Initiative régionale sur le cacao

 

   

Combattre les pires formes de travail des enfants
dans les plantations de cacao en Afrique de l'Ouest

À l’initiative du Ministère belge des affaires étrangers et de la coopération au développement, en collaboration avec d’autres agences de coopération au développement, le Secrétariat du CSAO a coordonné depuis 2008 des travaux sur le « Travail des enfants dans le secteur du cacao en Afrique de l’Ouest ». Rassemblant les principales parties prenantes et les institutions régionales, cette initiative a capitaliseé les expériences existantes et recenser les bonnes pratiques tout en promouvant une approche régionale intégrée pour combattre les pires formes de travail des enfants. Les résultats de ce travail sont publiés dans le Guide sur les bonnes pratiques émergeantes de la lutte contre le travail des enfants dans les communautés de cacao d'Afrique de l'Ouest , publications conjointe du Secrétariat du CSAO et de l'Initiative internationale de cacao. L’Union Inter Parlementaire (UIP) appuie ce processus à travers des activités de lobbying auprès des pays africains et dans les pays membres de l'OCDE. Le> marquez cette page : http://www.oecd.org/csao/cacao 

 

Événements | L'Initative | Objectifs | Parties prenantes | Documents | Contact

 

 

L’Afrique de l’Ouest représente plus de 70 % de la production mondiale de cacao (38 % pour la Côte d’Ivoire, 21 % pour le Ghana, 5 % pour le Cameroun et 5 % pour le Nigeria). On produit aussi du cacao au Togo, au Sierra Leone et au Liberia, mais en quantité moindre.

 

Événements

 

Conférence régionale des parlementaires pour lutter contre la traite d’enfants

Cotonou (Bénin), 26 - 28 mai 2010

Ce premier séminaire, co-organisé par l’Assemblée nationale du Bénin, le CSAO et l’Union interparlementaire, a abordé le problème de la traite d’enfants aux fins d’exploitations de leur travail dans la filière cacao. Une centaine de parlementaires venant d’une vingtaine de parlements de l’Afrique de l’Ouest et du Centre ont adopté la « Déclaration de Cotonou », en vue d’une action concertée et régionale. Une feuille de route définit une stratégie commune à court et moyen terme. Financé par la Coopération belge, ce processus se poursuivra en s’appuyant sur le manuel de bonnes pratiques actuellement en cours d’élaboration par l’Initiative internationale sur le cacao (ICI) sous les auspices du CSAO.


16ème Réunion des partenaires de la Fondation mondiale du cacao

Bruxelles, 16 octobre 2009

Dans sa présentation intitulée « Les enjeux sociaux des filières alimentaires – une vision holistique », le Ministre belge de la coopération au développement, S.E. Charles Michel, a souligné la valeur ajoutée des initiatives régionales telle que coordonnée par le Secrétariat du CSAO. Il a insisté sur l’importance de renforcer le dialogue entre les pays producteurs et les pays consommateurs, les organisations régionales, les entreprises et la société civile au Sud comme au Nord. Cette vision est partagée dans le document de position commune, signé par 14 parties prenantes et organisations régionales.


 

 

Première rencontre du Groupe de travail

Siège de l’OCDE, 9 février 2009

Le Secrétariat du CSAO a accueilli la première rencontre du Groupe de travail de l’initiative régionale « Combattre les pires formes de travail des enfants dans les plantations ouest-africaines de cacao ». Les participants ont discuté les conclusions d’une étude documentaire faisant l’état de l’ensemble des programmes en cours. Sur cette base, les contours d’une initiative régionale complémentaire, impliquant tous les acteurs déjà engagés, ont été définis. > Comte rendu (anglais)

 

 

 

L'Initiative

Contexte

Le problème de travail des enfants en agriculture apparaît très complexe et ne concerne pas seulement les exploitations de cacao. Il est également vécu dans d’autres types d’exploitations comme celles d’ananas, de banane ou de coton. De façon générale le sujet renvoie à la question de développement rural et du devenir des jeunes dans la région.

Le problème du travail des enfants dans les plantations de cacao ouest-africaines a fait l’objet d’une très forte mobilisation ces dix dernières années. La myriade de programmes et d’initiatives mise en oeuvre a produit des résultats notables, notamment grâce à une forte implication de la part des gouvernements de Côte d’Ivoire et du Ghana (principaux producteurs de cacao de la région).

