Le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO) est une plateforme internationale indépendante. Le secrétariat est hébergé au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Sa mission est de promouvoir des politiques régionales à même d’améliorer le bien-être économique et social des populations ouest-africaines.

Objectifs:

  • Améliorer la gouvernance régionale de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
  • Comprendre les transformations en cours dans la région et leurs implications en matière de politiques publiques par des analyses régionales, spatiales et prospectives

Valeurs

  • Le dialogue : Le Club encourage le débat, la compréhension mutuelle et favorise la coordination sur des questions cruciales et les mutations en cours dans une perspective régionale. Il est en particulier l’un des pivots de la gouvernance régionale de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
  • L’objectivité : Le CSAO produit des analyses indépendantes et factuelles et constitue des bases de données originales. Il mène des analyses régionales et spatiales de mutations structurelles déterminantes pour le développement de l’Afrique de l’Ouest.
  • L’audace : En raison de sa nature informelle, le CSAO n’est pas soumis à des politiques à court terme ou des programmes politiques. Il est ainsi à même de promouvoir des méthodes d’analyses innovantes et des approches insuffisamment prises en compte jusqu’à présent dans l’élaboration de politiques stratégiques.
  • L’ouverture : Le CSAO veille à mettre autour d’une même table tous les acteurs concernés : leaders politiques, représentants de la société civile, élus locaux et représentants d’autres régions du monde. Ses analyses s’appuient sur l’expertise d’un large réseau de chercheurs de toutes origines et de partenariats.

Origine et évolution

« Le Club est la plus ancienne initiative de solidarité et de partenariat entre l’Afrique et l’OCDE. »

A‌nne De Lattre, fondatrice et Directrice du "Club du Sahel" en 1976

Le « Club du Sahel » a été créé par des pays du Sahel et de l’OCDE en 1976, dans le but de mobiliser l’attention et le soutien de la communauté internationale face aux sécheresses sahéliennes. Au cours des 25 premières années de son existence, la principale mission du Club a été d’appuyer le Comité permanent Inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et de mobiliser des aides de pays membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE. Ceci a mené à une augmentation sensible de l’aide destinée à la région sahélienne. Au cours de la même période, le Club a facilité la création du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) et du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA). Suite à un large processus de consultation, facilité par le Club et le CILSS, une « Charte de l’aide alimentaire » a été adoptée en 1990, préfigurant quelques principes de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide. Aujourd’hui, l’Afrique de l’Ouest est l’une des régions les mieux équipées en matière de prévention et de gestion des crises alimentaires. 

En 2001, le Club a élargi son mandat et son champ géographique à l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest afin de s’adapter aux interdépendances régionales croissantes. Renommé « Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest » (CSAO), le Club a développé de solides relations avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), tout en poursuivant son partenariat avec le CILSS.

Le CSAO a nourri la réflexion stratégique de ces organisations et appuyé les politiques régionales dans les domaines de l’agriculture, de la coopération transfrontalière, de la prévention des conflits, de l’adaptation au changement climatique, de l’élevage et des migrations. En promouvant l’action régionale, le CSAO contribue à démontrer que les grands défis mondiaux contemporains forment un puzzle d’enjeux régionaux spécifiques et interdépendants.

En 2010, le Club s’est engagé dans une réforme profonde. Ses Membres ont approuvé un Mandat définissant une nouvelle forme de gouvernance. Ils ont également redéfini les relations du Club avec l’OCDE. La CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS sont ainsi devenus des Membres à part entière en janvier 2011.

Gouvernance

Fondé sur une gouvernance partagée entre les organisations régionales ouest-africaines et leurs partenaires, le Club représente aujourd’hui une plate-forme de dialogue unique dans le paysage international du développement. 

Les Membres se réunissent deux fois par an dans le cadre du Groupe d’orientation politique (GOP). Ce dernier définit les orientations stratégiques, approuve le programme de travail et le budget, ainsi que les rapports d’activités et financiers. Les Membres assurent le bon fonctionnement du Club à travers leurs contributions financières. Ils désignent en leur sein le Président du Club, qui est actuellement François-Xavier de Donnea, Ministre d’État de la Belgique. T. Jean de Dieu Somda, ancien Vice-Président de la Commission de la CEDEAO, est le Représentant spécial du Président chargé de promouvoir le Club sur la scène internationale. Rattaché à la Direction des Relations mondiales de l’OCDE, le Secrétariat du CSAO assure l’exécution du programme de travail. Il mène des travaux analytiques, organise des réunions de réseaux et autres rencontres et facilite ainsi les liaisons entre les parties prentantes.

