Réduction de la pauvreté

Promouvoir de la croissance pro-pauvres au Ghana: des questions principales pour des doneurs

 

 

 

 

Le Ghana offre une illustration des puissants effets des incitations économiques sur l’instauration d’une croissance mue par le secteur privé et sur la réduction de la pauvreté. Cette croissance, qui est tirée pour l’essentiel par les exportations de cacao et d’or, doit toutefois beaucoup à une conjoncture favorable et n’a pas réussi à réellement transformer la structure de l’économie. Des défis de taille subsistent et pour les relever, des améliorations s’imposent d’urgence dans les services, en particulier les services publics, dans les infrastructures (électricité, eau et routes), l’éducation, la santé et l’agriculture, où il apparaît sans conteste que la croissance n’a pas donné lieu à l’amélioration de la productivité à laquelle on pouvait s’attendre. La mise en œuvre résolue des principes d’efficacité de l’aide énoncés dans La Déclaration de Paris sur l'efficaité de l'aide contribue à l’efficacité de l’action engagée pour s’attaquer plus efficacement à ces défis. Il faut que le Ghana traite d’urgence ces questions d’ordre stratégique et améliore la mise en œuvre des politiques adoptées afin de renforcer la participation des pauvres au processus de croissance.

Ce rapport présente les principales conclusions de l’atelier du POVNET, qui s’est tenu à Accra le 17 juin 2007 en vue de débattre des principales questions que soulèvent la promotion d’une croissance pro-pauvres au Ghana.

 

Documents connexes