Partager

Les thèmes du financement du développement

Le financement du développement en faveur de l'égalité femmes-hommes et de l’autonomisation des femmes

 

 …/ DCD / _Styles / 00: T4 backOffice (TinyMCE) - 2019
 …/ DCD / _Styles / 02 : DCD documentType (DT) styles 2019

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 (« l’Agenda 2030 ») a pour objectif de parvenir à un monde garantissant une pleine égalité femmes-hommes pour chaque femme et fille. Atteindre l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes et des filles dans les pays en voie de développement nécessitera d’accroître substantiellement les investissements. Collectivement, les donneurs et leurs partenaires doivent maximiser à la fois la qualité et la quantité des fonds à l’appui de l'objectif de développement durable 5 : Parvenir à l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et filles.

 

L’aide publique au développement (APD) des donneurs du Comité d’aide au développement (CAD) est actuellement, et restera, une source importante de financement, en particulier dans les pays les moins avancés (PMA). De nouvelles sources de financement doivent venir en complément de l’APD, intégrant toute la « boîte à outils » du financement du développement, afin de soutenir l’égalité femmes-hommes lors de la mise en œuvre de l’Agenda 2030, et ainsi travailler au service des femmes et des filles.

L’aide publique au développement

L’OCDE analyse l’APD investie par des donneurs bilatéraux en faveur de l’égalité femmes-hommes et de l’autonomisation des femmes. Dans le cadre de l’exercice annuel de notification de leurs apports d’aide au CAD, les membres du CAD indiquent si ceux-ci sont orientés vers l’égalité femmes-hommes, en utilisant le marqueur de la politique d’aide à l’appui de l’égalité femmes-hommes établi par le CAD.

Bon à savoir:

  • Entre 2016 et 2017, les membres du CAD ont orienté 44.8 milliards en moyenne par an vers l’égalité femmes-hommes et de l’autonomisation des femmes en tant qu’objectif principal (premier) ou significatif (secondaire). Ceci représente 38% de leur aide bilatérale ventilable, et le montant le plus élevé jamais constaté.
  • Les activités d’aide visant des programmes consacrés à l’égalité femmes-hommes et à l’autonomisation des femmes en tant qu’objectif principal ne représentent que 4% de l’aide bilatérale ventilable.
  • 62% de l’aide ne vise pas l’égalité femmes-hommes.
  • Les programmes dédiés à l’égalité femmes-hommes dans les secteurs économique et productif ne représentent que 1% de l’aide totale, ce qui constitue une diminution par rapport aux années précédentes.
  •  Neuf membres du CAD ont orienté 50% ou plus de leur aide vers l’égalité femmes-hommes en tant qu’objectif principal ou significatif : la Suède, l’Irlande, l’Islande, le Canada, les Pays-Bas, l’Australie, la Finlande, la Belgique et l’Italie.

 

Base de données en ligne:

Projets d'aide visant l'égalité femmes-hommes et l'autonomisation des femmes (CRS)

 

L'aide en faveur de l'égalité homme-femme en bref

 

 

Par donneur et bénéficiaire, données 2010 à 2017

  • Tendances de l'aide à l'égalité femmes-hommes 
  • Aide par secteur
  • Top 10 donneurs / bénéficiaires
  • Aide par instrument

 

L’OCDE et le CAD se sont engagés à augmenter la qualité et la quantité de l’APD orientée vers l’égalité femmes-hommes. En analysant les investissements réalisés par les donneurs bilatéraux, l’OCDE fournit des indications fondées sur les données pour aider les membres du CAD à développer des stratégies plus pertinentes, et cibler leurs apports de manière plus efficace. Tous les donneurs du CAD pourraient améliorer leur action dans le cadre d’une double approche, comprenant à la fois des projets avec une composante égalité femmes-hommes et des fonds qui y sont entièrement dédiés.

Les financements vers l’égalité femmes-hommes au-delà de l’APD

L’OCDE intègre depuis longtemps à son analyse de l’APD à l’appui de l’égalité femmes-hommes, un examen de la qualité et de la quantité des fonds provenant du secteur privé et des bailleurs de fonds non-Membres du CAD. L’analyse d’un plus large éventail de financements, ayant pour objectif de meilleures politiques et des approches plus adaptées, nécessitera un apprentissage et des échanges à plusieurs niveaux entre les membres du GENDERNET, la société civile, les fondations, et le secteur privé.


Le financement dédié à l’égalité femmes-hommes et à l’autonomisation des femmes en tant qu’objectif principal dans les pays en voie de développement est rare. Ce financement devra cibler des secteurs qui en ont le plus besoin, là où les autres sources de financements restent moins efficaces. Cela implique de promouvoir la voix et l’action des femmes, et d’atteindre femmes et hommes, filles et garçons, qui présentent le plus haut risque d’être laissés de côté.

Le financement visant l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes en tant qu’objectif significatif ou secondaire (un soutien intégré) devient de plus en plus courant, mais pas suffisamment. Les normes devront être mises en œuvre d’une manière plus cohérentes, et élaborées par rapport aux nouvelles formes de financement. Afin que de nouvelles sources de financement en faveur de l’égalité femmes-hommes voient le jour, il importe de trouver et construire des intérêts communs entre les différents acteurs.

Les sources de financement ne visant pas spécifiquement l’égalité femmes-hommes, devraient néanmoins s’arrimer au standard minimum « premièrement ne pas nuire » à l’égalité femmes-hommes et à l’autonomisation des femmes. L’ensemble des financements de tous types n’intégrant pas encore la problématique femmes-hommes peuvent avoir des effets négatifs sur l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes.

 

Bon à savoir

  • En 2017, les 26 fondations privées rapportant leur activité auprès de l’OCDE, ont déclaré des engagements à hauteur de 1,2 milliards de dollars en faveur de l’égalité femmes-hommes et l’autonomisation des femmes, un chiffre qui correspond à 16% du montant de l’aide au développement de ces fondations.
  • 5% de cette aide avait comme objectif principal l’égalité femmes-hommes.
  • Un montant de 807 millions de dollars a été consacré au secteur de la santé sexuelle et génésique.

 

Autres rapports

Note importante à propos de la couverture :

Le premier élément à prendre en compte dans l'analyse des données d'un pays, ou lors de comparaisons des données entre pays est le taux de couverture, c'est-à-dire la proportion de l’aide examinée à l’aide du marqueur genre. Un fort pourcentage d'aide visant l'égalité homme-femme ne signifie À LUI SEUL pas que l’aide d’un donneur est fortement axée sur l'égalité homme-femme ; une telle conclusion ne peut être valable que si la couverture est de 100% pour ce donneur. Lors de comparaisons de données entre donneurs, ce sont à la fois le taux de couverture et le % d'aide visant l'égalité homme-femmes et l’autonomisation des femmes qui doivent être pris en compte.

Pour plus d'information sur le travail de l'OCDE sur l'égalité hommes-femmes voir : www.oecd.org/fr/parite