Direction de la coopération pour le développement (DCD-CAD)

Engagement du secteur privé dans la coopération pour le développement

 

Le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE élabore des approches visant à accroître la participation du secteur privé au développement. L’ambitieux Agenda 2030 requiert davantage de ressources et d’innovation. Les acteurs publics qui conduisent la coopération pour le développement devront s’associer au secteur privé afin d’atteindre les objectifs convenus.

Le CAD de l’OCDE joue un rôle clé, s’attachant à faire en sorte que le secteur privé contribue à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Il s’agit notamment de mobiliser des investissements privés pour les ODD et d’améliorer la qualité de ces investissements.
 

 APPROCHES ET OUTILS POUR RENFORCER LA PARTICIPATION DU SECTEUR PRIVÉ 


private-sector-puzzle-graphic-french ‌

RECUEILLIR LES DONNÉES FACTUELLES ET LES EXPÉRIENCES RELATIVES À L’ENGAGEMENT DU SECTEUR PRIVÉ

En premier lieu, le CAD de l’OCDE formule des orientations sur des domaines dans lesquels l’engagement du secteur privé pourrait être approfondi. L’examen au titre de l’apprentissage mutuel de la collaboration avec et via le secteur privé suppose d’examiner les approches retenues par les membres du CAD dans l’objectif de dégager les meilleures pratiques les plus efficaces. Ces exercices d’apprentissage seront également complémentaires des approches thématiques adoptées vis-à-vis de la mobilisation de la participation du secteur privé dans des domaines tels que l’Aide pour le commerce, la croissance verte, les infrastructures et le développement du secteur privé local. Sont également mises au point des orientations pratiques sur les instruments de financement permettant de mobiliser et d’associer le secteur privé, grâce à des travaux sur les financements mixtes ou l’investissement à impact social

SUIVRE LA MOBILISATION D’INVESTISSEMENTS PRIVÉS GRÂCE AU FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT  

Le CAD de l’OCDE mesure et observe les apports financiers autres que l’APD, y compris les instruments qui associent le secteur privé, ainsi que leur effet de mobilisation. Ces efforts nourrissent à la fois l’apprentissage au contact des pairs et les axes thématiques grâce à des orientations quantitatives à l’intention des décideurs pour l’élaboration des politiques, stratégies et budgets. La définition d’une nouvelle mesure dénommée soutien public total au développement durable (SPTDD), laquelle permettra, à l’avenir, de prendre en compte les instruments et financements du secteur privé de manière plus cohérente dans le paysage du financement du développement, constitue un autre axe de travail capital.

RAPPROCHER LES ACTEURS DU SECTEUR PUBLIC ET DU SECTEUR PRIVÉ
Afin de faciliter cette transition vers de nouveaux modes opératoires, le Partenariat pour l’investissement au service du développement durable montrera comment collaborer efficacement avec le secteur privé, à travers des axes de travail qui permettront d’étayer les orientations de l’action publique dans des domaines où la connaissance et l’expérience n’ont pas été véritablement exploitées à l’échelle internationale, de sorte que les meilleures pratiques soient prises en compte. Les acteurs du secteur privé sont également associés via des partenariats déjà existants, tels que le Dialogue international sur la consolidation de la paix et le renforcement de l’État.
 

Événements récents consacrés aux travaux sur le secteur privé :

 

RECUEILLIR LES DONNÉES FACTUELLES ET LES EXPÉRIENCES RELATIVES À L’ENGAGEMENT DU SECTEUR PRIVÉ

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)