Cérémonie de signature de l’Accord d’adhésion du Chili à l’OCDE

 

Allocution de M. Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE


Santiago du Chili, 11 janvier 2010

Madame la Présidente,
Mesdames et Messieurs les Ministres, Députés et Ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs,

Cette année s’ouvre sur un événement très important pour notre institution : la signature de l’Accord d’adhésion du Chili à l’OCDE. Par une heureuse coïncidence, elle marque également le 50ème anniversaire de l’OCDE et, surtout, le bicentenaire de l’indépendance du Chili.

L’adhésion du Chili à l’OCDE intervient à un moment où la coopération internationale revêt une importance grandissante. La crise économique et financière a mis en évidence la nécessité, pour les pays en développement et les économies avancées, de coopérer et de définir d’un commun accord les mesures qu’il convient de prendre pour rétablir la croissance et la confiance. Le défi du changement climatique et la nécessité de doter l’Accord de Copenhague d’objectifs contraignants, opérationnels et financiers pour les prochaines années en sont un autre exemple.

Conformément au mandat qui lui a été confié, l’OCDE s’emploie à promouvoir une économie mondiale plus forte, plus propre et plus juste. À cette fin, elle doit devenir une organisation plus ouverte et pluraliste. L’adhésion du Chili est une étape importante dans cette voie, et elle sera bientôt suivie par l’adhésion des quatre autres pays candidats (Israël, Slovénie, Estonie et Russie). Une interaction plus étroite avec de grandes économies émergentes comme le Brésil, l’Indonésie, l’Afrique du Sud, la Chine et l’Inde, dans le contexte de l’Engagement renforcé, est un autre aspect important de cette stratégie.

Le Chili sera le premier pays sud-américain à adhérer à l’Organisation et nous comptons sur lui et sur le Mexique pour renforcer nos liens avec la région de l’Amérique latine dans son ensemble et avec d’autres économies émergentes importantes.

La voie suivie par le Chili et l’expérience qu’il a acquise enrichiront le point de vue de l’OCDE sur les principaux problèmes qui se posent aux décideurs. Le Chili s’est lancé dans un long processus de réforme de son économie. Depuis près de deux décennies, il s’est progressivement doté d’un ensemble solide d’institutions démocratiques, et il est parvenu à combiner une croissance économique vigoureuse avec une amélioration de la protection sociale. Cette expérience sera un atout pour l’OCDE dans la recherche de solutions à des problèmes communs comme l’inégalité ou la couverture et la viabilité des systèmes de retraite.

Comme l’a fait observer Madame Bachelet lors de sa visite à Paris en mai dernier, l’OCDE est le club des pays qui promeuvent et favorisent les meilleures pratiques. Les pays membres viennent à l’OCDE pour confronter leurs expériences, pour améliorer les politiques publiques et pour élaborer des normes et des règles internationales face aux enjeux mondiaux. Permettez-moi de vous donner trois exemples d’instruments de l’OCDE qui ont permis d’améliorer le fonctionnement de l’économie mondiale ou de promouvoir des réformes internes dans les pays membres.

S’appuyant sur les travaux réalisés par l’OCDE depuis plus d’une décennie, le G20 a récemment décidé de mettre un terme au secret bancaire dans la mesure où il favorise la fraude fiscale au niveau international. En fixant des normes internationales dans ce domaine, l’Organisation a fourni tous les éléments nécessaires pour parvenir à cette décision politique très importante, pour éviter une érosion de la matière imposable dans les pays de l’OCDE et ailleurs et pour renforcer la capacité des États d’investir dans leur infrastructure humaine et physique afin de promouvoir la croissance et la prospérité.

Avec la Convention anticorruption, l’OCDE joue un rôle de premier plan dans la lutte contre la corruption. Depuis la promulgation de cette Convention, il y a plus de dix ans, une entreprise ne peut plus de corrompre des agents publics étrangers pour obtenir des marchés internationaux. Pour donner une idée des progrès accomplis dans ce domaine, il y a encore quelques années, les paiements illicites étaient en fait fiscalement déductibles dans certains pays ; cette pratique est aujourd’hui considérée comme un délit et les pays doivent coopérer dans le cadre de la Convention pour la réprimer.

