Partager

Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE

Session extraordinaire du Conseil - La visite du Chef du gouvernement du Maroc

 

Remarques introductives de Angel Gurría

Secrétaire général de l'OCDE

le 25 juin 2019, Paris, France

 

 

 

Monsieur le Chef du Gouvernement, Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chers collègues,


C’est un honneur pour nous de recevoir Son Excellence Monsieur Saad Dine El Otmani, Chef du Gouvernement marocain.


Depuis quinze ans, le Maroc et l’OCDE nourrissent une relation privilégiée. Le Maroc n’a cessé de se rapprocher des standards de l’OCDE : encore récemment, il a ratifié la Convention concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale. Sa participation au sein des organes de l’OCDE a mené, dans le cadre de l’investissement, à promouvoir la conduite responsable des entreprises – la première dans la région ! Enfin, la collaboration dans le cadre de l’Initiative MENA-OCDE pour la Gouvernance et l’Investissement à l’appui du Développement, que le Maroc a présidé de 2009 à 2015, a produit des résultats concrets. Permettez-moi d’en mentionner deux:

  • Sur la base des recommandations formulées par l’OCDE, la Cour des Comptes a adopté son premier plan stratégique.

  • En s’appuyant sur les Principes de gouvernance d’entreprise du G20 et de l’OCDE et sur les Lignes directrices de l’OCDE sur la gouvernance des entreprises publique, le Maroc actualise son Code de bonnes pratiques de gouvernance d’entreprise.


Aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape dans notre collaboration : le renouvellement du Programme-pays pour le Maroc, et la signature de la Convention multilatérale BEPS et du mécanisme de signalement à haut niveau à l’usage des entreprises. Je note, avec une satisfaction considérable, que le premier Programme-pays, de 2015 à 2018, a déjà eu un impact significatif :

  • Il a contribué à la mise en œuvre d'éléments cruciaux de la Constitution de 2011, comme sur le développement territorial.

  • Il a favorisé, dans le cadre du diagnostic d'intégrité, du dialogue sur les politiques de développement territorial et de l’examen du gouvernement numérique, les efforts conjoints des ministères et institutions publiques, et ainsi a renforcé la cohérence des politiques publiques.

  • Grâce à l’inclusion du Maroc dans plusieurs bases de données de l’OCDE, le Programme a contribué à la formulation de recommandations fondées sur des données probantes.


Monsieur le Chef du Gouvernement, le Maroc est un pays stable dans une région en ébullition. Il a su maintenir le cap de l’ouverture sur le monde et du multilatéralisme, des valeurs phares pour l’OCDE. Il a su faire preuve de résilience  et mener des réformes structurelles. Cependant, le Maroc reste confronté à des défis majeurs : l’emploi, l’éducation, l’intégration des jeunes et des femmes, mais aussi la gouvernance publique, la lutte contre la corruption et le développement territorial. 


Le Protocole d’accord que nous allons signer pose les fondements d’un programme encore plus ambitieux. Il prévoit 15 projets et examens des politiques publiques, la possible adhésion à 20 instruments juridiques et une participation renforcée à 6 organes de l’Organisation. Il permettra au Maroc d’intensifier la mise en œuvre de recommandations du premier Programme- comme dans les domaines de l’éducation et de la gouvernance publique. Il répondra aussi à d’autres défis importants. Permettez-moi d’en citer deux : la lutte contre la corruption et les réformes économiques structurelles:

  • Le Programme propose l’élaboration d’un mécanisme de signalement à haut niveau à l’usage des entreprises, afin de renforcer la coopération entre les autorités publiques et le secteur privé pour lutter contre la corruption.

  • L’étude économique du Maroc analysera les principaux défis politiques et économiques auxquels le pays est confronté et fournira un transfert de connaissances pour la conception de politiques macroéconomiques et structurelles pour y répondre.


Avec ce Programme Pays, l’OCDE est aussi heureuse de bénéficier de l’expérience du Maroc. Driss Chraïbi l’écrivait de manière éloquente : « Et tous deux, par-delà la Méditerranée, les confessions, les idéologies, l’espace et le temps, avaient en commun le bien le plus précieux de la vie : l’amitié »[i]. C’est dans cet esprit, Monsieur le Chef du Gouvernement, que vous pourrez compter sur le soutien de notre Organisation pour travailler avec et pour vous, pour pouvoir atteindre les objectifs ambitieux fixés par votre gouvernement.


M. le Chef du gouvernement, la parole est à vous.

 

Documents connexes