Coopération transfrontalière : analyse des réseaux de gouvernance

 

‌Les enjeux transfrontaliers sont au cœur des défis sahéliens et ouest-africains, quelle que soit la nature de ces défis. C’est à cette problématique essentielle que sont consacrés le cycle 2015-16 des Perspectives ouest-africaines et l'ouvrage paru dans la série des Cahiers de l’Afrique de l’Ouest de l’OCDE en janvier 2017. Ce travail examine le potentiel des régions ouest-africaines en matière de coopération, la structure des réseaux de politiques publiques transfrontaliers, et la vision spatiale des décideurs politiques de la coopération. Lire Télécharger

 

Une analyse régionale a été menée afin d'identifier quelles seraient les régions les plus favorables à des initiatives de coopération transfrontalière. Des enquêtes ont été conduites auprès de 137 acteurs impliqués dans la coopération transfrontalière au niveau de l'Afrique de l'Ouest dans son ensemble, et dans trois microrégions : la région de la vallée du fleuve Sénégal, le Liptako-Gourma et la région du lac Tchad. Ces études s’appuient sur une méthodologie bien particulière, appelée analyse des réseaux sociaux (social network analysis) qui focalise sur les liens entretenus entre acteurs d’un domaine d’activité spécifique. Plusieurs vagues d’entretiens menés en face-à-face auprès des acteurs impliqués dans la coopération frontalière permettent de cartographier les réseaux transfrontaliers de manière originale.


 

Comment les réseaux des politiques publiques transfrontalières fonctionnent-ils ?

La connaissance de l’organisation des acteurs et de leurs réseaux politiques demeure fragmentaire, en particulier en ce qui concerne la circulation d’informations et de ressources au-delà des frontières nationales. En cartographiant les relations entretenues entre les acteurs des politiques publiques, le projet s’interrogera sur : Comment, en Afrique de l’Ouest, le contexte social et les liens informels structurent-ils les relations entre les acteurs frontaliers ? Quels acteurs ou groupes d’acteurs possèdent un pouvoir formel et informel ? Comment ces acteurs coopèrent-ils dans des cadres institutionnels différents ou antagoniques ? 

 

 

Quelle est l’échelle la plus pertinente pour les activités de coopération transfrontalière ?

L’un des principaux défis de l’intégration régionale réside dans l’adaptation de l’échelle des institutions à celle des activités économiques. Alors que les activités économiques s’établissent au sein de régions fonctionnelles, c’est-à-dire cohérentes et connectées, les institutions s’organisent autour d’unités administratives. Du fait de l’inadéquation fréquente entre périmètres fonctionels et institutionels, les régions peinent à adapter leurs stratégies aux défis économiques ; notamment lorsque les cadres juridiques et réglementaires diffèrent. En identifiant le potentiel économique des espaces frontaliers, le cycle de réflexion stratégique  contribuera à étudier : Comment saisir les perspectives de développement et les besoins des zones transfrontalières ? Comment ces zones peuvent-elles être connectées et quel rôle peuvent-elles jouer dans le contexte de l’organisation du territoire ouest-africain ?

 

Comment une approche en réseau peut-elle faciliter la prise de décisions ? 

Une approche en réseau montre comment les acteurs coopèrent et influencent sur les décisions. Cette meilleure compréhension de la structure globale des réseaux de politiques publiques vise à améliorer la coordination entre les divers partenaires (donneurs, organisations régionales, acteurs privés, acteurs étatiques, municipalités locales) intervenant dans la coopération transfrontalière. Quels sont leurs objectifs respectifs, qu’ils soient contradictoires ou complémentaires, comment s’influencent-ils ? Comment le réseau pourrait-il évoluer au service d’un renforcement de la gouvernance transfrontalière dans la région ? La visualisation des données que propose l’approche en réseau permet une lecture complémentaire des formes plus classiques d’analyse. Comment l’approche en réseau peut-elle contribuer à appréhender les problématiques ouest-africaines ? 


Origine et concept de la coopération transfrontalière

La coopération transfrontalière est une démarche d’initiatives locales par laquelle des actions sont formulées et mises en oeuvre par les acteurs locaux privés et publics de deux ou plusieurs pays vivant dans des espaces transfrontaliers. Cette démarche doit reposer sur l’accord et l’accompagnement des gouvernements des pays concernés dans le double objectif d’améliorer les conditions de vie des populations des zones frontalières souvent marginalisées et de construire concrètement la coopération régionale. Cette approche novatrice du processus d'intégration régionale a été mise en avant pour la première fois au début des années 2000 sous le concept de « pays-frontières »  introduit par le Président malien Alpha Oumar Konaré afin de promouvoir l’existence de régions frontalières partageant des caractéristiques physiques et humaines communes. Le concept est aujourd’hui utilisé par la CEDEAO pour promouvoir l’intégration de proximité, et par l’Union africaine qui mentionne explicitement les « espaces géographiques à cheval sur les lignes de partage séparant deux ou plusieurs États limitrophes et où vivent des populations qu’unissent des liens socioculturels et économiques » dans son programme consacré à la coopération transfrontalière.

 

Le Secrétariat du CSAO a une longue expérience en matière de coopération transfrontalière. Les premiers travaux ont été lancés en mars 2002, lorsque le gouvernement du Mali a organisé une réunion autour du concept de « pays-frontières », avec l'appui du CSAO.  Cette réunion a donné le coup d'envoi à un processus ambitieux visant à promouvoir la mise en œuvre des programmes de coopération transfrontalière et des opérations pilotes, en développant des synergies et en favorisant le partage d'expériences et d'information. Pour le cycle thématique 2015-16 sur la coopération transfrontalière, le Secrétariat du CSAO a fait équipe avec le Département d’études sur les régions frontalières de l’Université du Sud-Danemark associant une équipe internationale de chercheurs.

 

À Lire

Liens utiles

 

 

 

 

Also AvailableEgalement disponible(s)