Le rôle du CSAO dans le renforcement du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA)

 

31e Réunion annuelle du RPCA

‌Trente ans après sa création, le Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) est reconnu unanimement comme l’instance de référence en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle sous le leadership politique de la CEDEAO et de l'UEMOA. Toujours plus nombreux et présents au niveau décisionnaire, les membres du Réseau contribuent à renforcer la gouvernance régionale en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Assurant la co-facilitation avec le CILSS, le Secrétariat du CSAO est un acteur incontournable qui facilite le dialogue informel et le développement d’un consensus entre les Membres du Réseau. Il organise avec le CILSS les deux réunions statutaires du Réseau et assure son animation tout au long de l'année. 

Nous visons à renforcer l’impact du RPCA sur les instances décisionnelles régionales et à améliorer sa visibilité internationale, notamment à travers des produits de communication dédiés au Résau (film documentaire, clips vidéo, site Internet du RPCA et autres outils). Le Secrétariat du CSAO cherche également à amplifier la voix ouest-africaine dans les débats internationaux et offre des opportunités d'echanges entre leaders ouest-africains et décideurs politiques des pays membres de l'OCDE. 

Acquis | Priorités | Images | Contact

 

Contexte

Au fil des années, le Secrétariat a réussi à gagner l'intérêt des organisations régionales ouest-africaines qui se sont appropriés du Réseau et assument aujourd'hui pleinement son pilotage politique. Il a également joué un rôle important en tant que facilitateur en créant des liens entre les leaders sahéliens et ouest-africains et les partenaires techniques et financiers. Si le Réseau a été initialement conçu en tant qu'outil destiné à améliorer l'efficacité de l'aide, il a su s'adapter aux défis de sécurité alimentaire actuels qui sont devenus beaucoup plus complexes. Il accueille et accompagne un nombre grandissant d'initiatives et projets (e.g. AGIR, la Réserve régionale de sécurité alimentaire, etc.), - un symbole de son succès. 

Regarder le film du RPCA : une success story sahélienne et ouest-africaine

Haut

  

Acquis

‌« Depuis près de trois décennies, ce Réseau construit de proche en proche, à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest, la convergence des politiques visant à assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de millions de personnes. […] Le RPCA avance et fait avancer les idées et améliore les outils de prévention et de gestion des crises alimentaires. Si le Réseau existe encore aujourd’hui, s’il s’élargit, s’il devient plus fort, c’est parce qu’avant tout il est construit sur la légitimité politique des institutions régionales sahéliennes et ouest-africaines mandatées par les gouvernements de la région. Il nourrit et se nourrit de cette légitimité politique autour de laquelle il cristallise et renforce la gouvernance régionale. »

François-Xavier de Donnea, Président du CSAO

 

Étapes clés

  • Charte de l’aide alimentaire (1990), adoptée par la Chefs d’États membres du CILSS et leurs partenaires techniques et financiers membres du Club du Sahel/OCDE. Ce Code de bonne conduite fournissait les instruments et directives nécessaires pour juguler les effets pervers de l’aide alimentaire qui se déversait dans le Sahel suite aux sécheresses de 1973 et 1984. Ses principes engageaient les États sahéliens et leurs partenaires internationaux pour une responsabilité mutuelle en vue d’une meilleure coordination et efficacité de l’aide alimentaire.

  • Le cycle PREGEC : au début des années 2000, la région sahélienne ne disposait ni des bilans céréaliers ni d'une analyse régionale de sa campagne agricole. Dans le cadre du Réseau, les principaux acteurs de la sécurité alimentaire ont progressivement développé un cycle des concertations régulières qui forme aujourd'hui une partie intégrante du Système régional de prévention et de gestion des crises alimentaires (PREGEC). Au sein du PREGEC, l'équipe CILSS/Agrhymet et les autres experts de la sécurité alimentaire recueillent des données des pays membres, analysent et harmonisent les données à l'échelle régionale et construisent ainsi progressivement un consensus sur la situation alimentaire et nutritionnelle qui est partagé par l'ensemble des parties prenantes (CILSS, FAO, FEWS NET, OCHA, PAM). Le cycle PREGEC est composé de quatre réunions d'experts techniques et les deux réunions statutaires du RPCA. 
  • La Charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires (2011) : dans le cadre du RPCA, une concertation inclusive a été menée dans les quinze pays membres de la CEDEAO ainsi qu'en Mauritanie et au Tchad. Cette concertation a abouti par l'adoption d'une nouvelle Charte en 2011. Plaçant la solidarité régionale et la responsabilité mutuelle au cœur de son action, ce code de bonne conduite s’attaque aux causes structurelles des crises alimentaires et nutritionnelles. Elle interpelle les signataires pour un renforcement des systèmes d’information, des plateformes de dialogue et de la cohérence des interventions en vue d’une amélioration de l’efficacité de l’action collective. La Charte fait l’objet d’évaluations interne et externe conduites dans le cadre du RPCA (voir priorités).

