Corée

La Corée doit continuer à augmenter ses apports d’aide conformément à ses ambitions

 

07/02/2018 - Après avoir été elle-même un exemple de réussite en matière de développement international, la Corée est devenue un force motrice au sein du paysage mondial de l’aide, en ciblant son action sur les pays dont les besoins sont les plus élevés, en mettant en commun son expérience et en remplissant la fonction de relais entre les pays riches et les pays pauvres pour donner corps à sa stratégie. D’après le dernier Examen de l’OCDE, élaborer une stratégie claire visant à accroître le volume de son aide conformément aux ambitions qu’elle affiche lui permettrait de renforcer encore l’impact de son aide.


Le dernier Examen par les pairs de la Corée mené par le CAD fait état d’une hausse constante de l’aide allouée par la Corée – dont le montant est passé de 1.2 milliard USD à 2.25 milliards USD – en six ans, depuis que l’ancien pays bénéficiaire a rejoint le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE en qualité de donneur en 2010. L’aide de la Corée est globalement ciblée sur la croissance inclusive, la prévention des crises et l’efficacité du développement. Dans les pays en développement, son soutien prend la forme de prêts à degré élevé de concessionnalité, à l’appui de priorités nationales telles que l’énergie renouvelable et l’infrastructure routière.


La Corée cible également ses interventions sur les pays qui en ont le plus besoin, 54 % de son aide bilatérale étant affectée à des pays enclavés, à de petits États insulaires ou à des États fragiles. Les cinq premiers bénéficiaires de son aide en 2015 étaient le Viet Nam, la Tanzanie, le Cambodge, le Bangladesh et l’Afghanistan. Elle alloue en outre un volume considérable d’investissement privé, de prêts assortis de conditions et d’envois de fonds aux pays pauvres.


Le ralentissement de son économie a toutefois poussé la Corée à réviser à la baisse son objectif visant à porter, d’ici 2020, son aide publique au développement (APD) à 0.20 % de son revenu national brut (RNB), contre 0.25 % auparavant, et 0.16 % actuellement. Si la Corée entend atteindre 0.30 % du RNB d’ici 2030, elle n’a pour l’heure pas défini de feuille de route dans ce sens. En comparaison, le ratio moyen APD/RNB des donneurs du CAD s’élevait à 0.32 % en 2016, et six membres du CAD ont désormais atteint l’objectif des Nations Unies fixé à 0.7 %.


« Définir un plan précis et un calendrier détaillé relatifs à l’accroissement des apports d’aide au cours des dix prochaines années permettrait aux responsables officiels et aux partenaires au développement de la Corée d’améliorer leur planification et pourrait atténuer l’impression que le pays réduit ses ambitions pour ce qui est de sa capacité à tenir ses engagements internationaux », a déclaré la Présidente du CAD, Mme Charlotte Petri Gornitzka, lorsqu’elle a présenté l’Examen à Séoul. « La Corée cible, plus que le donneur moyen du CAD, son action sur le soutien aux pays les moins développés, mais elle doit également planifier une croissance de son APD ».


La Corée a versé 2.25 milliards USD au titre de l’APD nette en 2016 (soit 0.16 % de son RNB), un montant en hausse par rapport à 1.92 milliard USD (0.14 % du RNB) en 2015. Ce montant ne tient pas compte de l’aide bilatérale qu’elle apporte à la République populaire démocratique de Corée. Si la croissance de son économie se poursuit à son rythme actuel, elle devra atteindre un montant d’APD nette de 3.2 milliards USD en 2020 afin de se conformer à l’objectif des 0.20 % – ce qui représente un bond de 40 % par rapport au niveau de 2016.


Si la Corée a pris des mesures dans la bonne direction pour supprimer les conditions liant son aide à des entreprises coréennes, l’Examen constate une tendance récente à un retour en arrière sur ce point et insiste sur la nécessité de délier l’aide le plus possible. Dans d’autres domaines, l’Examen a constaté que la Corée avait mis en œuvre pleinement huit des 24 recommandations formulées dans son premier Examen de l’aide en 2012, et avait commencé à en appliquer 13 autres.


Tous les cinq ans, chaque membre du CAD est l’objet d’un examen dont l’objectif est d’évaluer ses performances, de le tenir responsable des engagements qu’il a souscrits et de formuler des recommandations en vue d’amélioration. Ces Examens sont menés sur la base d'informations fournies par les responsables officiels du pays examiné et de ses pays partenaires – le Cambodge, dans le cas du présent examen – ainsi que par la société civile et le secteur privé. Pour en savoir plus sur les Examens par les pairs des membres du CAD.


Télécharger l’Examen de l’aide de la Corée mené par le CAD


Pour toute information supplémentaire, les journalistes sont invités à contacter Chika Watanabe au Bureau des médias de l’OCDE à Tokyo ou news.contact@oecd.org.



L’OCDE coopère avec plus de 100 pays. Elle est une enceinte internationale qui prône l’adoption de politiques destinées à améliorer le bien-être économique et social des individus du monde entier.

 

Documents connexes