Dates clés

1973 Terrible sécheresse dans le Sahel ; création du « Comité permanent Inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel » (CILSS)
1976 Création du « Club du Sahel » à l’initiative des pays membres du CILSS et de certains pays membres de l’OCDE pour mobiliser la communauté internationale autour du Sahel
1984  Nouvelle sécheresse désastreuse ; création du « Réseau de prévention des crises alimentaires » (RPCA), sous l’impulsion du CILSS et du Club
1990 Adoption de la « Charte de l’aide alimentaire » dans les pays du Sahel
1994 Parution de l’étude sur les perspectives à long terme (WALTPS) « Pour préparer l’avenir de l’Afrique de l’Ouest : une vision à l’horizon 2020 »
1997 Adoption du Mémorandum de Banjul pour une meilleure efficacité de l’aide au Sahel
2000 Création du « Réseau des organisations paysannes et producteurs agricoles » (ROPPA)
2001 Élargissement du champ géographique du Club à l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest
2005 Appui à la formulation de la Politique agricole commune (ECOWAP) de la CEDEAO
2006 Lancement du Programme d’initiatives transfrontalières (PIT) de la CEDEAO, conçu sur la base des travaux du Club
2007 Appui à la Commission de la CEDEAO pour la rédaction de sa « Vision stratégique à l’horizon 2020 »
2008 Appui à la mise en place de l’ECOWARN, système d’alerte précoce et de prévention des conflits de la CEDEAO
2008  Appui à la formulation de l’Approche commune sur la migration de la CEDEAO
2008/09  Appui au « Programme régional d’investissement agricole » (PRIA) dans le cadre d’ECOWAP
2009 Appui à la définition d’orientations sur le développement de l’élevage dans la CEDEAO et l’UEMOA
2011 Naissance du nouveau Club ; la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS deviennent Membres à part entière
2011 Adoption de la « Charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires », couvrant les 17 pays ouest-africains.
2011 Session Outreach Afrique du G20 : « Volatilité des prix agricoles et alimentaires : vues et perspectives ouest-africaines »
2012  Lancement de l’Alliance pour la résilience (AGIR) - Sahel et Afrique de l’Ouest
2014 Atlas du Sahara-Sahel : géographie, économie et insécurité
2017 Coopération transfrontalière et réseaux de gouvernance en Afrique de l'Ouest

Le Club et l'OCDE

La relation entre le Club et l’OCDE est gouvernée par un Protocole d’Accord. Le Secrétariat fait partie intégrante de l’OCDE. Le Club est un membre actif du pôle de développement de l’OCDE et les initiatives Afrique de l’Organisation. Le Secrétariat facilite les échanges entre les acteurs régionaux de l’Afrique de l’Ouest et l’OCDE.

Pourquoi l'OCDE ? 

Le « Club du Sahel » a été créé en 1976 à l’initiative du Comité d’aide au développement de l’OCDE (CAD) et de plusieurs pays sahéliens et membres de l’OCDE, dans le but de mobiliser l’attention et le soutien de la communauté internationale face aux sécheresses sahéliennes. Il s’agit de la plus ancienne initiative de solidarité et de partenariat entre l’Afrique et l’OCDE. Aujourd’hui, c’est parce que la région a besoin de promouvoir ses intérêts au niveau mondial et d’amplifi er la voix ouest-africaine dans les débats internationaux que le Secrétariat du CSAO demeure au sein de l’OCDE. L’OCDE lui confère également les sources d’analyse et l’indépendance nécessaires à la production d’études utiles au dialogue et aux politiques.

« Le processus d’intégration régionale ne nécessite pas une institution supplémentaire dans la région mais plutôt un appui au niveau international qui peut aider à mieux faire entendre la voix ouest-africaine dans les débats mondiaux. » Yaya Sow, ancien Ambassadeur de la CEDEAO auprès de l’UE et du groupe ACP