‌‌‌‌Dix pays ouest-africains ont participé à l'Expo au sein des clusters thématiques ; nous vous invitons à re-découvrir l’Expo le long d’une promenade ouest-africaine. Par ailleurs, la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS étaient également présents et actifs dans le cadre de la Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest qui a réuni de nombreux ministres ouest-africains, des responsables de la sécurité alimentaire régionale ainsi que d’autres représentants de haut niveau de la région. > en savoir +

 

 

 

en savoir plus


L’Afrique de l’Ouest a de nombreuses expériences positives à partager 

‌Peuplée de quelque 350 millions de personnes, l’Afrique de l’Ouest est l’une des dernières régions à opérer sa transition démographique. Les défis pour satisfaire les besoins d’une population en très forte croissance sont considérables. Pourtant, au cours des 30 dernières années, la production agricole de la région a crû beaucoup plus rapidement que la population ; la dépendance aux importations de produits alimentaires n’a pas augmenté et la prévalence de la sous-alimentation a fortement chuté. Néanmoins, environ 10 % de la population souffrent toujours de sous-alimentation chronique ou de malnutrition. Garantir le bon fonctionnement des marchés, augmenter les investissements dans la production alimentaire, améliorer les conditions de vie des ménages vulnérables et leur accès aux services de base (santé, éducation, eau/sanitaire/hygiène) comptent aujourd’hui parmi les principaux défis de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Sous la direction politique et technique de la CEDEAO, de l’UEMOA et du CILSS, la région a développé un ambitieux agenda pour l’agriculture et la sécurité alimentaire : l’objectif « Faim zéro » de l’Afrique de l’Ouest, la Politique agricole commune de la CEDEAO, le Programme communautaire décennal de transformation de l’agriculture de l’UEMOA, les programmes d’investissement agricole nationaux et régionaux (PNIA, PRIA), etc. Le Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) est une plateforme unique en son genre dont le CSAO est fier d'être l'un des piliers. Le Réseau anime l'Alliance globale pour la résilience (AGIR) Sahel et Afrique de l'Ouest qui un exemple de solidarité internationale.

   

La sous-alimentation et la faim sont en déclin

En 1973 et 1984, le monde entier découvrait les conséquences désastreuses des sécheresses : des famines qui sont encore présentes dans les mémoires. Depuis lors, les pays sahéliens et ouest-africains ont amélioré leurs capacités à se protéger de telles catastrophes. Depuis 1990, la prévalence de la sous-alimentation a diminué de 44 % au niveau régional, malgré des disparités suivant les pays. Selon les estimations de 2012-2014, quelque 38 millions de Ouest-Africains sont encore sous-alimentés et plusieurs millions de personnes font face à une situation d’urgence alimentaire chaque année, en particulier pendant la saison de soudure. La sécurité alimentaire reste donc un enjeu essentiel pour toute l’Afrique de l’Ouest ; même si huit pays ouest-africains ont déjà atteint l’objectif 1c des OMD : diviser par deux le nombre de personnes souffrant de la faim.

Haut

 

 


L'Afrique de l’Ouest pourrait être la région africaine la mieux préparée pour répondre aux crises alimentaires

‌L’Afrique de l'Ouest a fait d’immenses progrès en matière de prévention et de gestion des crises alimentaires. Aujourd’hui, elle peut être considérée comme la région africaine la mieux équipée pour répondre et atténuer l’impact des crises alimentaires. Pionnière de la coopération régionale en Afrique, elle s’est dotée d’un cadre de consultation et de coopération en 1984 (RPCA) et d’un système régional pour la prévention et la gestion des crises (PREGEC). Utilisant les outils analytiques du Cadre harmonisé, le Réseau surveille étroitement la situation alimentaire et nutritionnelle et identifie les ménages et les zones vulnérables qui requièrent une assistance particulière (> cartes sur la situation alimentaire et nutritionnelle). L’information est ensuite transmise aux organes de décision régionaux de la CEDEAO et de l’UEMOA ainsi qu’aux organes spécifiques responsables des plans de réponses dans chaque pays. Les Nations Unies préparent leurs appels humanitaires sur la base des résultats fournis par l’analyse du Cadre harmonisé du Réseau. 

Haut

  ‌‌

Les pays ouest-africains font partie des pays les plus performants en matière d’agriculture

‌Entre 1980 et 2010, la croissance de la production agricole était en moyenne de 3,7 %. Sur la même période, la production totale a triplé et la production de nourriture par habitant a augmenté de 1,8 % par an. La production de céréales a augmenté encore plus rapidement : neuf pays ouest-africains sont classés parmi les 20 pays au monde les plus performants et le taux de croissance annuelle moyen de la région qui est de 3,8 % dépasse de loin ceux du Brésil (2,4 %) et de la Chine (1,7 %). En regardant vers l’avenir et à partir des niveaux de performance actuels, une multiplication par trois de la production agricole semble possible. Selon l’étude du CSAO Peuplement, marché et sécurité alimentaire, cette augmentation de la production viendra d’une augmentation de la surface cultivée (1,3 % annuellement) et d’une amélioration conséquente des rendements (1,7 % annuellement).

Haut