  • Le Cadre harmonisé est un outil d’identification et d’analyse des zones à risque et populations vulnérables. Il permet de formuler un diagnostic et des perspectives consensuels de la situation alimentaire et nutritionnelle. Sur la base de l'analyse du Cadre harmonisé, l'équipe CILSS/Agrhymet prépare une carte qui indique les phases d'insécurité alimentaire par zone.

  • La Réserve régionale de sécurité alimentaire bénéficie de l'appui du Réseau. Après avoir favorisé le soutien politique du G20 à l’ambition ouest-africaine de réserve régionale de sécurité alimentaire, le Secrétariat du CSAO a accompagné le processus de formulation du projet (contribution à la Task Force et à l’étude de faisabilité).

  • L'Alliance globale pour la résilience (AGIR) : L'Alliance a été lancée en décembre 2012 dans le cadre du Réseau. La plateforme du CSAO, à travers le RPCA, fournit l'espace commun de dialogue, de lobbying et de plaidoyer en faveur de l'Alliance au niveau international. Il organise notamment les réunions biannuelles du Groupe d'experts seniors (SEG-AGIR).
  • Impacts sur la prise de décision politique : Depuis 2010, les Commissions de la CEDEAO et de l’UEMOA assurent le co-pilotage politique du Réseau, faisant de ce dernier une instance majeure de dialogue d’aide à la décision. Des réunions ministérielles ouest-africaines s’appuient sur les conclusions du Réseau pour décider de mesures politiques et financières à prendre face à des situations de crises localisées. Reconnaissant l’importance que les Nations Unies attachent au PREGEC et au RPCA, ils ont récemment révisé leur cycle de programmation humanitaire pour attendre les résultats complets et les analyses du Cadre harmonisé en Afrique de l'Ouest.

Haut

 

Priorités de travail 2015-16


Dans le cadre de son Programme de travail 2015-16, le Secrétariat poursuivra le renforcement du RPCA. Les efforts du Secrétariat du CSAO sont concentrés dans les domaines suivants :  

  • Animation du dialogue et coordination sur la situation et les perspectives alimentaires et nutritionnelles par le biais des deux réunions annuelles (avril et décembre). Il veillera au renforcement du rôle et de la contribution des organisations professionnelles agricoles et de la société civile aux travaux du Réseau.

  • Connexion du Réseau avec les centres décisionnels des organisations régionales, des gouvernements, des organisations professionnelles et de la société civile, des partenaires techniques et financiers : étude d’analyse et de propositions ; mise en débat.

  • Évaluations externes de la Charte : une réunion de haut niveau Afrique de l'Ouest – communauté internationale (Membres et non-Membres du CAD/OCDE) sera organisée autour de la première évaluation externe de la Charte de prévention et de gestion des crises alimentaires. En 2016, une deuxième évaluation externe sera menée. 

    • Des études thématiques ayant pour but d’accroître l’impact de la Charte au niveau régional, qui incluraient entre autre une étude relative aux mécanismes d’interpellation de l’ensemble des parties prenantes sur l’application de la Charte, une étude de diagnostic et de proposition sur la rationalisation des cadres et mécanismes de concertation et de dialogue sur la sécurité alimentaire au niveau régional, et une étude sur les coûts d’efficacité de l’action.
    • Un accompagnement technique sera apporté aux organisations professionnelles et de la société civile pour l’animation de mécanismes indépendants d’interpellation des États, des organisations régionales et des partenaires techniques et financiers.

  • Facilitation autour de la mise en place d’un dispositif permanent de veille, suivi-évaluation et capitalisation des réponses aux crises alimentaires et nutritionnelles afin de renforcer l’efficacité des interventions et des politiques de prévention et de gestion. Ce dispositif servira à renforcer la capacité du RPCA à agir en faveur d’une approche plus globale de prévention de crises, au-delà du travail sur les réponses de crise humanitaire.
  • Appui aux travaux de la « Task force » de la stratégie régionale de stockage de sécurité alimentaire.

  • Élaboration des outils de communication et appui en communication en faveur du Réseau afin d'accroître sa visibilité dans les pays sahéliens et ouest-africains et sur le plan international. À titre d'exemple, le Secrétariat du CSAO travaille actuellement sur une série de clips vidéo présentants les outils du Réseau (PREGEC, la Charte, la Réserve). Il a également réalisé un film sur le RPCA.

Haut

 

Contact

Haut

 

Documents connexes