Croissance verte et développement durable

Pour une eau propre et salubre

 

L’eau est indispensable à la vie. Pourtant, des millions de personnes n’ont toujours pas accès à un approvisionnement stable en eau potable, et l’accroissement de la population mondiale ne fera qu’amplifier les pressions qui s’exercent sur cette ressource finie, dans les années à venir. Comment faire pour mieux utiliser ce bien précieux ?


« Lorsque tu bois l'eau, souviens-toi de la source », dit un proverbe chinois. À l’échelle de la planète, le défi est de taille : il s’agit de faire en sorte qu’il y ait suffisamment d’eau pour répondre aux besoins des cultures, du bétail et des procédés industriels, pour nous permettre de boire à notre soif, de nous laver, de laver nos vêtements et notre vaisselle, etc.

Pour beaucoup, l’accès à l’eau est déjà un problème. Certaines régions de l’OCDE et de nombreuses régions hors OCDE connaissent aujourd’hui d’importantes pénuries. Avec l’augmentation de la population mondiale, ce sont quasiment la moitié des habitants de la planète, soit près de 4 milliards de personnes, qui devraient vivre dans des régions soumises à un fort stress hydrique en 2030, principalement dans les pays non membres de l’OCDE.

Alors, que peut-on faire ? En premier lieu, puisque l’eau est une ressource précieuse, il importe de lui attribuer une valeur adaptée. À l’heure actuelle, alors que l’agriculture représente 70 % de l’utilisation d’eau dans le monde, l’eau à usage agricole est subventionnée dans de nombreux pays de l’OCDE : dans ces conditions, les exploitants sont peut-être moins soucieux d’éviter les gaspillages et d’employer l’eau de façon rationnelle que s’ils payaient un prix plus réaliste. Dans les 40 années qui viennent, l’agriculture mondiale devra relever un formidable défi en augmentant d’abord de près de 50 % la production alimentaire d’ici à 2030, puis en la multipliant par deux à l’horizon 2050.  Dans un contexte qui verra les pressions s’aggraver sous l’effet de l’amplification de l’urbanisation, de l’industrialisation et du changement climatique, il sera primordial d’assurer une gestion appropriée de l’eau.

Cela vaut aussi pour la consommation d’eau des ménages dans les pays développés. Dès lors que l’eau est disponible en quantités illimités dans les foyers simplement en ouvrant le robinet, comment faire en sorte que les individus soient attentifs à leur consommation ? En les informant et en les éduquant d’une part, en leur faisant payer leur consommation d’autre part. Les études de l’OCDE ont montré que le fait de passer d’une facturation forfaitaire de l’eau à une facturation en fonction de la consommation effective fait baisser celle-ci de 20 %. Les pouvoirs publics peuvent également apporter une contribution utile par des mesures simples, par exemple en permettant aux consommateurs d’identifier les machines à laver sobres et en accordant le cas échéant un allégement fiscal à ceux qui en acquièrent une, en leur faisant prendre conscience du volume d’eau qu’ils économisent en fermant le robinet pendant le brossage des dents, ou encore en interdisant la vente de toilettes à chasse d’eau simple. La solution passe donc aussi par l’éducation et l’information : les gens doivent savoir que leurs gestes peuvent faire avancer les choses.

Et que faire pour les milliards d’habitants des pays en développement qui peinent à accéder à une eau propre, et qui risquent de contracter des maladies débilitantes voire de mourir en consommant de l’eau non salubre ou d’être contaminés par des effluents non traités ? Les infrastructures de l’eau coûtent cher et leur réalisation peut prendre des années, mais les avantages sont considérables.

   

« La mise en place de services d’approvisionnement en eau et d’assainissement de base représente un bon investissement pour les gouvernements, avec à la clé des économies qui sont sept fois supérieures aux coûts », indique Angel Gurría, le Secrétaire général de l’OCDE.

Prenons l’exemple de Salvador, ville de 2.5 millions d’habitants située dans le nord-est du Brésil. En dix ans, 90 % de la ville a été raccordée au réseau de distribution d’eau et d’assainissement, ce qui a permis de faire baisser l’incidence des maladies diarrhéiques chez les enfants de 22 %, et même de près de 50 % dans les quartiers qui étaient auparavant les plus touchés.

Cependant, comme l’explique M. Gurría, « les populations des pays en développement sont celles pour qui les solutions aux maladies transmises par l’eau sont les plus inabordables. Le déficit que doivent combler les gouvernements et la communauté internationale pour mettre en place les infrastructures d’approvisionnement en eau et d’assainissement nécessaires à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement représente entre 10 et 30 milliards USD par an. »

Si la mise en place d’infrastructures est un processus coûteux et de longue haleine, des gestes simples permettent d’apporter à court terme des réponses aux problèmes de salubrité de l’eau. Il existe des programmes de potabilisation de l’eau au moyen d’additifs, mais des millions de personnes apprennent plutôt à s’en remettre aux rayons du soleil en employant la méthode SODIS.

Recommandée par l’Organisation mondiale de la santé, qui a reconnu son efficacité, cette méthode consiste à verser l’eau dans une bouteille en plastique propre et à exposer celle-ci au soleil pour détruire les germes responsables des maladies diarrhéiques et obtenir ainsi de l’eau salubre. Qui plus est, elle est respectueuse de l’environnement.

Parallèlement, dans les pays développés, les grands enjeux sont l’entretien et la rénovation des infrastructures existantes et la lutte contre le gaspillage de l’eau. Au cours des 20 prochaines années, les États-Unis devront dépenser 23 milliards USD par an pour s’assurer que leurs infrastructures de l’eau continuent de respecter les normes sanitaires et environnementales. Pour leur part, le Royaume-Uni et le Japon devront accroître leurs dépenses consacrées à l’eau de 20 à 40 % pour répondre aux besoins urgents de rénovation et de modernisation des infrastructures.

« L’eau est un bien rare, disponible seulement en quantités finies sur notre planète, et les pressions exercées sur cette ressource vont aller en s’amplifiant. Il s’agit donc d’en prendre le plus grand soin, et ce n’est pas parce que tout un chacun doit y avoir accès qu’elle doit être gratuite. La tarification de l’eau suscitera une plus grande prise de conscience de sa rareté et nous incitera à en prendre davantage soin. »


« L’eau doit être utilisée avec bon sens. Il faut avoir à l’esprit qu’il s’agit d’un bien rare, mais aussi qu’employée à bon escient, elle nous permettra d’accroître la productivité, d’augmenter la production globale, de mettre en culture davantage de terres et, partant, de répondre aux besoins des neuf milliards de personnes qui peupleront notre planète en 2050. »

Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE 

Regarder l'intégralité de la vidéo


Pour plus d'informations sur ce sujet :

www.oecd.org/eau


Articles précédents :

Rendre la croissance plus verte

Prix alimentaires

Le développement

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe