Efficacité de l'aide

l'Efficacité de l'Aide: glossaire

 

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Accord du partenariat de Busan / Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement

Approuvé par les pays et les organisations qui ont participé au quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide en novembre 2011. L'accord de Partenariat de Busan réaffirme les engagements de la Déclaration de Paris et du Programme d’action d’Accra visant à améliorer la qualité de l'aide  et reconnaît également que le développement international a profondément changé depuis 2005, et qu’afin d'atteindre l'objectif global de l’éradication de la pauvreté, il faut tenir compte d’autres formes de coopération au développement sur un même pied d’égalité que l’aide.

L'accord de Partenariat de Busan fait appel à la communauté des parties prenantes du dveloppement la plus large possible : gouvernements, organisations multilatérales, donneurs non traditionnels,  société civile, secteur privé, fondations, fonds mondiaux et autres sont tous invités à être des participants à part égale.

Entrées du glossaire connexes

Déclaration de Paris et Programme d'action d'Accra
Engagements de Busan
Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement
Principes de Busan
Quatrième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide

Aide

Voir APD

Aide déliée / aid non liée

 L’aide « liée » signifie que l'aide est apportée à condition qu'elle serve à acheter des biens ou des services d'un pays ou d’une région spécifique. L’aide liée peut accroître les coûts d’un projet de développement de 15 à 30%. En outre, la gestion de l’aide liée demande une bureaucratie plus importante aussi bien pour les donneurs que pour les pays bénéficiaires L’aide déliée évite ces coûts inutiles en donnant aux pays bénéficiaires  la liberté d'utiliser leur aide pour se procurer des biens et des services de quasiment n'importe quel pays. L'aide déliée était l’un des objectifs-cibles  de l’exercice de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris. Le déliement de l'aide et l'examen des progrès réalisés dans cette direction est également l'un des engagements de Busan

Entrées du glossaire connexes

Déclaration de Paris
Engagements de Busan
Évaluation des progrès


 

Sites web connexes

Recomandation sur le deliement de l'aide

Aide-pays programmable (APP)

L’aide-pays programmable (APP) est la part de l’aide que les donneurs programment pour chaque pays, et sur laquelle les pays ont vraiment leur mot à dire. Élaborée en 2007, l’APP reflète beaucoup mieux les apports d’aide qui sont versés aux pays partenaires que l’aide publique au développement (APP). L’APP donne une bonne approximation des apports globaux qui devraient être enregistrés dans les systèmes nationaux de gestion de l'aide. L’APP contribue à la transparence et à la prévisibilité de l’aide, car c'est une mesure cohérente des apports d'aide passés et futurs.

Entrée du glossaire connexe

Aide publique au développement

Aide publique au développement

Le terme « aide » se rapporte  habituellement à l’aide publique au développement (APD).

L’APD est définie comme les apports de ressources qui sont fournis aux pays et aux territoires figurant sur Liste du CAD des bénéficiaires d'APD et à des institutions multilatérales, qui émanent d’organismes publics, y compris les gouvernements nationaux et locaux, ou de leurs agences d’exécution. En outre, chaque transaction doit être gérée avec pour objectif principal de favoriser le développement  économique et l'amélioration du niveau de vie des pays en développement, d’être assortie de conditions favorables et de comporter un élément de libéralité au moins égal à 25 % (calculé sur la base d’un taux d’actualisation de 10%).

Entrée du glossaire connexe

Aide-pays programmable

Alignement

Les donneurs s’engagent à aligner leurs efforts sur les priorités nationales de développement. Cet engagement constitue l’un des cinq principes fondamentaux de la Déclaration de Paris et du Programme d’action d’Accra.

L’alignment signifie que les donneurs fondent leur soutien sur les stratégies, les institutions et les procédures nationales de développement des pays partenaires. Par exemple, les donneurs s’engagent à utiliser les systèmes nationaux comme option par défaut (de première intention) pour les programmes d’aide gérés par le secteur public. En contrepartie, les pays en développement améliore la qualité et la transparence de leurs systèmes de gestion des finances publiques. Un manque d'alignement conduit à des résultats non durables, et compromet les institutions et les processus nationaux.

Entrées du glossaire connexes

Déclaration de Paris
États et institutions efficaces
Gestion des finances publiques
Passation des marchés
Systèmes nationaux

Appropriation

Un principe fondamental à la fois de la Déclaration de Paris et du Programme d'action d’Accra ainsi que  de l'accord de Partenariat de Busan. L’appropriation signifie que les pays en développement ont la maîtrise de leurs politiques et stratégies de développement;  les fournisseurs alignent leurs programmes de coopération sur ces politiques et stratégies ; les pays en développement améliorent leurs institutions et luttent contre la corruption ;  et, les fournisseurs concentrent leurs efforts sur l’obtention de résultats qui répondent aux priorités des pays en développement.

Entrées du glossaire connexes

Alignement
Gestion axée sur les résulatats
Institutions efficaces

Pages web connexes

Module sur l'appropriation inclusive: 2011 Enquête sur la Déclaration de Paris pdf (en anglais)

Co-opération pour le développement

La réflexion sur la coopération pour le développement a évolué en raison de changements sociaux, politiques et financiers importants au cour de la dernière décennie. L'aide représente un type d'assistance dans une palette beaucoup plus large d'instruments et d’approches de coopération pour le développement. Ces derniers incluent : le financement non concessionnel, la coopération Sud-Sud et triangulaire, le financement de la lutte contre le changement climatique, la coopération entre les gouvernements sur les politiques non liées à l’aide et la coopération avec - et parmi - les acteurs non gouvernementaux tels que les entreprises et la société civile.

