppression des tarifs douaniers et des barrières non économiques peut promouvoir l’intégration et faciliter les échanges d’énergies renouvelables. La puissance hydroélectrique du Mékong, par exemple, demeure une source prometteuse de capacité de production, exportable dans l’ensemble de la région. De la même manière, une intégration économique plus forte accroît les opportunités pour les entreprises locales d’étendre leurs opérations au-delà des frontières nationales et de se transformer en acteurs régionaux ou entreprises ASEAN, confirme le rapport.

 

La formulation de nouvelles stratégies de développement pour la région requiert l’adoption d’un programme de réformes exhaustif pour les Petites et Moyennes Entreprises (PME), la finance, les infrastructures, le marché du travail et la politique environnementale ainsi que pour les secteurs de l’agriculture, l’éducation, la sécurité sociale et le tourisme, indiquent les notes pays des Perspectives sur la politique structurelle.

 

Les Perspectives contribuent au Programme régional de l’OCDE pour l’Asie du Sud-Est, lancé lors de la Réunion ministérielle 2014 de l’OCDE. Ce programme vise à renforcer l’échange de bonnes pratiques et le partage de connaissances des décisionnaires des pays de l’OCDE et de l’ASEAN.

POUR EN SAVOIR PLUS

Centre de développement de l’OCDE : Kensuke Tanaka, Directeur du bureau Asie (Kensuke.Tanaka@oecd.org ; Tél. : +336 27 19 05 19) ou Bochra Kriout, Responsable médias (Bochra.Kriout@oecd.org; Tél. : +336 26 74 04 03)

Pour en savoir plus sur les Perspectives économiques pour l’Asie du Sud-Est, la Chine et l’Inde 2016, et des notes pays, veuillez consulter : www.oecd.org/fr/dev/asie-pacifique.

 

Le communiqué de presse est également disponible en Coréen, Japonais, Chinois, Vietnamien, Indonésien, Malais