Partager

Centre de politique et d'administration fiscales

Déclaration conjointe sur la lutte contre les flux financiers illicites par M. Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE, et M. Thabo Mbeki, Président du Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites en provenance d’Afrique

 

La question des flux financiers illicites (FFI) est au cœur du programme d’action international. L’OCDE et le Groupe de haut niveau ont attiré l’attention sur ce problème et élaboré des solutions pour y répondre. À la suite des révélations récentes dans les médias qui ont mis en lumière le recours au secret, aux sociétés-écrans et aux comptes offshore pour dissimuler des activités illégales, il est urgent que la communauté internationale s’unisse car le blanchiment de capitaux, la fraude fiscale et la corruption transnationale, qui constituent l’essentiel des FFI, touchent tous les pays.


OECD Secretary-General Angel Gurría and Thabo Mbeki Le Serétaire général de l'OCDE Angel Gurría et Thabo Mbeki, Président du Groupe de haut niveau sur la lutte contre les flux financiers illicites d'Afrique
Photo: Herve Cortinat/OECD


Des progrès significatifs ont été accomplis ces dernières années à la faveur des mesures énergiques prises contre l’opacité et le secret en matière financière et fiscale au niveau mondial, mais il faut faire plus encore. Les gouvernements des pays africains et du reste du monde devraient unir leurs forces et renforcer leurs efforts en vue d’intensifier la coopération internationale pour mettre un terme aux pratiques illégales qui continuent de pénaliser l’ensemble de nos communautés.


Nous entendons faire en sorte que les pays africains bénéficient pleinement des initiatives déployées sur le plan international dans le but d’améliorer la transparence fiscale et demandons à tous les pays du continent africain de se joindre à ces efforts. Nous reconnaissons le rôle important que jouent les travaux du Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements pour promouvoir la transparence financière dans le domaine fiscal. Nous encourageons tous les pays africains à prendre part à ces travaux sur un pied d’égalité, et à rejoindre la centaine d’autres juridictions qui ont signé la Convention multilatérale concernant l’assistance administrative mutuelle en matière fiscale.


Enfin, nous reconnaissons l’importance pour tous les pays de combattre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) et saluons l’ouverture du Projet BEPS à l’ensemble des pays intéressés.


Document lié:
Visite de HE Thabo Mbeki et du Gorupe de haut niveau contre les flux financiers illicites en Afrique - remarques introductives

 

Documents connexes