Coopération Sud-Sud

L’Assemblée générale de l’ONU décrit la cooperation Sud-Sud comme « … une manifestation de solidarité entre peuples et pays du Sud, qui contribue à leur prospérité nationale, à leur autonomie nationale et collective et à la réalisation des objectifs de développement arrêtés au niveau international, y compris les objectifs du Millénaire pour le développement. » (Résolution 64/222 de l’Assemblée générale de l’ONU).

Entre 2009 et 2011, la Task Force sur la coopération Sud-Sud du Groupe de travail sur l'efficacité de l'aide a effectué des travaux sur la coopération Sud-Sud

Entrées du glossaire connexes

Coopération triangulaire
Déclarations
Éléments constitutifs
Groupe de travail sur l'efficacité de l'aide
Programme d'action d'Accra
Quatrième Forum à Haut Niveau

 

Pages web connexes

110 Case stories on experiences with South-South co-operation (pdf)
Anglais partie une  anglais partie deux
Español partie une  español partie deux

Coopération triangulaire

La coopération triangulaire peut rassembler les meilleurs des différents acteurs – les fournisseurs de coopération pour le développement, les partenaires de la coopération Sud-Sud et les organisations internationales – en vue de partager leurs connaissances et de mettre en œuvre des projets qui appuient l'objectif commun de la réduction de la pauvreté et de la promotion du développement.

L'accord de Partenariat de Busan a proposé un certain nombre d'actions ayant trait à la coopération triangulaire, y compris l’élargissement du soutien, l’amplification et le renforcement de la capacité de s’impliquer avec efficacité dans la coopération triangulaire. Conformément à l'accord conclu à Busan, l'OCDE contribue de façon substantielle aux dialogues et encourage une plus grande analyse de la coopération triangulaire.

Entrées du glossaire connexes

Accord de partenariat de Busan / Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement
Coopération Sud-Sud
Quatrième Forum à haut niveau sur l'efficacité de l'aide

Déclarations

Depuis le commencement du programme sur l’efficacité de l’aide à Monterrey en 2003, un certain nombre de déclarations ont été convenues entre les parties prenantes afin de favoriser la réalisation de progrès pour rendre l’aide plus efficace. Ces déclarations couvrent un éventail de sujets s’inscrivant dans le cadre du thème général de l'efficacité de l'aide.

2002 Consensus de Monterrey

2003 Déclaration de Rome sur l'Harmonisation

2005 Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide   Arabe Allemand Anglais Français Japonais Moldave / Roumain Portuguais Russe

2008 Déclaration d'Arusha sur la passation des marchés Espagnol

2008 Programme d'action d'Accra

2010 Déclaration de Dili "Une nouvelle vision de la consolidation de la paix et du renforcement de l'État" Anglais  Français

2010 Déclaration de Bogotá : Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement Anglais  Français  Espagnol

2011 Monrovia Roadmap on Peacebuilding and Statebuilding English  French

2011 Principes d'Istanbul

2011 Déclaration de Manille sur l'efficacité des États

2011 Déclaration de Cuzco sur "Des systèmes de passation des marchés solides pour des États efficaces"   Anglais

2011 New Deal pour l'engagement international des États fragiles Anglais Arabe Français  Espagnol 

2011 Le Plan d'action conjoint de Busan pour l'égalité des sexes et le développement

2011 Le Plan d'action de Busan pour les statistiques Anglais  Français Espagnol Arabe

2011 Un nouveau consensus sur des institutions et des politiques efficaces

2011 Une déclaration conjointe pour "Étendre et renforce la coopération entre le secteur public et le secteur privé en faveur d'une croissane large inclusive et durable"  Anglais  Français

2011 Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement  Anglais Français Espagnol Arabe Portugais

Déclaration de Paris et Programme d’action d’Accra

La Déclaration de Paris a été approuvée en 2005 par les donneurs et les gouvernements bénéficiaires lors du deuxième Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide. Elle se concentre sur cinq principes : l’appropriation, l’alignement, l’harmonisation, la gestion axée sur les résultats et la responsabilité mutuelle. La Déclaration de Paris contient des engagements mesurables et des objectifs-cibles à atteindre d'ici 2010.

Le Programme d’action d’Accra de 2008 a été formulé pour accélérer les engagements en vue d'atteindre ces objectifs-cibles. Il réaffirme l'engagement envers les cinq principes de la Déclaration de Paris et insiste en outre sur le thème des partenariats ouverts à tous dans lesquels la société civile, les donneurs non traditionnels, les fondations et les autres acteurs participent pleinement. Le Programme d'action d'Accra a représenté une première étape dans l'élaboration d'une large plateforme permettant des discussions entre tous les acteurs du développement.

Entrées du glossaire connexes

Alignement
Appropriation
Deuxième Forum de haut niveau
Gestion axée sur les résultats
Harmonisation
Partenariats inclusifs
Programme d'action d'Accra
Redevabilité mutuelle
Troisième Forum de haut niveau

Pages web connexes

Improving Aid Quality: The Paris Declaration and Accra Agenda for Action pdf (en anglais)

Deuxième Forum de haut niveau

Ce Forum qui a eu lieu à Paris du 28 février au 2 mars 2005, avait pour objectif principale de « Renforcer ensemble l’efficacité de l’aide au développement (harmonisation, action commune, résultats) ». À la suite de ce forum, la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide a été décidée par les donneurs et les pays bénéficiaires. La Déclaration de Paris a formulé un ensemble de principes pour guider les efforts sur l'efficacité de l'aide. Les donneurs et les pays bénéficiaires ont également convenu que les progrès qu’ils accomplissaient en vue de tenir ces engagements devaient faire l’objet d’un suivi.

