Partager

Chili

Chili : Il est primordial d’offrir de meilleures perspectives à tous pour une économie plus inclusive et productive

 

25/11/2015-Une longue période d’expansion économique a permis d’améliorer le niveau de vie et de réduire considérablement la pauvreté au Chili, mais il faut faire plus encore aujourd’hui pour que le pays se positionne sur une trajectoire de croissance plus solide, plus inclusive et plus durable, selon la toute dernière Étude économique du Chili de l’OCDE.

 

Selon cette Étude présentée aujourd’hui par le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría et par le ministre chilien des Finances Rodrigo Valdés, l’économie chilienne a été parmi les plus résilientes d’Amérique latine. Le caractère accommodant de la politique monétaire qui a été suivie aidera le Chili à atteindre un taux de croissance de 2.2 % en 2015. Selon les prévisions de l’OCDE, la croissance devrait s’affermir à 2.6 % en 2016 et 3.3% en 2017.

 

Selon Angel Gurría, « de saines politiques économiques ont favorisé une croissance solide et une forte diminution de la pauvreté depuis une vingtaine d’années, mais les conditions sous-jacentes qui ont présidé à ces réussites ont changé et le Chili se trouve désormais confronté à un environnement externe défavorable ». Et de poursuivre : « les enjeux d’aujourd’hui vont imposer de nouvelles transformations économiques, qui passeront par le renoncement à une trop grande dépendance à l’égard des exportations de produits de base, au profit d’une économie plus axée sur la connaissance et plus innovante. Il faudra redoubler d’efforts pour ne laisser aucun Chilien au bord de la route ! ».

 

Pour que la croissance soit plus inclusive, il faut que le Chili s’attaque aux fortes inégalités tout en offrant de meilleures perspectives à tous. Selon l’Étude, la mobilisation de recettes fiscales supplémentaires prévue dans la toute dernière réforme fiscale ajoutera de la progressivité à l’impôt et permettra d’augmenter les dépenses sociales. 

Il sera fondamental d’améliorer le système éducatif en rehaussant le niveau de qualité des établissements scolaires et des enseignants et en développant l’enseignement professionnel. Les compétences doivent également être renforcées afin de combler l'écart entre l'offre et la demande sur le marché du travail. Les écarts hommes-femmes pourront s’amenuiser si l’on rend les services de garde d’enfants et d’accueil de la petite enfance financièrement plus accessibles et si l’on encourage les femmes à se lancer dans des carrières gratifiantes. Cette importante segmentation du marché du travail qui touche en particulier les femmes, les jeunes et les minorités devrait également être réduite en faisant tomber les barrières entre les actifs qui sont bien protégés et ceux qui ne disposent d’aucune protection de l’emploi. Toujours selon l’Étude, la réforme des pensions peut également concourir à réduire les inégalités.

 

L’Étude précise le rôle qu’une meilleure compétitivité peut jouer pour accroître le niveau de vie de tous les Chiliens. Le nouveau programme en faveur de la productivité est le bienvenu et devrait chercher à encourager les entreprises les plus dynamiques à s’agrandir et à se lancer dans l’innovation grâce à des mesures visant à améliorer la coopération public-privé, à renforcer la politique de la concurrence et à poursuivre la simplification de la réglementation applicable aux entreprises. L'OCDE collabore déjà étroitement avec le Chili pour relever ces défis.   

 

Une synthèse de cette Étude économique et de ses principales conclusions est librement consultable sur le site internet de l’OCDE, à l’adresse suivante : http://oecd.org/chile/economic-survey-chile.htm.

 

Vous êtes invités à inclure ce lien hypertexte dans les articles consacrés à cette publication. Pour de plus amples informations sur cette Étude économique, veuillez contacter la Division des médias de l’OCDE (+33 1 4524 9700).

 

Documents connexes