Cette initiative vise à consolider ces expériences et bonnes pratiques existantes et à promouvoir une approche régionale sur la question du travail des enfants.

 

Approche régionale

La dimension régionale/transfrontalière du secteur de cacao en Afrique de l'Ouest et du travail des enfants (la traite en particulier) favorise la promotion d'une approche intégrée régionale pour combattre les pires formes de travail des enfants dans les plantations ouest-africaines. En effet, sur le plan géographique, l'ensemble des bassins de production de cacao et leurs systèmes d'exploitation respectifs sont transfrontaliers (le cacao représente 46 % des exports agricoles ouest-africains). Les méthodes de production, les structures sociales et le contexte socioéconomique sont par conséquent assez similaires dans les pays producteurs.
De plus, les problématiques liées au travail des enfants, comme par exemple la traite des enfants, s'inscrivent souvent dans un contexte régional. Des solutions peuvent seulement être trouvées à l'échelle régionale.
Pour intégrer de manière efficace cette dimension régionale, les institutions régionales, en particulier la CEDEAO (ECCAS) mais aussi l'UEMOA et le CILSS doivent être plus fortement impliquées. Les acteurs régionaux restent trop souvent absents des stratégies et programmes. L'absence d'une approche intégrée régionale constitue également un frein aux nombreuses activités menées à l'échelle nationale pour combattre la traite des enfants.

 

Objectifs

  • Promouvoir la naissance d’un leadership institutionnel régional ;
  • Renforcer l'engagement pour l’intensification et le soutien des efforts de mise en oeuvre de solutions ;
  • Favoriser la coordination et le développement d'un un cadre holistique commun en matière d’intervention qui s'appuie sur tous les niveaux, - local, national, régional et international.

Parties prenantes

L'implication coordonnée de toutes les parties prenantes est au cœur de cette initiative. 16 partenaires (l'Initiative internationale sur le cacao, l'Association européenne de cacao, la Fondation mondiale du cacao ainsi que des organisations bi-/multilatérales et régionales), ont participé à la rédaction d'un document de position commune. L'initiative vise également à impliquer les acteurs suivants :

  • Acteurs locaux dans l'élaboration et la promotion des programmes et activités ;
  • Gouvernements nationaux (producteurs de cacao et autres), leurs agences techniques et de monitoring (en particulier pour combattre la traite des enfants) ;
  • Organisations et associations régionales : CEDEAO (en particulier son Centre de développement de la jeunesse et du sport), CILSS, ECCAS, UEMOA et des organisations de producteurs ;
  • Organisations bi- et multilatérales.

 

Documents

Document de position commune

Ce document présente la vision commune des membres du Groupe de travail régional. Signé par 14 parties prenantes et organisations régionales, il souligne la nécessité de développer une approche régionale complémentaire pour combattre les pires formes de travail des enfants dans les platations ouest-africaines de cacao. Il plaide notamment pour le leadership institutionnel régional et l’intensification des efforts de médiation et de la recherche de solution par une approche intégrée et coordonnée.


Desk study 

Cette étude documentaire établit un diagnostic sur le contexte structurel du problème (dynamiques démographiques, recomposition du peuplement régional, rappel historique du travail des enfants, le point sur la situation et les perspectives du cacao ouest-africain, etc.), les politiques nationales, l’application des normes internationales (BIT, conventions, etc.), des mécanismes de protection ainsi que les pratiques des acteurs impliquées.

> télecharger la Desk study | > Conclusions


> télécharger ce chapitre de l'Atlas  

Chapitre de l'Atlas régional de l'Afrique de l'Ouest

Septembre 2007

Depuis 1960, la production mondiale de cacao est passée de 1,2 à 3,6 millions de tonnes. Cette croissance s’est poursuivie malgré les politiques d'ajustements structurels, les ravageurs et les maladies ou encore les mouvements spéculatifs et leur impact direct sur la production. Trois pays de la zone intertropicale cultivent la fève de cacao et dominent le marché mondial : la Côte d’Ivoire (39 %), le Ghana (21 %) et l’Indonésie (13 %). Le grand bassin de production ouest-africain s’étend de la Guinée au Cameroun où, exception faite du Bénin, tous les pays cultivent le cacaoyer.

> télécharger ce chapitre de l'Atlas  (3 Mb)

 

> Contact : philipp.heinrigs@oecd.org

 

> marquez cette page : http://www.oecd.org/csao/cacao

 

 

 

Also Available