Alignement
Déclaration de Paris
Forums de haut niveau
Gestion axée sur les résultats
Harmonisation

Division du travail (en faveur de la complémentarité)

Lorsque chaque donateur décide individuellement quels pays et programmes seront financés en fonction de ses propres critères, le modèle de répartition de l'aide entre tous les pays devient fragmenté et insuffisamment coordonné. Cette situation peut résulter en des lacunes et des chevauchements entre les pays ainsi qu’entre les différents secteurs au sein d'un pays ce qui conduit à une répétition inutile des efforts dans certains cas et au manque de financement dans d'autres. Dans l'ensemble, cette situation contribue à l’inefficacité de l’utilisation de l’aide, à un manque d'améliorations tangibles dans la vie des populations et à une mauvaise optimisation des ressources.

Le prinicipe d’ « harmonisation » de la Déclaration de Paris, exhorte les donateurs à travailler ensemble pour réduire la quantité de missions et d’études analytiques qui font double-emploi.

Entrées du glossaire connexes

Fragmentation
Harmonisation
Orphelins de l'aide

Efficacité de l'aide

Dans les années 1960 les ressources pour le développement se sont intensifiées. Toutefois, il est devenu évident que cette augmentation de fonds n’aboutissait pas aux améliorations tangibles attendues dans la vie des populations concernées. Au début des années 2000, la formulation des Objectifs du millénaire pour le développement a donné un élan croissant à la nécessité de rendre l'aide plus efficace plus rapidement ; sans une aide efficace, les Objectifs du millénaire pour le développement ne seront pas atteints.

En 2005, diverses initiatives visant à améliorer l'impact de l'aide - comme celle pour encourager les donneurs à harmoniser leurs financements et leurs efforts ou celle pour inciter les donneurs et les bénéficiaires à utiliser et à renforcer les propres systèmes des pays en développement – ont été rassemblées au titre de la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide qui formule cinq principes d'efficacité de l'aide. En 2008, le Programme d'action d'Accra a rappelé les principes de Paris et a présenté trois autres piliers autour desquels des efforts devaient être concentrés.  Les enquêtes de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris en 2006, 2008 et 2010 effectuent le suivi des progrès vers la réalisation des engagements énoncés dans la Déclaration de Paris.

Entrées du glossaire connexes

APD
Déclaration de Paris
Évaluation des progrès
Forums de haut niveau
Programme d'action d'Accra



Pages web connexes

Une aide efficace pour accélerer les progrès du développement (pdf)
Anglais
Français Espagnol

How Much Does Aid Effectiveness Improve Development Outcomes?: Lessons from recent practice (pdf) en anglais

Accelerating Progress in Aid Effectiveness: From here to 2011 (pdf) en anglais

Efficacité de l'aide: un impératif pour atteindre nos objectifs de développement(pdf)
Anglais Français

Value for Money (pdf) en anglais

Éléments constitutifs (Building blocks)

 Les Éléments constitutifs (ou Building Blocks) sont un ensemble d'initiatives lancées à Busan en novembre 2011. Des pays et des organisations se sont volontairement alignés sur les différents Éléments constitutifs, motivés par leur désir commun de progresser plus rapidement en particulier dans des domaines clés particuliers. Les Éléments constitutifs sont les suivants : résultats et redevabilité, transparence, gestion de la diversité et réduction de la fragmentation, coopération Sud-Sud et triangulaire, États fragiles, financement de la lutte contre le changement climatique, institutions et politiques efficaces, et, secteur privé.

Plusieurs plateformes et initiatives actives ont été lancées à partir des initiatives des Éléments constitutifs. Y compris:

Building Block on Managing Diversity and Reducing Fragmentation
Effective Institutions platform

The Partnership for Climate Finance and Development
The New Deal for Engagement in Fragile States

Engagements de Busan

Un ensemble de points d'action qui font partie du Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement, y compris :

  • Utiliser les cadres de résultats conçus dans le souci de répondre aux besoins des pays partenaires comme outils communs, et en se servant de mécanismes de coordination dirigés par les pays eux-mêmes.
  • Délier l'aide dans toute la mesure du possible et réexaminer les plans pour y parvenir.
  • Renforcer la transparence et approuver un standard commun pour la publication par voie électronique des données sur la coopération pour le développement, à appliquer intégralement d'ici à 2015.
  • Établir en 2012, des principes communs pour éviter la prolifération des organisations multilatérales ainsi que des fonds et des programmes mondiaux ; élaborer aussi en 2012 des principes communs pour s’occuper du problème des pays qui reçoivent une aide insuffisante (les orphelins de l'aide).
  • Utiliser les systèmes nationaux de gestion des finances publiques comme approche par défaut pour le financement du développement et appuyer le renforcement de ces systèmes, le cas échéant.
  • D’ici à 2013, fournir aux pays bénéficiaires des plans indicatifs prévisionnels de dépenses sur une période de trois à cinq ans, réguliers et dans les délais.
  • Accroître le soutien apporté aux parlements et aux gouvernements locaux dans l’exercice de leurs fonctions. Favoriser un environnement pour les organisations de la société civile en tant qu’actrices indépendantes du développement.

Entrées du glossaire connexes

Le suivi des engagements de Busan
Partenariat de Busan
Principes de Busan

Enquête de suivi sur la mise en œuvre de la Déclaration de Paris

Voir "évaluation des progrès"

États (et institutions) efficaces

L’efficacité des États et des institutions est un préalable essentiel au développement ; Il faut soutenir les réformes du secteur public pour que les États et les institutions soient efficaces.

L'accord de Partenariat de Busan comprend un certain nombre d'engagements liés au soutien des États et des institutions efficaces. La Plateforme pour des institutions efficaces a été lancée à partir de l’Élément constitutif relatif à des États et des institutions efficaces.

Entrées du glossaire connexes

États fragiles
Gestion des finances publiques
Passation des marchés‌
Systèmes nationaux

États fragiles

Les États fragiles sont caractérisés par une faible capacité à exercer les fonctions de base nécessaires pour gouverner leur population et leur territoire et par un manque de capacité ou de volonté politique de développer des relations de consolidation mutuellement constructives avec la société.

Les États fragiles sont ceux qui éprouvent le plus de difficultés à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement et qui disposent de ressources intérieures insuffisantes pour financer leurs efforts de développement. Des sources extérieures de financement comme l’aide sont donc cruciales pour les États fragiles. Le suivi des progrès accomplis par les États fragiles pour atteindre les objectifs-cibles de l'efficacité de l'aide a été réalisé en 2011, et les résultats de ce processus ont complétés les conclusions de l’Enquête 2011 de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris.

Évaluation de la Déclaration de Paris

L'évaluation indépendante de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris a été réalisée en deux phases en 2008 et 2011. L'évaluation a cherché à comprendre si et dans quelle mesure, les principes de la Déclaration de Paris ont contribué à l'efficacité de l'aide. L'évaluation de la Déclaration de Paris a apprécié les changements de  comportement et a identifié pour les partenaires et  les donneurs, de meilleures pratiques de mise en œuvre des engagements de la Déclaration de Paris.

Entrées du glossaire connexes

Déclaration de Paris
Évaluation des progrès

Évaluation des progrès

Pour comprendre le degré de progression des pays par rapport aux objectifs-cibles de la Déclaration de Paris et du Programme d’action d'Accra pour améliorer l'acheminement de l'aide, les pays ont convenu d'être suivis en fonction de leurs engagements. Douze indicateurs ont été mis au point pour représenter le large éventail des engagements. Trois exercices de suivi ont eu lieu entre 2006 et 2011, et leurs résultats ont orienté les discussions lors des forums de haut niveau à Accra (en 2008) et à Busan (en 2010).

L’importance que les pays ont accordé au suivi en tant qu’outil de redevabilité mutuelle a résulté en son incorporation dans le Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement (en 2011). Le suivi des engagements de Busan se concentre sur un cadre élaboré par un groupe de travail multi-parties prenantes, dirigé par le Rwanda et le Royaume-Uni. Ce cadre s'appuie sur le cadre de la Déclaration de Paris, mais a été modifié pour tenir compte du fait que « la coopération pour le développement » englobe un plus grand nombre d'acteurs et de modalités de développement que le cadre de « l’efficacité de l'aide ».

D’autres processus pour évaluer les progrès accomplis vers l'amélioration de l'efficacité de l'aide et de la coopération pour le développement comprennent : l'évaluation de la Déclaration de Paris ; le suivi des principes de l'efficacité de l’aide dans le secteur de la santé et le suivi des progrès réalisés sur l'efficacité de l’aide dans les États fragiles.

Pages web connexes

2013 processus de suivi du Partenariat mondial
2011 Enquête de suivi
2011 Enquête -Résumé des co-Présidents (pdf)
2008 Enquête de suivi
2006 Enquête de suivi
Évaluation de la Déclaration de Paris
États fragiles: Enquête de suivi
Évaluer les progrès réalisés vers une aide plus efficace: Leçons du secteur de la santé

Financement de la lutte contre le changement climatique

Ces dernières années ont été marquées par une hausse importante du financement qui cible l’atténuation des effets du changement climatique. Cette situation a accrû l’intérêt de l’utilisation efficace du financement de la lutte contre le changement climatique. Le  4e FHN a décrit le financement de la lutte contre le changement climatique en tant que priorité de l’efficacité du développement international. L’initiative volontaire Partenariat pour le financement climatique et le développement a été créée pour appliquer les leçons de pratique en matière de coopération pour le développement s’attachant à promouvoir l’accès, la gestion et l’utilisation efficaces du financement climatique dans les pays en développement.

Le financement du développement lié au changement climatique constituera une partie importante de l'objectif de 100 milliards d’USD. L’aide bilatérale totale liée au changement climatique qui est apportée par les membres du CAD de  l'OCDE a augmenté à un rythme soutenu au cours de la dernière décennie et les volumes de l’aide publique au développement (APD) liée au climat étaient deux fois supérieurs aux 30 milliards d’USD de l’engagement de mobilisation de financements précoces (Fast start) en 2010-2012 (voir les marqueurs Rio de l’OCDE pour les dernières statistiques).

Deux accords collectifs internationaux de financement de lutte contre le changement climatique au nom des parties des pays développés ont été formalisés à ce jour en vertu de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) : (i) un engagement de mobilisation de financements précoces (Fast Start Finance) à hauteur de  30 milliards d'USD sur la période 2010-2012 destinés aux pays en développement ; et, (ii) un engagement de mobiliser conjointement 100 milliards d’USD par an d'ici 2020 provenant d'une grande variété de sources, tant publiques que privées.

Pages web connexes

Focus on Aid Targeting the Objectives of the Rio Conventions

Financement innovant

Au cours des dix dernières années, les praticiens du développement se sont penchés sur des moyens novateurs d’intensifier les apports d’aide afin d’atteindre les Objectif du millénaire pour le développement. Cette action a abouti à l’apparition de nouveaux acteurs et de nouvelles sources de fonds en faveur du développement. Les premiers mécanismes de financement innovant ont été créés pour combiner les contributions publiques et privées destinées à relever les principaux défis de santé, comme par exemple l’Alliance mondiale pour la vaccination et l’immunisation (GAVI) et le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, qui ont profité de la montée de la philantropie privée en faveur du développement pour créer des partenariats public-privé. D’autres mécanismes comprennent une taxe sur le transport aérien pour financer le développement.

Pages web connexes

Innovative Financing to Fund Development: Progress and Prospects (pdf) en anglais
Secteur privé en anglais

Forum de haut niveau d’Accra

Voir Troisième forum de haut niveau

Forum de haut niveau de Busan

Voir Quatrième forum de haut niveau

Forums de haut niveau sur l’efficacité de l’aide

Les FHN constituaient une série d’événements qui ont eu lieu entre 2003 et 2011. Il s’agissait du Forum de Rome (2003), du Forum de Paris (2005), du Forum d’Accra (2008) et du Forum de Busan (2011).

À Rome, les donneurs ont accepté de travailler pour mieux harmoniser leurs efforts. À Paris, les donneurs et les pays bénéficiaires ont convenu d’un ensemble d’engagements et d’objectifs-cibles à réaliser d’ici à 2011. Accra a permis de discuter des progrès accomplis à mi-parcours pour atteindre ces objectifs. Les discussions se sont concentrées sur les progrès qui ont été réalisés pour obtenir une  meilleure aide jusqu'ici, ainsi que sur la façon de faire de toutes les formes de coopération au développement l'outil le plus efficace possible en vue d'atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement.

Pages web connexes

Accord de partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement
Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide
Déclaration de Rome sur l'Harmonisation En anglais
Programme d'action d'Accra

Fragmentation

La fragmentation peut se produire lorsque de trop nombreux donneurs octroient une aide trop insuffisante à de trop nombreux pays, ou lorsqu'il y a trop ou trop peu de donneurs présents dans un pays ou un secteur. Elle est liée au principe d’harmonisation de la Déclaration de Paris.

Entrées du glossaire connexes

Division de travail en faveur de la complémentarité
Harmonisation
Orphelins de l'aide

Gestion axée sur les résutats

La gestion axée sur les résultats est un principe fondamental du Programme d'Action d'Accra (2008). En raison de budgets très serrés et de pressions financières, les gouvernements ont de plus en plus besoin de montrer que leurs dépenses ont eu l’impact souhaité sur les programmes de développement. Par exemple, les programmes de santé sont jugés, non pas sur le nombre de cliniques construites, mais plutôt sur l’amélioration ou non de la santé des citoyens. Les éléments importants de la gestion axée sur les résultats de développement incluent : la détermination d’objectifs clairs, la prise de décision fondée sur des données probantes, la transparence et la redevabilité réciproque des partenaires pour la réalisation des objectifs-cibles fixés.

La gestion axée sur les résultats de développement est une approche qui a cours depuis 2005. Une plateforme qui rassemble les acteurs du développement de tous les milieux pour mettre au point des outils, élaborer des lignes directrices et les meilleures pratiques, a été mise en place.

Pages web connexes (en anglais)

Managing for development results - policy brief
Managing for development results - Information sheet

Gestion des finances publiques

Des systèmes solides de gestion des finances publiques (GFP) sont essentiels à la prestation de services et à la gestion économique efficaces et durables. Les États sont efficaces et responsables lorsqu'ils sont soutenus par de bons systèmes et institutions de GFP. De bons systèmes de GFP sont également indispensables pour veiller à ce que l'aide soit utilisée pour atteindre les objectifs de développement.

La Déclaration de Paris, le Programme d'action d'Accra et le Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement engagent les pays à renforcer leurs systèmes de gestion des finances publiques et engagent les partenaires du développement à augmenter le montant de l'aide extérieure qui passe par les système de GFP d’un pays afin de renforcer ces derniers et de parvenir à un développement plus efficace et durable.

Entrées du glossaire connexes

États et institutions efficaces
Passation des marchés
Systèmes nationaux

Groupe de travail sur l'efficacité de l'aide

Démarrant en 2000 en tant que « Task Force sur les pratiques des donneurs » , le Groupe de travail sur l’efficacité de l’aide a pris son nom en 2004/2005 suite à la tenue du Deuxième Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide destiné aux donneurs et aux pays bénéficiaires. Après Accra en 2008, le Groupe de travail s’est ouvert pour accueillir d’autres parties prenantes telles que les organisations de la société civile.

Le Groupe de travail sur l'efficacité de l'aide a été la principale plateforme permettant aux parties prenantes de se rencontrer pour discuter de questions liées à la manière de faire de l'aide l'outil le plus efficace possible pour lutter contre la pauvreté et améliorer la vie des populations.

Sous les auspices du Groupe de travail sur l'efficacité de l'aide, plusieurs axes de travail et groupes de parties prenantes ont effectué des travaux de fond, notamment sur : les systèmes nationaux, la gestion des finances publiques, la passation des marchés, l’harmonisation, la prévisibilité de l’aide, l’appropriation, la responsabilité (redevabilité), la division du travail, la gestion axée sur les résultats en matière de développement, la santé comme secteur témoin. En outre, le Groupe de travail sur l’efficacité de l’aide a été chargé de superviser les enquêtes de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris et le Programme d'action d'Accra. Des données probantes issues de l'ensemble de ces axes de travail ont été utilisées pour alimenter les discussions lors du Forum de haut niveau qui s’est tenu à Busan en 2011.

Entrées du glossaire connexes

Appropriation
Division du travail
Géstion axée sur les résultats
Gestion des finances publiques
Harmonisation
La santé comme secteur temoin
Passation des marchés
Prévisibilité
Redevabilité
Suivi de la Déclaration de Paris
Systèmes nationaux

 

Pages web connexes

History of the Working Party on Aid Effectiveness (pdf)
Celebrating Busan: Paying Tribute to the WP-EFF

Harmonisation

L’harmonisation est un principe fondamental de la Déclaration de Rome sur l’harmonisation, de la Déclaration de Paris, du Programme d’action d’Accra et de l’accord de Partenariat de Busan. L’harmonisation reflète les inquiétudes à propos du manque d’intégration des pratiques des donneurs aux priorités et aux systèmes nationaux de développement, tels que les cycles de planification budgétaire,  de programmes et de projets. Les demandes faites aux pays bénéficiaires de satisfaire aux processus et procédures de présentations de rapports financiers des différents donneurs, associées à un manque de coordination des travaux analytiques et des missions pays, produisaient des coûts de transaction élevés et réduisaient l’efficacité de l’aide fournie. Les donneurs et les pays bénéficiaires ont admis qu’une action urgente, coordonnée et durable était nécessaire.

Un travail de fond sur l’harmonisation des pratiques des donneurs a été réalisé au sein du CAD afin d’améliorer l’harmonisation et d’orienter le deuxième Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide en 2005. Une enquête sur l'hamonisation à été effectuée en 2005 (en anglais). Un travail considérable a été effectué avant le quatrième Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide concernant la division du travail en faveur de la complémentarité, y compris l’élaboration des Principes de bonnes pratiques pour l'harmonisation de l'aide au développement.

Plus récemment, l'Élément constitutif (Building Block) relatif à la gestion de la diversité et la réduction de la fragmentation travaille sur cette question dans certains pays.

Entrées du glossaire connexes

Déclaration de Rome sur l'Harmonisation‌
Division de travail en faveur de la complémentarité
Fragmentation
Gestion des finances publiques
Orphelins de l'aide
Premier Forum de haut niveau

Organisations de la société civile (OSC)

Le rôle des OSC en tant qu'actrices de développement à part entière a été reconnu au titre du Programme d'action d’Accra en 2008. Le Partenariat de Busan reconnaît que tous les acteurs ont un rôle différent mais complémentaire à jouer dans le développement et il énonce « des partenariats ouverts à tous » comme l'un de ses piliers fondamentaux.

Entrées du glossaire connexes

Partenariats inclusifs

Orphelins de l'aide

Le phénomène des orphelins de l'aide est lié à la question de la fragmentation. Lorsque  beaucoup trop de donneurs distribuent une aide insuffisante à de trop nombreux pays, ces ressources sont éparpillées,  ce qui aboutit à l’octroi à certains pays et secteurs de ressources excessives qu’ils sont incapables de gérer tandis que d'autres n’en obtiennent pas assez. Les régions/domaines où l'aide se chevauche sont communément dénommés « les chouchous de l’aide », tandis que ceux où l’aide fait défaut, sont appelés « les orphelins de l'aide ».

Entrée du glossaire connexe

Fragmentation

Partenariats inclusifs en matière de développement

L’accord de Partenariat de Busan reconnaît que tous les acteurs du développement ont un rôle différent mais complémentaire à jouer dans la réalisation des objectifs du développement. S’assurer que tous les acteurs – y compris les gouvernements, la société civile, les fondations et le secteur privér.

Smarter Partnerships: Realising the true potential of a global partnership for development (pdf) en anglais

Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement

Le Partenariat mondiale pour une coopération efficace au service du développement a été établi au cours du quatrième Forum de haut niveau de Busan en vue de s’assurer que la coopération pour le développement ait un impact maximal sur les résultats du développement.

Ce forum inclusif rassemble un large éventail de pays et d’organisations pour encourager l'engagement, la communication et le partage des connaissances entre les acteurs du développement. Il œuvre également au maintien du soutien politique aux engagements pris à Busan.

Passation des marchés

Des processus fiables de passation des marchés sont essentiels pour s’assurer que les fonds de développement soient transformés en services et biens de qualité et soient livrés au bon endroit au bon moment pour répondre aux besoins identifiés. Systèmes  fiables de passation des marchés font maintenant partie du travail réalisé sous la direction de la Plateforme pour des institutions efficaces. Depuis 2005, l'OCDE a mis au point un certain nombre d'outils, de méthodologie et a fait part d’enseignements tirés sur de bons systèmes de passation des marchés.

Entrées du glossaire connexes

Déclarations
États efficaces
Gestion de finances publics
Systèmes nationaux
 

Pages web connexes

Methodologie pour l'Évaluation des systèmes de passation des marchés
Procurement Pilot Exercise Progress Reports (en anglais)

Pour une meilleure aide au développement

Une série de publications qui est parue entre 2008 et 2011. Ces publications ont fourni des données factuelles, des études de cas et les meilleures pratiques pour soutenir la communauté du développement dans les efforts  qu’elle déployait pour rendre l’aide plus efficace.

Premier Forum de haut niveau

Tenu à Rome, en Italie, les 24 et 25 février 2003, les chefs des institutions multilatérales et bilatérales de développement et les représentants du FMI et des autres institutions financières multilatéraleseral ainsi que des pays partenaires se sont réunis pour le premier d’une série de quatre événements, visant à modifier la façon  d’acheminer  l’aide au développement  en vue d’éradiquer la pauvreté, de réaliser une croissance économique soutenue et de promouvoir le développement durable.

La rencontre à donné lieu à l’entérinement de la Déclaration de Rome sur l'Harmonisation.

Entrées du glossaire connexes

Forums de haut niveau
Harmonisation

Prévisibilité

Lorsque les donneurs fournissent des informations inexactes ou insuffisantes aux pays bénéficiaires sur leurs plans de dépenses, il est notoire que l'aide qu'ils versent est moins efficace. Le CAD de l'OCDE s'emploie à améliorer la qualité des informations entre les donneurs du CAD et les pays bénéficiaires afin d'augmenter l'impact de ces ressources sur le développement.

Principes de Busan

Les quatre piliers qui constituent la base de l'accord de Partenariat de Busan :

  • L’appropriation des priorités de développement par les pays en développement ;
  • l’orientation vers les résultats ;
  • des partenariats pour le développement ouverts à tous ;
  • la transparence et la redevabilité réciproque.

Entrées du glossaire connexes

Accord de Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement
Engagements de Busan
Suivi du Partenairat mondial

Processus de suivi du Partenariat mondial

Voir Suivi de l'accord du Partenariat de Busan

Programme d'action d'Accra

Approuvé par les pays et les organisations participant au troisième Forum de haut niveau à Accra (Ghana), en septembre 2008. Le Programme d'action d'Accra visait à accélérer les progrès vers la réalisation des objectifs-cibles 2011 sur l'efficacité de l’aide de la Déclaration de Paris de 2005.

Le Programme d'action d'Accra s'articule autour de trois thèmes principaux : l’appropriation, des partenariats ouverts à tous et l’obtention de résultats. Le pilier des partenariats ouverts à tous (inclusifs) ouvre le Groupe de travail sur l'efficacité de l'aide en un groupe plus large de parties prenantes ; pour la première fois les OSC, les fondations et les donneurs non traditionnels ont été en mesure de participer pleinement aux discussions

Entrées du glossaire connexes

Appropriation
Déclaration de Paris
Déclarations
Forums de haut niveau
Gestion axée sur les résultats
Organisations de la soceté civile
Partenariats inclusifs
Troisième Forum de haut niveau

Quatrième Forum de haut niveau

Tenu à Busan, en Corée, du 29 novembre au 1er décembre 2011, le quatrième Forum de haut niveau représentait le bilan final des progrès accomplis pour  tenir les engagements de la Déclaration de Paris qui avaient été approuvés en 2005. Le rapport intitulé « Efficacité de l’aide 2011: Progrès accomplis dans la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris» se fonde sur les conclusions des discussions éclairées de l’Enquête de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris qui ont eu lieu lors du forum. Les participants ont convenu de continuer à effectuer le suivi des progrès réalisés pour une meilleure utilisation des ressources pour le développement. Ils ont également reconnu qu’un nouveau cadre pour assurer le suivi de la qualité de l’aide au développement doit englober toutes les formes de coopération pour le développement – et pas uniquement l’aide publique au développement-  et le rôle des autres partenaires – en dehors des partenariats traditionnels Nord-Sud.

Les Participants se sont ralliés aux initiatives  « Éléments constitutifs » (Building Blocks) qui ont été lancées à Busan. Les participants ont également lancés des projets et des accords pour poursuivre leurs travaux dans divers domaines thématiques.

Les participants au Forum ont avalisé l'accord de Partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement. À la suite de l'accord de Partenariat de Busan, le Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement a été créé.

Entrées du glossaire connexes

Accord de Partenariat de Busan
Coopération pour le développement
Déclarations
Élements constitutifs (Building Blocks)
Forums de haut niveau
Partenariat mondial pour une aide efficace au service du développement
Suivi de la Déclaration de Paris

 

Pages web connexes

Enquête de suivi de 2011
Évaluer les progrès vers l'efficacité de l'aide
Five Reasons Busan was a Success (pdf) (en anglais)
Partenariat de Busan pour une coopération plus efficace au service de développement
Proceedings from the HLF4 (pdf) (en anglais)

Redevabilité (mutuelle)

La redevabilité des gouvernements envers les électeurs nationaux pour atteindre leurs objectifs de développement est l’un des principes fondamentaux de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide. Le Programme d’action d’Accra élargit le concept pour inclure la collaboration avec le Parlement, les partis politiques, les autorités locales, les médias, le milieu universitaire, les partenaires sociaux et les organisations de la société civile.

Pages web connexes

Mutual Accountability: Emerging Good Practice (pdf)
Ownership and Accountability: Summary of recommendations and terrain for debate (pdf)  Anglais (court) Anglais (long)
Tips on Mutual Accountability (pdf)

Résultats

Voir Gestion axée sur les résultats

Santé comme secteur témoin

L‘examen de l’efficacité de l’aide à travers une lentille sectorielle a constitué une source importante d'informations et d'enseignements pour le programme de  l'efficacité de l'aide entre 2008 et 2011. Pour comprendre l'impact réel des efforts déployés pour améliorer l'efficacité de l'aide – comme indiqué dans la déclaration de Paris et le programme d'action d’Accra – l’étude des impacts sur des secteurs comme la santé, était une façon d'évaluer et de mesurer les progrès accomplis, de comprendre les changements comportementaux et de considérer des résultats tangibles visant à améliorer la vie des populations : le but ultime de tous les efforts de développement.

Entrées du glossaire connexes

Alignement
Évaluation des progrès
Fragmentation
Harmonisation
Prévisibilité

Secteur privé

Au cours de la période précédant le quatrième Forum de haut niveau en 2011, une importance croissante a été accordée au rôle du secteur privé et  à sa contribution au processus de développement. L'accord de Partenariat de Busan reconnaît le rôle d’acteurs plus importants  du développement comme le secteur privé, ainsi que des modalités de financement du développement telles que les partenariats public-privé. Le secteur privé est désormais une circonscription active du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement, et son travail est coordonné par la Plateforme des partenariats pour la prospérité.

Pages web connexes

Déclaration conjointe pour étendre et renforcer la coopération entre le secteur public et le secteur privé en faveur d'une croissance large, inclusive et durable

Suivi de l'Accord de partenariat de Busan

Le processus de suivi du Partenariat mondial a été élaboré pour assurer le suivi des domaines  de « questions en instance » du programme de Paris, et pour commencer à effectuer le suivi des progrès accomplis vers la réalisation des engagements plus récents convenus à Busan en 2011 qui regroupent des formes plus générales de coopération pour le développement.

Le cadre de suivi du Partenariat mondial s’appuie sur dix indicateurs : cinq des indicateurs sont reportés de l’enquête de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris, et les cinq autres ont été élaborés grâce à un processus consultatif mené par le Royaume-Uni et le Rwanda en 2012. Un premier cycle de suivi a eu lieu en 2013. Les résultats de ce processus ont été publiés dans le rapport : Vers une coopération pour le développement plus efficace : Rapport d’étape 2014. Les discussions qui ont eu lieu à la Réunion de haut niveau du Partenariat mondial ont été guidées par les conclusions du rapport.

Entrées du glossaire connexes

Accord du partenariat de Busan
Alignement
Appropriation
Gestion axée sur les résultats
Harmonisation
Quatrième forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide
Redevabilité
Suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris

Suivi (de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris)

Pour évaluer le niveau de mise en œuvre des engagements de la Déclaration de Paris, certains pays bénéficiaires de l'aide se sont portés volontaires pour soumettre leurs données nationales afin qu’elles fassent l’objet d’un suivi par rapport à un ensemble de 12 indicateurs qui ont été conçus pour représenter le vaste ensemble des engagements convenus en vertu du cadre de la Déclaration de Paris.

Trois cycles de suivi ont été réalisés pour effectuer le suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris en 2006, 2008 et 2011. Les résultats ont été rassemblés et analysés par la DCD de l’OCDE et les conclusions ont été présentées dans une série de rapports.

Enquête 2006 de suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris
Enquête 2008 de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris
Enquête 2011 de suivi de la mise en oeuvre de la Déclaration de Paris
Enquête 2011 de suivi: Résumé des co-Presidents (pdf)

Les conclusions des exercices de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris ont été utilisées pour orienter les discussions qui se sont déroulées à l’occasion des Forums de haut niveau d’Accra (2008) et de Busan (2011). Au titre de l’accord de Partenariat de Busan, les pays ont choisi de poursuivre le processus de suivi, ce qui s’est traduit par l’élaboration et la mise en œuvre du Processus de suivi du Partenariat mondial.

Systèmes nationaux

Les systèmes nationaux - qui comprennent les systèmes de gestion des finances publiques, de passation des marchés, d’audit et de présentation des rapports financiers - sont essentiels pour s'assurer que le développement soit durable dans les pays. Les pays ne peuvent pas se développer sans disposer de systèmes solides.

Un engagement essentiel de la Déclaration de Paris et du Programme d'action d'Accra consiste à l’utilisation par les donneurs  des systèmes nationaux dans la mesure du possible et à leur renforcement par les pays partenaires. À Busan, les fournisseurs de la coopération pour le développement se sont engagés à utiliser les systèmes nationaux comme une approche par « défaut ». Des travaux visant à améliorer la qualité des institutions et des systèmes nationaux sont actuellement en cours de réalisation sous la direction de la Plateforme pour des institutions efficaces

Entrées du glossaire connexes

Alignement
Institutions efficaces
Gestion des finances publiques
Passation des marchés

Transparence

La transparence est l’un des quatre piliers de l'accord de Partenariat de Busan. Afin d'améliorer la redevabilité entre les partenaires du développement et aux bénéficiaires visés du développement, l'accord de Partenariat de Busan insiste sur la nécessité de suivre des pratiques transparentes comme base d’une meilleure redevabilité.

L’accord de Partenariat de Busan inclut un engagement spécifique sur la transparence, à savoir d’appliquer  un  « Appliquer un standard commun et ouvert pour la publication par voie électronique en temps voulu d’informations détaillées et prévisionnelles sur les ressources apportées par la coopération pour le développement, prenant en compte l’activité de notification statistique du CAD de l’OCDE et des efforts complémentaires de l’Initiative Internationale pour la Transparence de l’Aide et d’autres efforts en ce sens » (aPB, §23c).

Il s'appuie sur deux normes existantes – le système de notification des créanciers du CAD et l’enquête sur les dépenses prévisionnelles de l’IITA – par le biais de consultations menées par les représentants des principaux groupes de parties prenantes,

L’un des dix indicateurs du cadre de suivi du Partenariat mondial, mesure la mise en oeuvre du standard commun.

Entrées du glossaire connexes

Engagements de Busan
Principes de Busan
Redevabilité mutuelle
Suivi du Partenariat mondial

Troisième Forum de haut niveau

Le troisième Forum de haut niveau qui s’est tenu à Accra, au Ghana du 2 au 4 septembre 2008 faisait le point sur les progrès accomplis jusqu’ici sur les engagements de la Déclaration de Paris. Les participants des pays développés et en développement ont convenu de prendre des mesures importantes pour réformer la façon dont l’aide était octroyée et dépensée.

Aux termes du Programme d’action d’Accra, les pays en développement se sont engagés à prendre leur avenir en mains, les donneurs à assurer une meilleure coordination entre eux, et les deux parties se sont engagées à devenir plus responsables vis-à-vis les uns des autres et vis-à-vis de leurs citoyens.

Le pillier « Partenariats ouverts à tous » dans le Programme d’action d’Accra a rendu le Groupe de travail sur l’efficacité de l’aide accessible à un groupe plus large de partites prenantes ; pour la première fois, les OSC, les fondations et les donneurs non traditionnels étaient en mesure de participer pleinement aux discussions.

‌Entrées du glossaire connexes

Forums de haut niveau
Groupe de travail sur l'efficacité de l'aide
Organisations de la société civile
Partenariats inclusifs
Programme d'action d'Accra

 

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list