Partager

Agriculture et pêcheries

La baisse continue de la production halieutique des pays de l’OCDE érode leur part de marché, alors que celle de l’Asie croît fortement

 

14/10/2015 - La production halieutique des pays Membres de l’OCDE a diminué de plus de 39 % depuis 1988, la surpêche réduisant la capacité de production de la ressource, selon un nouveau rapport de l’Organisation.

Parallèlement, en 2014, l’aquaculture est devenue pour la première fois la principale source d’approvisionnement des consommateurs en poissons, mollusques et crustacés, devant la pêche, et sa croissance reste supérieure à 7 % par an. Les économies d’Asie occupent une place de plus en plus déterminante dans la production, la consommation et les échanges de poisson, et cette tendance s’est accélérée ces dernières années.


L’Examen des pêcheries de l’OCDE (seulement disponible en anglais) présente des statistiques récentes et des informations sur l’évolution de l’action publique et des activités dans les secteurs de la pêche et de l’aquaculture des pays Membres de l’Organisation et des économies partenaires.


L’édition 2015 contient de nouveaux chapitres consacrés à la Chine et à l’Indonésie, deux pays qui représentent à eux seuls près d’un quart des captures mondiales.

La croissance économique de la Chine se traduit par une augmentation de la consommation de produits halieutiques et aquacoles.


Dans les villes, la consommation par habitant est passée de 10,34 kg en 2000 à 14,62 kg en 2011. Le pays est désormais à la fois le principal producteur de produits de la mer, le premier producteur aquacole et le plus gros exportateur net.


L’édition 2015 de l’Examen contient une description détaillée de la politique et des activités de la Chine dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture.

« Pour que la pêche renoue avec la croissance dans la zone OCDE, il faut améliorer sa gestion », a indiqué Roger Martini, analyste principal des politiques de la pêche à l’OCDE. « Les pays ont fait quelques progrès dans ce domaine, mais il reste beaucoup plus à faire pour que tous les stocks soient totalement reconstitués dans les eaux des pays membres. La nouvelle politique commune de la pêche de l’Union européenne met fortement l’accent sur la durabilité et les États Unis ont montré qu’une action déterminée et fondée sur les données scientifiques pouvait produire des résultats. »

De tous les produits alimentaires, les poissons, mollusques et crustacés sont les plus échangés : plus de 37 % de la production franchissent une frontière à un stade ou un autre. Les 31 pays et économies étudiés dans l’Examen sont divers, mais ils assurent la presque totalité de la production et des échanges mondiaux de produits halieutiques et aquacoles.

Les données utilisées dans l’Examen peuvent être consultées en ligne. La version numérique de la publication apporte de nombreuses informations sur l’évolution des politiques et des renseignements précieux sur le secteur de la pêche et de l’aquaculture dans les pays de l’OCDE et des économies non membres.

Pour de plus amples informations, les journalistes sont invités à contacter la Division des médias de l'OCDE (tél. : + 33 1 45 24 97 00).

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui œuvre à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des citoyens dans le monde entier.

 

Documents connexes