La production céréalière ouest-africaine  de la campagne agricole 2015-16 s’élève à 64,4 millions de tonnes, en hausse de 5 % par rapport à celle de l’année dernière et de 13 % par rapport à la moyenne quinquennale. En dépit de la bonne récolte, environ 6,7 millions de personnes sont actuellement affectées par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dont près de 4,2 millions de personnes déplacées dans la région en raison de l’insécurité civile. Les risques d’insécurité alimentaire et nutritionnelle sont particulièrement élevés dans les zones du Bassin du Lac Tchad qui enregistrent non seulement un faible niveau de production agricole mais connaissent aussi une forte perturbation des marchés en raison de la crise sécuritaire. La situation nutritionnelle demeure une préoccupation majeure, notamment dans certaines zones des pays sahéliens et du Nigéria. Environ 5,9 millions d’enfants ouest-africains de moins de cinq ans risquent de souffrir de malnutrition aiguë en 2016 dont 1,9 million dans sa forme sévère, si des mesures adéquates ne sont pas prises. Il s’agit bel et bien d’un problème structurel qui souligne la nécessité à s’attaquer aux causes profondes de l’insécurité alimentaire et confirme la pertinence de l’Alliance globale pour la résilience (AGIR). Télécharger la carte

Climats, changements climatiques et résilience