Enfin, l’OCDE a été la toute première organisation internationale à établir des indicateurs de résultats normalisés et comparables en ce qui concerne les systèmes éducatifs des différents pays. Le rapport PISA, qui couvre désormais plus de 70 pays, a non seulement permis de promouvoir la qualité dans l’enseignement (en définissant un ensemble de qualifications que les élèves doivent acquérir dans un contexte mondialisé), mais est aussi devenu la référence pour l’élaboration et la réforme des politiques publiques dans ce domaine de première importance.

Nombreux sont les autres exemples de rapports ou règles de l’OCDE qui ont servi de base à des réformes et à de meilleures décisions dans de multiples domaines, comme l’agriculture, la santé, le travail, la gouvernance, l’investissement, la science et la technologie, pour n’en citer que quelques-uns.

Le processus d’adhésion à l’OCDE favorise en soi les réformes. Ces deux dernières années, le Chili a procédé à une analyse complète et approfondie de ses politiques, pratiques et institutions économiques, sociales et environnementales et a pris des mesures importantes dans plusieurs domaines.

Le Chili a décidé de participer à des échanges de renseignements à des fins fiscales, en se conformant à la norme internationale. Il a également établi la responsabilité des personnes morales dans les cas de corruption active, décision qui pourrait servir de modèle pour la région de l’Amérique latine tout entière. Il a par ailleurs examiné et amélioré la gouvernance des entreprises d’État et des sociétés privées. Il a aussi souscrit des engagements importants en vue d’atténuer le changement climatique et d’autres problèmes environnementaux et de s’y adapter. Toutes ces mesures lui permettront à terme d’assurer une croissance durable et de meilleures conditions de vie à ses citoyens.

Compte tenu de la volonté de réforme et de changement extraordinaire manifestée par le Chili, les pays membres de l’OCDE l’ont invité, le 15 décembre, à prendre place parmi eux ; j’ai l’honneur, Madame la Présidente, de vous remettre ici les déclarations qu’ils ont prononcées en cette occasion historique.

L’adhésion du Chili à l’OCDE représente donc une étape très importante dans la voie de la coopération et du développement. Je tiens à vous exprimer mes plus vifs remerciements, Madame la Présidente, ainsi qu’à M. Velasco, Ministre des Finances, à Mme Poniachik, Coordonnatrice, à M. Fernández, Ministre des Relations extérieures, à M. Vieira Gallo, Ministre-Secrétaire général de la Présidence, à Mme Armanet, Ministre-Secrétaire général du gouvernement, à Mme Recart, Secrétaire d’État, et à l’ensemble de l’équipe chilienne. Vous avez fait preuve d’une détermination extraordinaire tout au long du processus d’adhésion.

Grâce à votre enthousiasme et à votre travail, de même qu’au sens de la responsabilité manifesté par les dirigeants politiques et les députés, nous avons pu mener à bien ce processus en deux années à peine, période pendant laquelle l’OCDE a été honorée de conseiller le gouvernement chilien.

Nous sommes déformais en mesure de coopérer de façon encore plus étroite. Par exemple, nous allons publier dans quelques jours notre étude économique sur le Chili, dont les recommandations visent à renforcer la compétitivité et le dynamisme de l’économie chilienne. Cette étude soulignera notamment la nécessité d’accroître la productivité par la concurrence et l’innovation, de rechercher de nouvelles sources de croissance, en particulier en adoptant une stratégie pour la croissance verte, et de s’attaquer au problème de l’inégalité des chances par la mise en œuvre de politiques judicieuses en matière d’éducation et de protection sociale.

Le temps est venu d’écrire un nouveau chapitre sur la gouvernance économique mondiale et la coopération internationale. Il est temps aussi de construire une économie plus forte, plus propre et plus juste. Il faut maintenant rechercher et promouvoir de nouvelles sources de croissance, expérimenter de nouvelles idées sur le plan de l’innovation, élaborer de nouvelles mesures en faveur de l’emploi, agir pour réduire les inégalités et promouvoir de nouvelles stratégies pour une croissance verte. L’OCDE est honorée de se lancer dans cette nouvelle entreprise avec le Chili comme nouveau partenaire et pays membre.

Comme l’a dit Gabriel Garcia Marquez, « ce n’est pas parce qu’on vieillit que l’on cesse de rêver, mais plutôt parce qu’on cesse de rêver que l’on vieillit ». Le Chili est un pays jeune et l’OCDE est une jeune organisation : poursuivons ensemble nos rêves !

Je vous remercie.

 

Related Documents

 

Le Chili devient le premier membre de l’OCDE en Amérique du Sud

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe