Examen OCDE des politiques agricoles - Brésil (disponible uniquement en anglais)

 

Highlights and Policy RecommendationsTable of Contents | Synthèses : La réforme de la politique agricole au Brésil) | How to Order

This review measures the level and composition of support to Brazilian agriculture, and evaluates the effectiveness of current measures in attaining their objectives. The study finds that Brazil provides much lower support to its agricultural sector than most OECD countries. However, a large and increasing share of that support is provided in the form of credit subsidies; support which could be more productively oriented to areas such as research and extension, training, and the development of rural infrastructure. A greater focus on such long-term investments could help Brazil to address the two major challenges confronting its agricultural sector: the need to sustain improvements in international competitiveness, and at the same time draw poor smallholders into the development process.
The report finds that, having substantially reformed its own agricultural policies, the main source of future benefits to Brazil will be reforms in other countries, where access to OECD country markets is the most important issue. Yet while trade liberalisation offers important benefits for the majority of households, those gains need to be placed in the context of the broader opportunities and adjustment pressures confronting both commercial farmers and smallholders.

This study provides a valuable reference for policy-makers, businesses and researchers with an interest in understanding Brazil's agricultural policy concerns at the domestic and international level.

Publication Date: 31/10/2005
ISBN: 9264012540
226 pages


Highlights and Policy Recommendations

Le Brésil accorde relativement peu de soutien à ses agriculteurs. Le soutien aux producteurs, tel qu’il est mesuré par l’Estimation du soutien aux producteurs (ESP), représente 3 % de la valeur brute des recettes agricoles pour la période 2002─04, un taux comparable à celui de la Nouvelle-Zélande (2 %) et de l’Australie (4 %), loin derrière la moyenne des pays de l’OCDE (30 %). Les niveaux de soutien les plus élevés, accordés aux produits alimentaires de base qui sont concurrencés par les importations (blé, maïs et riz) et au coton, se situent entre 6 et 17 %.
Le soutien accordé aux agriculteurs représente environ les trois quarts de l’ensemble du soutien accordé au secteur agricole, alors que le tiers restant concerne les services d’intérêt général, comme la recherche et la vulgarisation, la formation et le développement des infrastructures rurales. Ces services d’intérêt général comprennent d’importants investissements à long terme mais ils ont diminué par rapport aux sommes consacrées au subventionnement des crédits, dont environ la moitié est liée à la restructuration des dettes accumulées par les agriculteurs au cours de la période d’instabilité macroéconomique qui a sévi entre la fin des années 80 et le milieu des années 90.
Le faible niveau du soutien accordé aux producteurs reflète la transformation radicale de l’économie brésilienne au cours des 15 dernières années. La suppression des politiques de substitution des importations a permis au secteur agricole de croître rapidement. Le secteur de l’élevage s’est développé particulièrement rapidement au cours des années 90, suivi plus récemment par l’essor de la production de soja poussé par le niveau élevé des prix et la faiblesse du taux de change. Depuis lors, ces effets se sont dissipés et il ne serait pas réaliste d’extrapoler les taux de croissance actuels. Le développement du secteur agricole a été essentiellement attribué à l’amélioration de la productivité et à la baisse des prix des intrants importés, alors que l’extension des superficies consacrées à l’agriculture est un phénomène plus récent.
L’essor récent des exportations agricoles du Brésil a été associé à la modification de la composition et de la direction des échanges. Ceux-ci se sont réorientés aux dépens des produits tropicaux traditionnels, comme le café et le jus d’orange, vers les graines de soja, le sucre et la viande, notamment celle de volaille et de porc. Bien que les marchés des pays de l’OCDE soient encore très importants, avec plus de 40 % des exportations agricoles dirigées vers l’Union européenne, la croissance des exportations la plus vigoureuse concerne essentiellement des pays situés en dehors de la zone OCDE, notamment la Chine et la Russie. Cependant, l’essentiel de la production agricole du Brésil est écoulé sur le marché intérieur. La part de la production agricole exportée se situe en général autour de 25 %, même si elle est montée jusqu’à 30 % en 2004.
Après avoir très largement libéralisé ses propres politiques agricoles, le Brésil doit trouver de nouveaux avantages dans des réformes engagées par d’autres pays, et tout particulièrement dans l’élargissement de l’accès aux marchés des pays de l’OCDE. Les exportateurs brésiliens sont contraints par le haut niveau des droits de douane des principaux marchés, la progressivité des droits de douane en fonction du degré de transformation de plusieurs produits importants, des traitements défavorables au titre des programmes d’échanges préférentiels et des systèmes de contingents tarifaires, et d’importantes mesures non tarifaires (concernant notamment les produits de l’élevage).
Au niveau national, la croissance du secteur agricole pourrait être renforcée par le développement des infrastructures, la modification du système de crédit (notamment dans le traitement des arriérés de dettes) et la simplification des politiques d’imposition.
Au même moment, la nécessité de politiques sociales efficaces se fait fortement ressentir. Bien que la pauvreté rurale ait fortement diminué, la situation des ménages les plus pauvres parmi les pauvres en milieu rural se détériore, alors que le phénomène de la pauvreté continue de se concentrer dans les régions du nord et du nord-est. Il est nécessaire de cibler les mesures destinées à développer les compétences agricoles des petits exploitants, de faciliter la diversification des revenus et d’exploiter les potentiels des sources de revenu non agricoles. Il est important d’investir au niveau individuel, par exemple dans les dépenses de santé et d’éducation, ainsi que dans les politiques qui encouragent le développement rural, comme le développement des infrastructures.


Table of Contents

Chapter 1 - The Policy Context

This chapter describes the main changes in the macroeconomic and policy environment since Brazil switched from import substitution to open market policies at the end of the 1980s, and assesses their impact on the agricultural sector. As such, it provides context for an evaluation of agricultural policies in Brazil (Chapter 2), and an examination of the impacts that multilateral trade policy reforms will have on the level and distribution of incomes (Chapter 3). Section 1.1 describes the agricultural sector’s strategic importance to the Brazilian economy, while Section 1.2 considers the ways in which macroeconomic, structural and policy reforms have influenced the economy, including their effects on the allocation of resources between sectors. Section 1.3 then focuses more specifically on the impacts that policy reforms and structural change have had on the agricultural sector. In the light of this analysis, Section 1.4 sets out the main challenges confronting Brazilian policy makers. Essentially these relate to the need to sustain agricultural growth, while simultaneously making faster progress on reducing poverty and curbing inequality.

Chapter 2 - Policy Evaluation

This chapter provides an overview and evaluation of agricultural policies in Brazil. Section 2.1 describes the basic objectives that underpin agricultural policies and how those objectives have changed since the abandonment of import substitution policies. It also documents the institutional mechanisms through which policies are implemented. Section 2.2 chronicles the evolution of domestic policies, including credit policies and market interventions, the main elements within the current policy framework; while Section 2.3 examines how Brazil’s trade policies have evolved. This section considers changes in import protection, taking account of the opening up of trade under Mercosur, and the use of policies to promote exports. In the light of this information, Section 2.4 quantifies the extent of support provided to agriculture, and the cost that this support imposes on Brazilian consumers and taxpayers. Section 2.5 concludes with the policy implications from this analysis.

Chapter 3 - Policy Effects

This chapter focuses on two agricultural policy issues of importance to Brazil. One is the market access barriers confronted by Brazilian exporters, including tariffs and non-tariff barriers applied by both OECD countries and in other markets; the other issue is the size and distribution of the prospective gains from the removal of those barriers in the context of multilateral trade reform. Section 3.1 quantifies and describes the main market access impediments facing Brazil. Section 3.2 investigates the origins and size of the sectoral and economy-wide gains to Brazil from agricultural trade liberalisation more generally, i.e. including multilateral reforms in the areas of market access, export subsidies and domestic support, while Section 3.3 explores how those gains are likely to be distributed among different types of farm and non-farm household. Finally, Section 3.4 provides a wider examination of what happened to poverty and inequality in the 1990s. The aim here is to place agricultural policy issues in the context of broader adjustment pressures that exist in rural Brazil.


 


How to order this publication

Readers can access the full version of Performance-related Pay Policies for Government Employees , choosing from the following options:

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe